Hologrammes – Les figures d’autorité du savoir

Mise à jour de ce billet le 27 mai 2013 – Contrairement à ce que j’aurais souhaité, je ne pourrai malheureusement pas donner suite à cette réflexion pendant le mois de mai dans les Espaces réflexifs, mais ce sont des questions que je serai amenée à développer plus tard.

Je suis immergée dans le milieu universitaire, de « l’enseignement supérieur et de la recherche » depuis maintenant 10 ans, des études à la pratique professionnelle de la recherche, de l’enseignement en passant par l’administration de la recherche.

Un jour, à la fin de l’adolescence, j’ai découvert que les auteurs des livres que je lisais n’était pas tous morts. Oui je l’ai découvert, car je passais, après le lycée, à des lectures de textes écrits par des contemporains. J’ai découvert aussi que je pouvais les écouter, en ligne, et même les rencontrer, lors de colloques, de conférences.

A l’arrivée dans mes études supérieures en biologie/géologie, j’ai eu la surprise de constater que les savoirs que l’on m’enseignait jusqu’au secondaire, et même en classe préparatoire, n’étaient en fait pas figés, pas tous, et en tous cas pas de manière immuable. J’ai compris la portée d’une phrase récurrente de l’un de mes professeurs : « en l’état actuel de nos connaissances, on peut dire que… ». J’ai compris que certains « faits scientifiques » étaient aujourd’hui remis en question. Parfois par les enseignants-chercheurs même qui me donnaient des cours au cours de ma licence et de mon master.

Bien plus tard, j’ai même explicitement compris, en participant à la révision et à l’écriture de l’un d’entre eux, qu’un dictionnaire aussi était un texte écrit par des femmes et des hommes. Un texte daté et situé : les définitions changent, l’usage des mots aussi, au fil des époques, au fil des activités humaines dans une société donnée, etc.

Le savoir donc n’est pas une encyclopédie que l’on détient une fois pour toute, mais toujours en construction, mouvant, issu d’une activité humaine. Les hommes et les femmes qui construisent ce savoir ne sont pas ces figures géniales du passé mythifiés par certaines expositions  de culture scientifique, ou certains ouvrages, mais par des collectifs et des individus en interaction, que l’on peut rencontrer, avec qui l’on peut échanger, s’agissant des acteurs de la recherche actuelle. Depuis je me méfie un peu de ceux qui se posent en « détenteurs de savoirs », en « expert » puisque cette construction permanente, œuvre collaborative, devrait induire bien au contraire à mon sens une forme d’humilité de chacun face aux connaissances, qui ne sont « détenues » par personne mais pouvant potentiellement être partagées à tous. C’est sans compter les enjeux de « reconnaissance » liés à la « maîtrise » d’un savoir et si présents dans l’université, c’est sans compter sur la valorisation extérieure que semble rechercher certains dans la « détention » d’un savoir, la posture d’autorité qu’ils semblent vouloir adopter de cette manière : « je sais », « je vais vous expliquer », « c’est compliqué mais je vais faire simple pour que vous compreniez ». Une forme « d’autorité » d’expert qui me dérange, qui manque à mon sens de réflexivité, et qui en tout cas ne relève pas de ce que j’entends par « enseigner », « partager des connaissances ».

Je souhaite ainsi essayer de considérer la question de l’autorité et des figures de l’autorité comme point trop souvent aveugle de notre rapport au savoir, y compris, même si c’est assez surprenant, dans le milieu de l’enseignement supérieur et de la recherche, pourtant au contact direct de la connaissance en construction-déconstruction permanente.

Une nouvelle évidence donc que je souhaiterais interroger ici , mettre en question : celle de l’autorité que l’on attribue. « Il / elle fait autorité » : pourquoi ? A qui accorde-t-on une autorité ? Et quelle forme d’autorité ? Pourquoi quelqu’un représente-t-elle ou il une autorité pour soi ? Selon quels critères, quelles valeurs ? Selon quelles représentations de l’autorité, de celui ou celle qui pourrait / devrait en être un représentant ?

Qu’est-ce que cela change d’expliciter ce qui fonde l’autorité, dans notre relation à l’autre, dans un collectif ? Qu’est-ce que les formes d’autorité que l’on reconnaît disent de notre propre rapport au savoir, à la connaissance, à l’institution ? En quoi les figures d’autorité que l’on reconnaît ou non constituent-elles un choix parmi d’autres possibilités, choix conscient ou inconscient, pris à l’échelle individuelle ou du collectif ?

Je pars pour cette réflexion d’écrits d’auteurs (Penser avec) et d’expériences personnelles (d’enseignement, de recherche universitaires, d’organisation et de travail collectif dans le cadre de groupe hiérarchisés – Penser à partir).

Ces billets ne seront qu’une ébauche sur cette vaste question de l’effet de l’association entre réflexivité et autorité, comme évidence déconstruite. Je souhaite la rendre présente dans les Espaces réflexifs en mai car elle interroge de plein fouet nos rapports au savoir, et à ces figures « évidentes » de l’autorité, avec lesquelles nos interagissons en permanence dans nos métiers, et que parfois nous incarnons nous-mêmes, quand nous enseignons par exemple.

HOLOGRAMME TETE HUMAINE

Source : http://jardindesprit.forumgratuit.org/t70-dennis-gabor-inventeur-de-l-hologramme

On peut considérer la figure d’autorité comme une représentation, basée sur une projection de celui qui se soumet à l’autorité. Je voudrais considérer l’autorité comme tout à fait autre chose qu’un hologramme, une illusion à laquelle on s’accroche, à laquelle on se réfère, qui change pourtant déjà selon les perspectives, mais à laquelle on ne donne pas de consistance.

« Un hologramme représente une image en trois dimensions apparaissant comme « suspendue en l’air ». Wikipédia

Je voudrais ancrer l’autorité vis-à-vis du savoir dans le sol, dans des critères qui s’explicitent.

Pour citer ce billet

Faury, Mélodie (15 mai 2013) “Hologramme 1 – Les figures d’autorité du savoir”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/4735


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 25/04/2015

    […] qui l’emploie pour peu que son autorité ne soit pas acquise. Ce qui résonne dès lors à la question de l’expert dont les arguments sont reçus positivement lorsque l’on reconnaît son expertise mais […]

  2. 04/05/2015

    […] Mélodie (15 mai 2013) “Hologramme 1 – Les figures d’autorité du savoir”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *