Parce que traduire, c’est analyser un discours

Je suis déjà passé par la villa réflexive, en tant que traducteur, septembre dernier quand Elena Azofra a publié une série de billets sous le thème de « langue et transparences ». D »ailleurs, j’aurais pu intituler ce billet « Traduction et transparences » mais non ! Je ne l’ai pas fait pour plusieurs raisons ; je ne veux ni plagier un titre, ni parler des problèmes de fidélité/transparence en traduction. Je souhaite ici revenir sur cette expérience avec un peu de nostalgie mais surtout beaucoup de réflexivité.

 Langue et transparences

Traduire un blog…ou plutôt une série de billets

Elena a choisi de publier ses billets en langue espagnole, sa langue maternelle. J’ai entrepris donc la traduction de ces billets en français pour faciliter la compréhension aux lecteurs habitués de la Villa (majoritairement francophones). C’était ma première expérience de traduction de discours nativement numérique portant sur la linguistique. Cette expérience m’a énormément appris sur la nature et les caractéristiques du discours nativement numérique (le sujet global de mes recherches doctorales). En effet, avant de traduire un discours, il faut le comprendre et pour ce faire il faut l’analyser. Mais il faut aussi prendre en compte la dynamique du web, le paratexte numérique…etc. Un discours numérique est composé de plusieurs formes d’intertextalité : a) hypertextuelle internes aux blogs (donc il faut passer par une sorte de va-et-vient entre plusieurs pages pour saisir le sens) mais aussi, b) textuelle, qu’on trouve dans tous les textes.

L’écriture à 4 mains comme moyen de réflexivité

annotations

Toute traduction destinée à une publication ou bien à une large diffusion est relue. Cette relecture sert à garantir une bonne qualité de la traduction. La traduction de la série de billets « Langue et transparence » a été relue par l’auteure de ces billets, Elena Azofra qui maîtrise parfaitement le français (que demander plus, me diriez-vous). Cette relecture s’est faite avec des moyens de corrections, modifications et d’annotations de traduction purement numériques (document en mode suivi de modifications, commentaires…etc.) pour corriger (coquille, omissions, contre-sens) et valider cette traduction.  Cette relecture a été pour moi un excellent moyen de réflexivité sur ma propre pratique professionnelle de manière particulière et sur les blogs scientifiques, sujet de ma thèse de manière générale.

 

La tour de Babel à l’heure du web 2.0

Cependant, si j’ai pu assurer la traduction des billets entre deux journées de travail, cela n’était pas le cas pour les commentaires qui parfois étaient dans des langues différentes. Les commentaires représentent des espaces de discussion et d’interactions autour des billets.  Les commentaires laissés par les internautes augmentent les textes, billets ou messages des sites et blogs[1]. Donc pour assurer un minimum de continuité de communication, la traduction automatique peut prendre la relève avec des réserves bien sûr. En effet, les nouvelles technologies en matière de traduction automatique sont de plus en plus performantes et de plus en plus utilisées dans le web 2.0. (Traduction de mails, sites, blogs, flux RSS…). Ces nouveaux systèmes sont conçus sur des technologies hybrides : statistiques (le cas de Google traduction) et règles grammaticales (la majorité des systèmes actuels). Après un effort de personnalisation, la machine peut donc traduire un discours et donner un résultat assez satisfaisant dans certains cas mais elle ne pourra jamais l’analyser comme l’homme (la femme) le fait.


[1] PAVEAU, Marie-Anne. 2012: « Réalité et discursivité. D’’autres dimensions pour la théorie du discours », Semen34, 95-115.

Pour citer ce billet : ZINEDDINE A., 20 avril 2013, “Par ce que traduire, c’est analyser un discours”, Espaces réflexifs [Carnet de recherche] Url : http://reflexivites.hypotheses.org/4600. Consulté le…


Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *