Dialogues

Karinesperanto est une invitée surprise.

Billet initialement publié sur le blog L’aile du papillon (le 19 janvier 2012).

Reflet du billet écrit par Julie Henry le 4 février 2012.

J’ai des choses à te dire. Je veux te parler de ce qui me tient à cœur.

Peut-être que ça ne te concerne pas, mais que tu vas m’écouter quand-même, avec attention et empathie, par amitié pour moi. Peut-être que tu me donneras ton avis. Peut-être que tu me donneras du réconfort. Peut-être que tu me donneras juste l’impression que j’ai de l’importance à tes yeux, parce que ce que je dis compte suffisamment pour que tu me donnes un peu de ton temps et de ton écoute.

Parce que tu seras là, ma pensée va se démêler du grand chaos de mes sensations et de mes émotions. Elle va se matérialiser en sons articulés : des mots et des phrases. Grâce à toi, je vais pouvoir prendre un double recul sur ce qui vit en moi : le recul lié au fait que ce qui est interne, en moi, va devenir un objet sonore externe, presque palpable… En tous les cas, mémorisable et manipulable. Et en même temps, je vais me détacher une deuxième fois de ce chaos interne en le portant à ton oreille, en te le donnant à entendre et en observant ta réaction face à ce que j’aurai dit : seras-tu surpris ? Choqué ? Attendri ? Amusé ? En te le disant, il devient un peu ton objet aussi. Tu peux aussi le transformer, le critiquer, l’améliorer… Quel merveilleux remède pour me délester de la charge trop pesante d’un cyclone d’émotions fortes.

Et puis il y a eu l’autre dialogue. Avec toi, qui n’es pas mon ami, toi qui es directement concerné par ce que j’ai à te dire. Avec toi, parler, c’est m’exposer, prendre une part de risque : voudras-tu m’écouter ? Sauras-tu recevoir mes mots, mes phrases, mes idées ? Sauras-tu partager les tiennes avec moi, sans violence, sans autoritarisme, sans chercher à abuser de ta position ? Saurai-je faire preuve de vigilance ? Saurai-je protéger la part de moi qui s’expose au risque ? Avec toi, le dialogue est un défi. Je suis contente de l’avoir relevé. Je suis contente que tu m’aies considérée comme une vraie personne, par ton écoute, et par la prise en compte de mes paroles dans tes réponses.

Riches moments tellement humains dans tous ces échanges du jour.

Illustration : Pauline Krähenbühl, tous droits réservés

Pour citer ce billet :
Karinesperanto (5 février 2012) “Dialogues”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/476


Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Christophe TUFFERY dit :

    En usant la métaphore du combat, je voulais suggérer le fait qu’aller et venir entre la lecture des autres et sa pensée réflexive peut parfois ressembler à un vrai « sport de combat », un peu comme Bourdieu avait tenté de faire comprendre ce que peut être l’exercice pratique de la sociologie.

  2. Christophe TUFFERY dit :

    Des phrases belles et simples, des questions loin d’être aussi naives qu’il y parait, que c’est bon de sentir son esprit pouvoir se reposer en lisant de tels propos alors que le plus souvent la lecture des autres et sa propre pensée réflexive mènent une sorte de combat titanesque épuisant. Merci.

    • karinesperanto dit :

      Merci aussi ! Heureuse de pouvoir vous reposer l’esprit (le mien travaille beaucoup, mais c’est ça qui le détend !).

      J’avoue que je m’offre le luxe de ne pas tellement m’exposer aux combats titanesques entre ma propre pensée réflexive et la lecture des autres. Lorsque ma curiosité m’y conduit, je m’aventure parfois sur des terrains accidentés, où il y a des obstacles à surmonter, avant d’accéder à une partie de la pensée d’autrui. Mais si ce doit être un combat, je fuis !

      Bon courage, et bon repos pendant les moments de trêve !

  3. Stéphanie Messal dit :

    Très joli reflet, avec une couleur de miel, très douce…
    J’ai envie de m’assoir et de t’écouter, de prendre tout le temps qu’il faudra pour ça.
    Et pourquoi pas nous préparer un peu de thé.
    Je te découvrirai par les mots, par la voix, par les gestes et le regard qui sera bavard lui aussi.
    Tu te livreras et te délivreras : au milieu des silences, j’imagine des rires, un peu surpris, un peu gênés mais spontanés.
    Oui, j’ai envie de m’assoir sur le moelleux de la conversation que tu m’offres. De m’assoir et de t’écouter comme une Mélodie. Des fois, on reviendra sur certaines paroles parce qu’elles étaient belles ou parce qu’elles étaient complexes à la première écoute. Et puis, je fredonnerai certains couplets, ceux qui nous parlent, ceux qui nous touchent.
    Alors, je vais m’assoir un petit peu, là, comme ça, et attendre le son de tes mots, et entendre la couleur de ta voix.

    • karinesperanto dit :

      Tellement joli, ton texte, Stéphanie ! Un reflet du mien qui est lui-même un reflet de celui de Julie !!! On va faire de beaux jeux de miroir !
      J’ai préparé le thé, je t’attends, pour poursuivre ce doux moment entre ombres, rais de lumière et reflets. Aller à ta rencontre et t’ouvrir des portes ! Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *