Un parcours subjectif en histoire des émotions

L’histoire des émotions semble de prime abord un champ historiographique immense et aux contours mal définis. C’est d’ailleurs ce qui a pu dans un premier temps aiguiser ma curiosité. Et puis rapidement quelques évidences sont apparues en lien avec mon travail de recherche : je m’intéresse en effet à l’histoire du phénomène guerrier, de la violence et de la culture politique socialiste, autant d’éléments qui ont sans aucun doute des liens avec les émotions. C’est pourquoi, j’ai voulu essayer de mieux connaître l’histoire des émotions, mais selon les axes qui me préoccupent. On ne trouvera en conséquence ici qu’un parcours de lectures très subjectif, forcément incomplet, impressionniste mais opératoire pour mon travail en cours.

Définir les contours de l’histoire des émotions

Le flou de l'histoire des émotions, photo DR.

Le flou de l’histoire des émotions, photo DR.

Si c’est un domaine encore nouveau, on peut disposer de quelques travaux qui proposent de mieux saisir les principaux thèmes de recherche. Si cette catégorie d’analyse n’apparaît pas comme telle dans un récent ouvrage qui tente de faire la synthèse des réflexions dans le domaine historiographique[1] (on y évoque plutôt « l’histoire des mentalités» ou encore «l’histoire des sensibilités») on peut retrouver plus récemment sous la plume de Jan Plamper une mise au point particulièrement éclairante dans l’ouvrage collectif À quoi pensent les historiens ? Faire de l’histoire au XXIe siècle[2] dirigé par Christophe Granger. Ce fut pour moi le point de départ des lectures suivantes. Jan Plamper est en effet l’un des plus importants spécialistes de l’histoire des émotions. Auteur d’un livre sur le sujet, pour le moment seulement publié en allemand, il prépare actuellement une recherche sur la peur des combattants durant la Première Guerre mondiale. Autant dire que les travaux de cet historien me semblent être un élément incontournable sur ce sujet. Son article est d’ailleurs la seule synthèse disponible pour le moment en français et Pampler précise d’ailleurs qu’il faut aborder l’histoire des émotions avec précaution :

« L’avenir de l’histoire des émotions s’annonce prometteur, pour peu que les historiens restent en dehors des neurosciences ou y pénètrent équipés de tous les instruments de navigation requis, avec une solide cartographie des lignes de faille et des sables mouvants de ce terrain épistémologique. »[3]

On mesure la portée de ces lignes si on remarque que quelques publications historiques récentes en France incluent les termes « sentiment » ou « émotion », mais peut-être davantage comme une sorte de slogan vendeur que comme objet d’étude historique, ce qui risque de dilater dans un vaste fourre-tout cette nouvelle catégorie d’analyse[4].

Jan Pampler semble donc être un guide précieux dans la bibliographie concernant ce champ d’études. On peut également lire en anglais cet entretien paru en 2010 où l’historien précise ce qu’il faut entendre par une histoire scientifique des émotions. L’un des interlocuteurs de Pampler dans cet entretien est d’ailleurs également une des plus importantes spécialistes de ce sujet, Barbara Rosenwein, historienne du Moyen-âge et auteure d’un article programmatique précieux « Problems and Methods in the History of Emotions ».

La dernière mise au point qui m’a été très utile a été écrite par la directrice du Center for the History of emotions, de l’institut Max Planck de Berlin, Ute  Frevert. Cette historienne de l’Allemagne contemporaine est en effet l’auteure de Emotions in History, Lost and found[5]. Tous les problèmes auxquels on peut être confronté lorsqu’on s’intéresse à l’histoire des émotions sont abordés dans ce livre et c’est en conséquence l’ouvrage qui me semble le plus important à lire sur le sujet.

En conséquence, bien que rares soient pour le moment les travaux en français, on peut voir que l’histoire des émotions est un champ historiographique de plus en plus  foisonnant. Et la pratique de l’historien-ne dans ce domaine peut en plus être interrogée dans une démarche réflexive comme le souligne encore Jan Pampler :

«  Pour écrire une histoire des émotions, le propre comportement de l’historien peut lui-même devenir une source importante. Dans quel état d’esprit l’historien trouve-t-il les documents dans les archives ? Quelles sont les dimensions sensorio-affectives, haptiques, olfactives, etc., du travail sur les sources ? De quelle manière les historiens sont-ils entraînés à neutraliser leurs émotions afin de défendre leurs idéaux d’  « objectivité » et de « détachement ? Afin de répondre à ces questions, les historiens des émotions pourront s’inspirer des anthropologues qui constituent la référence en termes d’autoréflexivité »[6]

Je trouve que cette dernière citation correspond parfaitement à ce que j’essaye imparfaitement de faire en ce moment, d’autant que  nouveau champ historiographique oblige, l’histoire des émotions est de plus en plus visible sur Internet.

L’histoire des émotions en ligne

Il est en effet important de souligner ici que de nombreux travaux en cours à propos de l’histoire des émotions se retrouvent en ligne, sous forme de blogs, de carnets de recherche ou de revues. Non seulement, c’est un domaine nouveau, mais en plus il utilise également de nouveaux moyens pour rendre compte des étapes de la recherche.

Là encore, plutôt que d’établir une longue liste de sites, je voudrais simplement indiquer quelques références qui me paraissent très utiles à consulter dans ce domaine. Sur la plate-forme Hypothèses.org, il y a tout d’abord le carnet en ligne Les émotions au Moyen-âge qui me semble le support sur Internet le plus utile sur cet aspect, tant par les diversités des contenus que par les nombreuses réflexions épistémologiques. De plus, ce carnet ne se retreint pas à la période du Moyen-âge et signale de très nombreux travaux sur toutes les périodes historiques. C’est en conséquence un outil indispensable.

Deux autres blogs sont aussi passionnants : tout d’abord The history of emotions qui dépend de la Queen Mary University of London, et ensuite Histories of  emotion, from medieval Europe to contemporary Australia. Tous deux signalent et commentent les principales parutions dans ce domaine, et ils offrent en outre de très précieux outils de réflexion dans l’histoire des émotions.

Enfin la revue en ligne Passions in Context, International journal for the history ans the theory of emotions propose plusieurs articles qui éclaircissent les apports de l’histoire des émotions.

On peut enfin ici signaler également l’article qui est très souvent mentionné comme le point de départ de l’ensemble de la réflexion dans ce domaine à savoir « la sensibilité et l’histoire : comment reconstituer la vie affective d’autrefois » publié pour la première fois en 1941 et repris ensuite dans Combats pour l’histoire que l’on peut également lire en ligne.

S’écarter aussi de l’histoire pour mieux comprendre

Dans ce champ historiographique, on est très vite confronté à d’autres sciences que l’histoire. En effet, tout ce qui concerne les émotions implique par exemple les neurosciences, mais aussi sans aucun doute la philosophie ou la psychanalyse.

Trois livres de vulgarisation scientifique et un livre de philosophie m’ont permis de mieux comprendre en quoi les émotions pouvaient être une catégorie d’analyse utile pour l’historien-ne.

Le premier livre, L’erreur de Descartes. La raison des émotions[7] a été écrit par le neurologue Antonio R.Damasio, dont les travaux sur les émotions sont mentionnés à maintes reprises dans mes lectures sur le sujet. D’un abord pas toujours facile pour un chercheur en sciences sociales, ce livre permet de mieux comprendre comment fonctionnent les émotions. Deux autres ouvrages m’ont été dès lors utiles : Le Sexe des émotions du psychiatre Alain Braconnier[8] et surtout le récent La Vie des émotions et l’attachement dans la famille[9] de Michel Delage. Ce dernier livre me semble d’ailleurs être le plus facile à lire : écrit par un psychiatre du Service des armées, il a en effet le grand mérite pour moi de reprendre l’ensemble des travaux sur les émotions, de faire des mises au point claires et il permet en conséquence de mieux comprendre l’ensemble des enjeux.

Enfin j’ai relu pour l’occasion le livre du philosophe Pierre Zaoui, La traversée des catastrophes[10] , parce qu’il me semble lié à cette thématique d’ensemble. J’essayerai d’ailleurs de le montrer dans le prochain billet.

Dans ce parcours de lectures, très subjectif et encore une fois lacunaire, je n’oublie pas mes deux principaux centres d’intérêt, l’étude du phénomène guerrier et celle de l’émotion en histoire politique.

L’émotion en guerre et en politique

En ce qui concerne le rôle des émotions dans l’histoire du phénomène guerrier, on doit tout d’abord signaler que c’est un domaine de recherches actuellement abordé par l’historien Guillaume Piketty comme le montre cette très riche bibliographie que l’on peut retrouver en ligne. On y retrouve de nombreuses références très utiles que je tente actuellement d’explorer davantage. Mais plus précisément dans ce  domaine, ce sont les travaux de l’historienne Joanna Bourke qui me sont le plus utiles, au premier chef son livre An intimate history of killing : face-to-face killing in twentieth century warfare[11] qui est d’ailleurs le premier livre d’histoire que j’ai lu en anglais il y a quelques années. Elle dirige également des recherches dans le domaine de l’histoire des émotions en guerre comme la thèse de Linda Maynard qui porte sur  le thème suivant prometteur : « Emotional interactions between male family members during the First and Second World Wars ».

En ce qui concerne le rôle des émotions en histoire politique, ce sont les travaux de Christophe Prochasson qui me servent de guide. Ses deux livres, L’Empire des émotions [12]et La Gauche est-elle morale ? [13] offrent en effet une grille de lecture et un outillage méthodologique très utile dans ce domaine comme j’essayerai de le montrer dans un prochain billet.

« J’avais prévu bien des choses et …» Dominique A.

Et maintenant ? Comme le souligne le sous-titre, j’avais en effet prévu bien des choses ce mois-ci à la villa réflexive, mais la suite de la chanson de Dominique A dit ceci « et bien des choses ne se produirent pas »[14].Entre les lectures, et surtout le travail de plus en plus envahissant d’écriture de la thèse, je n’ai pas réussi à aller plus vite. Pourtant, dans les trois derniers jours de juillet, il y aura trois derniers billets :

Tout d’abord un essai d’histoire des émotions concernant la Première Guerre mondiale «  Pleurer Jaurès et les militants socialistes morts au combat »

Ensuite une nouvelle tentative portant cette fois sur la joie : « La joie socialiste au temps du Front populaire»

Enfin, un compte rendu du dernier livre qui m’a procuré une formidable émotion à la lecture. Il s’agit du livre de  Karl Jacoby  Des ombres à l’aube [15], où il sera aussi question de l’histoire de la violence.

Alors à très bientôt !


[1] S.d. C.Delacroix,F.Dosse, P.Garcia,N.Offenstadt, Historiographies, concepts et débats, Paris, Folio Histoire, 2010.

[2] J.Plamper « L’histoire des émotions » in C.Granger, dir., À quoi pensent les historiens ? Faire de l’histoire au XXIe siècle, Paris, Autrement, 2013, pp.225-240.

[3] J.Plamper, op.cit., p.240.

[4] À titre d’exemple, on peut signaler le livre de F.D’Almeida et d’A.Rowley, Quand l’histoire nous prend par les sentiments, Paris, O.Jacob, 2013  et celui d’A.Corbin, La Douceur de l’ombre : l’arbre, source d’émotions, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Fayard, 2013.

[5] U.Frevert,Emotions in History.Lost and Found, Central European University Press, 2011

[6] J.Plamper, op.cit., p.239.

[7] A.R.Damasio, L’erreur de Descartes. La raison des émotions, Paris, O.Jacob,2010.

[8] A.Braconnier, Le Sexe des émotions, Paris, O.Jacob, 2000.

[9] M.Delage, La Vie des émotions et l’attachement dans la famille, Paris, O.Jacob, 2013.

[10] P.Zaoui, La traversée des catastrophes, Paris, Seuil, 2010.

[11] J.Bourke, An intimate history of killing, London, Basic Books, 1999.

[12] C.Prochasson, L’Empire des émotions, les historiens dans la mêlée, Paris, Demopolis, 2008.

[13] C.Prochasson, La Gauche est-elle morale ?, Paris, Flammarion, 2010.

[14] Dominique A, L’onglée, 1993.

[15] Karl Jacoby, Des ombres à l’aube. Un massacre d’Apaches et la violence de l’histoire,Toulouse, Anacharsis, 2013.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *