Retour à la Villa. Changements de printemps

Je visite pour la deuxième fois notre #Villa, et je suis heureuse de me retrouver ici, entourée des objets et des sons qui parlent des ami.e.s co-locataires et font sonner les échos de leurs mots. Ça m’a beaucoup plu de trouver la jarre en terre cuite placée à l’entrée, où j’ai déjà déposé mes hontes et mes complexes, décidée à écrire en français avec complète liberté : mes excuses si je fais des fautes, mais je vais essayer d’être surtout « lisible », mot que j’emprunte à Jonathan Chibois (extrait du titre de son billet « Être lisible plûtot que lu » ): en effet, je vais chercher à pouvoir être lue, comme il nous le disait :

Les lecteurs étant majoritairement invisibles, la conversation étant le plus souvent silencieuse, il est vain je pense de chercher à être lu, et bien plus fructueux de se contenter de chercher à pouvoir être lu. Une écriture publique sans lecteurs donc, mais non sans audience.

Je suis partie à la fin de septembre dernier, et je reviens maintenant, le premier juin, au temps de l’épanouissement des fleurs. J’ai laissé un paysage jaune en automne et je trouve maintenant le vert que la pluie a mis partout. Des changements s’annoncent…

Le jeu vert-bleu du ciel de printemps. Photo E. Azofra

Le jeu vert-bleu du ciel de printemps. Photo E. Azofra

Un cycle s’est fermé, celui du cours : septembre – juin c’est pour moi un cycle naturel qui me suggère l’idée de bilan, de compte-rendu, de rapport final… Je voulais faire un peu l’histoire de mes découvertes pendant le cours, les personnes, les billets, les carnets, les images qui m’ont marquée tout au long de ces mois, mais je ne trouvais pas un fil conducteur. Une seule décision avant de partir : le but de ma réflexion cette fois ne sera pas la langue, tellement je suis prise par l’interdisciplinarité qui règne à Hypothèses. Et en plus, le défi d’une écriture réflexive en français, une langue amie –et bien aimée– mais pas naturelle pour moi… Changement d’approche à la réflexivité, changement de langue…

Et le sous-titre ? Et les motifs ? Et les images ? L’inspiration est venue depuis deux jours, quand j’étais en route vers notre #Villa, en traversant les verts paysages du Nord de l’Espagne : voilà un petit oiseau qui a survolé l’écran de mon smartphone, ce petit appareil sans lequel je ne sais pas vivre aujourd’hui… C’était l’oiseau bleu du Twitter, le symbole du réseau social, le facteur numerique des nouvelles et des souvenirs des amis (copains, étudiants…). Et cette fois-ci, le tweet portait une demande de soleil, du beau soleil espagnol qui illumine beaucoup de nos jours dans les pays du Sud de l’Europe, et qui fait crever de jalousie les habitants du Nord. Voyez l’échange des messages :

échange twets soleil

Entretien inspirateur: #LeSoleilEnRoute

Bien que je ne puisse pas agir sur la performativé du bandeau (desolée, Marie-Anne !!),1 je vais essayer d’exprimer pourquoi notre #Villa c’est pour moi un lieu ensoleillé, éclairé, lumineux. Pendant mon séjour, notre carnet réflexif ne sera pas la maison d’une linguiste, puisque je ne veux pas parler proprement de langue, mais de curiosité, de savoir, de méthodologie, d’envie de recherche, du plaisir des échanges, de rencontres, de convivialité… Il y a eu ici des dynamiques, des bifurcations, des pas de côté… On aura désormais des éclairages, des découvertes, des changements…

N.B. : Il faut souligner le possesif « notre », que j’ai employé spontanément quelques fois par rapport à #Villa, au lieu du simple « la » que j’utilisais avant.

  1. L’image « Le jeu vert-bleu du ciel de printemps » est tant « performative » que possible: elle a été prise aujourd’hui à Madrid par moi-même… []

Elena Azofra

Profesora de Lengua española (Historia de la lengua y Morfología) en la Facultad de Filología de la Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED), en Madrid, España.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Marie-Anne Paveau dit :

    merci elena pour ce lumineux premier billet de juin – non, c’est vrai qu’on ne peut contrôler la performativité, mais on peut la fantasmer et c’est chose faite – et je note avec plaisir le passage affectueux du défini au possessif : qui a dit que la syntaxe était une pure approche technique ?

    • Elena Azofra dit :

      Merci à toi ! Et en effet, pour la grammaire il est question aussi de la sensibilité linguistique… C’est chouette de pouvoir jouer avec nos « outils de travail » conscientment… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *