Les enfants-chercheurs de la science ouverte

17 mars 2013
Par

Pour Aaron Swartz

Dans le débat actuel sur l'accès ouvert aux travaux scientifiques des chercheurs, qui concerne plus largement la science ouverte, il existe des arguments de poids. Parmi eux, les parcours de trois jeunes adolescents, Meredith, Jack et Logan. Ce sont des champions du pas de côté, des athlètes du latéral, et, parfois, des pros du hacking : s'ouvrant des chemins de lecture imprévus dans la science en ligne, ils innovent et ils créent.

Capture d’écran 2013-03-17 à 11.08.09

Meredith

C'est grâce à un très beau billet de Pierre Mounier, "Impressions d’automne 1 : Le cas Meredith", que j'ai découvert la "lectrice inattendue" il y a quelques mois. J'en ai fait la conclusion d'une conférence sur le blogging scientifique la semaine dernière et j'ai eu l'impression que Meredith avait impressionné les auditeurs. J'ai également mentionné ce billet de Pierre Mounier dans un message au collectif d'une revue pour laquelle je travaille, et j'espère que la lectrice imprévue aura une petite influence. L'histoire de Meredith est racontée au cours d'un colloque sur l'open access par le biologiste Philip Bourne : rédacteur en chef d'une revue scientifique, il reçoit un manuscrit particulièrement innovant et décide de rencontrer l'auteur. À sa grande surprise une jeune fille de quinze ans, Meredith, se présente :

Celle-​ci avait rédigé son article parce qu’elle s’était pas­sion­née pour le sujet à la suite d’une fête de la science. Elle s’était alors ren­sei­gnée en uti­li­sant Wiki­pe­dia puis la lit­té­ra­ture spé­cia­li­sée en libre accès. Enfin, pour établir son modèle, elle avait demandé et obtenu du temps de cal­cul sur les ordi­na­teurs du San Diego Super­com­pu­ter Cen­ter ainsi que l’accès à des bases de données (Mounier 2012).

Pour Philip Bourne, Meredith est une lectrice inattendue, une "unexpected reader" : les textes diffusés sur internet en accès ouvert rencontrent en effet des publics que l'on ne peut pas anticiper, jusqu'à cette incroyable adolescente à la curiosité créatrice. Au cours du même colloque, Michael Carroll, juriste, distingue cinq catégories de ces lecteurs inattendus (unanticipated readers) : les "serendipitous readers", c'est-à-dire des lecteurs guidés par les errances curieuses et hypertextuelles de la science ouverte en ligne qui les amènent à trouver ce qu'ils ne cherchaient pas, les "under-resourced readers" (comme Meredith), les "interdisciplinary readers" (ceux qui, par exemple, hanteront les bords de la "creative marginality"), les "international readers" (ceux qui ont besoin de lire les travaux des autres…) et les "machine readers" (les ordinateurs qui moissonnent des informations). Tout environnement ouvert apporte potentiellement des enrichissements et des innovations. Et pour une Meredith connue, combien de ces lecteurs anonymes ont-ils fait de belles découvertes enrichissant la communauté, grâce à l'open access ?

Jack

Mais parlons aussi de Jack. Jack Andraka a défrayé la chronique il y a quelques semaines : ce jeune Américain de 15 ans a mis au point un nouveau test de dépistage du cancer du pancréas, qui représente une avancée notable dans la prévention de ce type de maladie, parmi les plus mortelles. Comme Meredith, Jack a utilisé Google search et des revues en open access pour faire ses recherches. Il a également travaillé près de sept mois dans le laboratoire de Anirban Maitra, le seul chercheur, sur les 200 qu'il avait contactés, ayant répondu à la lettre dans laquelle il proposait sa découverte (lire le détail de son histoire).

La découverte et le succès de Jack ne sont pas uniquement dépendants de l'open access, évidemment : Jack a bénéficié de la bienveillance familiale, et même d'une ambiance familiale particulièrement favorable au développement de l'intelligence, qui fait dire par exemple à Jonathan Wai qu'il n'est pas du tout "an ordinary kid". Il possède une aisance certaine dans les relations et la prise de parole (sa présentation aux conférences TED est impressionnante à cet égard), il a également bénéficié de la lucidité du chercheur qui a accueilli son projet, et plus simplement des événements de la vie puisque sa découverte est motivée au départ par la mort de son oncle. Mais sans l'open access, Jack, l'ado-chercheur et sa découverte n'auraient cependant pas pu exister.

Logan

Si Meredith et Jack lisent pour la recherche, Logan parcourt les possibles du net pour son apprentissage. Logan LaPlante a treize ans et il est hacker : il hacke l'école. Hacker l'école, c'est exactement faire un pas de côté hors de la salle de classe, et prendre des chemins de traverse pour apprendre, connaître, penser. Il appelle ça le "hackschooling". Au cœur du hackschooling, le bonheur, happiness. C'est vrai que ce n'est pas ce terme que l'on trouvera le plus souvent co-occurrent avec le vocabulaire de l'école, en particulier dans le discours français. Mais qu'est que l'école a à voir avec le bonheur ? pendant que nous sommes tous encore en train de chercher la réponse, Logan propose de considérer le bonheur et le bien-être comme des pratiques, qui pourraient relever de l'éducation (tous les extraits sont issus de la conférence TED qu'il lui aussi donnée, avec la même aisance que Jack) :

We don’t seem to make how to be healthy and happy a priority in our schools; it’s separate from schools, and for some kids it doesn’t exist at all, but what if we didn’t make it separate? What if we based our education on the practice of being happy and healthy because that’s what it is: a practice, and a simple practice at that. … Education is important, but why is being happy and healthy not considered education? I just don’t get it.

Il décrit de manière intéressante le hackschooling comme un "état d'esprit" :

I’m not tied to one particular curriculum, and I’m not dedicated to one particular approach. I hack my education. I take advantages of opportunities in my community and through a network of my friends and family. I take advantage of opportunities to experience what I’m learning, and I’m not afraid to look for shortcuts or hacks to get a better, faster result. It’s like a remix or a mashup of learning.… And here’s the cool part: because it’s a mindset, not a system, hackschooling can be used by anyone, even traditional schools.

Un état d'esprit, et non un système, de quoi produire des innovations et favoriser la création :

Hackers are innovators. Hacker are people who challenge and change the systems to make them work differently, to make them work better. It’s just how they think, it’s a mindset. I’m growing up in a world that needs more people with the hacker mindset, and not just for technology. Everything is up for being hacked, even skiing, even education.

Et favoriser le bien-être également :

We don’t seem to make how to be healthy and happy a priority in our schools; it’s separate from schools, and for some kids it doesn’t exist at all, but what if we didn’t make it separate? What if we based our education on the practice of being happy and healthy because that’s what it is: a practice, and a simple practice at that. … Education is important, but why is being happy and healthy not considered education? I just don’t get it.

Meredith, Jack, Logan : des enfants, de jeunes adolescents, qui n'ont pas peur de leur désir de savoir, et qui l'explorent, le mettent en jeu dans cet immense espace de connaissance qu'est l'internet. Les "dangers de l'internet", nous rabâche-t-on de toutes parts, inhibant les uns, décourageant les autres, terrifiant les troisièmes. Nos trois enfants-chercheurs montrent avec éclat que le principal danger du net, c'est de ne pas y aller, et de continuer de considérer le savoir avec le respect distant de celui qui ne s'en permettra jamais l'appropriation.

Références

Bourne P., 2011, "Searching Deeply for Data, Results and Tools. What is StoppingUs?", Open Access Conference. The Impact of Open Access inResearch & Scholarship, Berlin, 9-10 nov. (slides)
Mounier P., 28 janvier 2012, "Impressions d’automne 1 : Le cas Meredith", Homo numericus [blog], http://blog.homo-numericus.net/article11010.html, consulté le 12 mars 2013.
Smith K., 2011, "The unexpected reader", Scholarly Communications @ Duke [blog], http://blogs.library.duke.edu/scholcomm/2011/11/15/the-unexpected-reader/, consulté le 12 mars 2013.

Crédits : "Paris danse", festival "Entrez dans la danse", Bercy-St Émilion, juin 2011, photographies M.-A. Paveau

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 18 mars 2013, “Les enfants-chercheurs de la science ouverte“, Espaces réflexifs [Carnet de recherche], http://reflexivites.hypotheses.org/?p=4328, consulté le…


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , ,

Posté dans : Mois après mois, 2013, 03. Mars 2013. M.-A. Paveau, Pratiques, Traverses

Un commentaire pour “ Les enfants-chercheurs de la science ouverte ”

  1. […] web 2.0 aime les ados glorieux, enfants-chercheurs géniaux ou hackers magnifiques, héritage sans doute de figures de l’imaginaire héroïque, traversé […]

Laisser un commentaire

sabonner-à-ce-carnet1

RétroVilla 2013 - De bien bonnes infusions

index