Poser des jalons pour une histoire des émotions

En revenant un an après à la Villa réflexive, la première sensation éprouvée en ouvrant la porte est de se dire que les choses ont bien changé depuis juillet 2012. Il faut croire que comme certaines rencontres précieuses, certains lieux peuvent modifier le cours d’une vie. Et en même temps, on doit se dire qu’il ne faut pas s’arrêter en chemin et reprendre les habitudes dans la villa. Il y a un an, j’écrivais ma thèse ; aujourd’hui je continue de l’écrire, je n’ose plus dire « terminer » tant la perspective de la fin s’éloigne à chaque instant. Mais justement dans ce mois qui sera riche d’écriture, de petites victoires et de moments de découragement, de moments d’émotions tout simplement, il m’a semblé utile d’aborder la question de l’histoire des émotions.

La surprise au retour des archives, Nantes, 2013, photo DR.

La surprise au retour des archives, Nantes, 2013, photo DR.

C’est aujourd’hui un des nouveaux champs historiographiques les plus actifs, peut-être pour le moment davantage à l’étranger qu’en France. Il faudra d’ailleurs (et ce sera l’objet du prochain billet) tenter de poser les bases d’une bibliographie sur le sujet, mais ce ne sera pas tout. Sans trop savoir pourquoi pour le moment, je me dis que l’histoire des émotions peut avoir une importance déterminante dans ma recherche en cours. C’est pourquoi je vais me restreindre à étudier deux objets de ce nouveau chantier de l’histoire, à savoir le rôle des émotions dans les formes d’expression de la culture militante d’une part et l’importance de ces mêmes émotions dans l’étude du phénomène guerrier. Ce sont en effet les deux domaines qui m’occupent plus particulièrement, l’histoire du politique et l’histoire militaire.

Parmi les émotions de base, on peut retenir la peur, la colère, la joie, la tristesse ou encore la surprise ou le dégoût. Mais la gamme des émotions est plus large, plus complexe et l’une peut se superposer sur l’autre. Il faudra donc tenter de voir comment l’historien-ne étudie les émotions comme un objet historique. L’une des règles de ce mois de juillet que je me suis imposé, car je ne connais pas encore grand chose à ce champ d’études, est de découvrir l’histoire des émotions à travers quelques exemples et d’essayer en même temps d’en rendre compte. Cela oblige à sortir de la discipline stricto sensu de l’histoire et d’aller « braconner » dans des domaines plus variés, bien sûr  avec l’aide des autres sciences sociales mais aussi et c’est une grande nouveauté pour moi,  avec par exemple l’aide des neurosciences.

C’est pourquoi le premier vrai billet de la saison de juillet 2013 sera un programme de lectures ; j’essayerai en même temps d’en rendre ici. Mais évidemment je partirai aussi d’exemples plus concrets empruntés à mon propre parcours de recherche. Et j’aimerais aussi avoir l’occasion de recevoir ici des invité-e-s qui aideront à mieux cerner ce qu’est l’histoire des émotions.

Enfin, ce n’est sans doute pas un hasard que ce thème se soit imposé à moi : entre l’écriture qui doit s’accélérer, les doutes sur le travail en train de se faire mais aussi et surtout le flot des aléas du quotidien, un nécessaire retour à une démarche réflexive, juillet sera un mois riche en émotions. Les billets rassemblés ici porteront sans aucun doute la marque de ce chemin en train de se faire.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22/05/2014

    […] Siri Hustvedt, La femme qui tremble une histoire de mes nerfs: essai, Arles; Montréal, Actes Sud ; Leméac éd., 2010. Cet ouvrage m’a donné envie de relire les billets de Benoit Kermoal sur l’histoire des émotions (http://reflexivites.hypotheses.org/4889). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *