Cadrage ou écartement ?

Le mois de juin presque fini,  je m’apprête à faire mes valises et quitter la Villa. Ces dernières semaines je n’ai publié que trois billets (j’espére que ça suffira pour payer le loger…), mais j’ai passé beaucoup de temps à relire les billets de la Villa et faire un peu de « intra-histoire »; j’utilise ce mot pour traduire l’espagnol intrahistoria, néologisme introduit par Unamuno pour faire référence à l’histoire interne des communautés, à l’histoire qui ne regarde pas les grands événements mais les petites vies des gens courants. En étudiant l’intrahistoria, disait-il, on pouvait trouver l’âme des peuples; mise donc à radiographier l’âme de notre carnet pour analyser le développement de la métaphore #Villa Réflexive, j’ai eu l’occasion de relire les textes de notre bibliothèque commune et d’apprendre beaucoup de cet exercice de réflexivité.

Et voici un motif qui a attiré particulièrement mon attention: le cadre. Dans un billet qu’il faudrait encadrer et accrocher au murs, Stéphanie affirme : « Le cadre est sûrement l’un des éléments architecturaux emblématique de cette Villa : les portes, les fenêtres, les miroirs mais aussi tous les tableaux accrochés de partout » (« Conte féérique pour Villa réflexive »). Penser au cadre en tant qu’élément architectural me semble une paradoxe évidente avec ce que nous essayons de faire à la Villa, où l’on est plutôt pour l’écartement, pour l’éloignement (avec un pas de côté, avec une couture en biais, avec un croisement de regards…). Mais voici que je trouve une série de photographies prises en 2012 au Musée Thyssen Bornemisza (Madrid) quand je visitais une magnifique exposition de Edward Hopper, et je comprends qu’il n’y a pas de paradoxe, parce que le cadrage et l’écartement peuvent être complémentaires, avec une seule condition: qu’il soient conscients, explicites, « réflexivisés ».

"Encadrage et écartement". Photos Elena Azofra pour Espaces réflexifs

« Cadrage et écartement ». Photos Elena Azofra pour Espaces réflexifs

Les responsables de l’exposition avaient installé un ensemble de pièces pour faire réfléchir aux visiteurs sur le tableau « Soleil du matin ». L’objectif serait de mieux comprendre comment Hopper pouvait « voir » la lumière, le cadre, l’espace… En réalité, l’installation laissait regarder le tableau d’un autre perspective et réfléchir sur le fait même de la peinture, du travail du peintre. En somme, voir le tableau à la fois d’une perspective encadrée et écartée contribuait à mieux comprendre l’œuvre, mais l’on ne savait que juste quand l’on utilisait l’installation mise ad hoc, en profitant la perspective lateral (pour une pensée latérale… ?).

Image Hopper-5

À mon avis, ça se passe aussi dans notre travail de recherche: une perspective complémentaire de cadrage et écartement est très enrichissante et stimulante, elle contribue à ouvrir l’esprit, mais il faut en être conscient, y réfléchir pour en profiter. Et ça c’est que nous faisons ici, à notre #VillaRéflexive. #EspritVilla.

Le dernier jour du juin s’écoulant, je vais passer les clés à Benoît. Finie l’intra-histoire, c’est l´heure de l’Histoire…


Elena Azofra

Profesora de Lengua española (Historia de la lengua y Morfología) en la Facultad de Filología de la Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED), en Madrid, España.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *