Quand le thé se tient debout dans la tasse

J’avais débuté mon précédent séjour dans la Villa, en mars dernier, par cette question réflexive et créatrice d’un enfant : « Pourquoi je vois pas mes yeux ? ». Dans le texte qui suit, qui est un extrait du livre de Joyce McDougall évoqué dans le dernier billet, on pourra lire une question un peu semblable, posée aussi par un enfant, à propos de thé. Comme Éric Didier dans Moi, je laisse faire, je regarde les étincelles, Joyce McDougall note l’incroyable créativité des enfants avant qu’ils ne deviennent des adultes « normaux ». Son texte, extrait du dernier chapitre qui porte le même titre que le livre, parle de la créativité de l’anormalité, que je métaphorise pour ma part dans le pas de côté et le cheminement latéral. La psychanalyse est selon elle un des lieux, réels, et non plus métaphoriques, où ces déplacements sont possibles. Je le pense aussi ; c’est un possible à maintenir, absolument, contre la réduction naturaliste, contre l’illusion rationaliste et, sans doute, contre sa propre normalisation.

"tout ce que nous avons passé notre vie à ne pas savoir"

« tout ce que nous avons passé notre vie à ne pas savoir »

«La normalité, érigée en idéal, est un symptôme, certes. Mais est-il guérissable ? On ne se laisse pas guérir si facilement de ses traits de caractère. Il y a des chimères auxquelles on tient plus qu’à sa propre vie. Et si la « normalité » en était une ? La certitude d’être « normal », d’être conforme, dans l’ordre, ordinaire, qui se dégage de cet état caractériel empêche la mise en question de soi et risque de rendre l’individu qui en est frappé, inaccessible à l’analyse. remarquons aussi que, parmi tous les symptômes caractériels, c’est celui-ci qui apporte le plus de bénéfices secondaires. Que la croyance des autres dans leur « normalité » soit pour nous pathologique ne nous donne pas le droit de vouloir à tout prix leur ouvrir les yeux sur les masques et les mensonges de l’esprit. L’analyse a pour but de nous faire découvrir tout ce que nous avons passé notre vie à ne pas savoir, de nous faire affronter tout ce qu’il y a de pénible, de plus scandaleux, au fond de notre être […].

Je compare volontiers la personnalité dite « normale » (du point de vue statistique aussi bien que normatif) à la personnalité créatrice. La plupart des gens ne sont nullement créateurs, dans le sens fort du mot. […]

"les colonnes d'eau qui sortent du corps"

« les colonnes d’eau qui sortent du corps »

Les enfants, qui questionnent tout, qui imaginent n’importe quoi, avant d’être « normalisés », sont, à côté de la plupart des adultes, des savants, des créateurs authentiques. Un souvenir lointain me revient : mon fils, âgé de trois ans, me regarde verser du thé. « Hé maman, pourquoi le thé se tient debout dans la tasse quand tu le verses du pot ?  » Je voyais, comme si c’était la première fois, la colonne du thé, qui, effectivement, se tenait « debout » entre la théière et la tasse. De surcroît j’étais incapable de formuler l’explication. – Pourquoi cet œil enfantin renonce-t-il, chez la majorité d’entre nous, adultes, à sa quête passionnée ? À quel moment tombent les cloisons, et qu’est-ce qui détermine l’étendue de leur opacité ou leur transparence ? Déjà, le regard étonné du petit garçon, braqué sur la colonne de thé, s’est détaché du corps maternel et de ses mystères. Il commence déjà à comprendre que son monde trouve des inconvénients à ce qu’il pose son regard, et ses questions, sur les colonnes d’eau qui sortent du corps […]. 

"voir, dans le quotidien, le fantastique que les autres ne voient plus"

« voir, dans le quotidien, le fantastique que les autres ne voient plus »

Les interdictions font long feu dans l’esprit de l’homme. S’il ne parvient pas à détourner son regard et à créer de nouveaux liens symboliques, il risque de baisser, pour toujours, les yeux avides de l’enfance. Nous avons tous des secteurs clos où la lumière de la question et du doute ne pénètre pas, où les liens insolites ne se feront plus. Qui, à l’âge adulte, est toujours capable de questionner l’évident ? De dessiner avec la naïveté sophistiquée de tout enfant ? De voir dans le quotidien, le fantastique que les autres ne voient plus ? […]

Garder l’espoir de tout questionner, de tout bouleverser, de tout accomplir, c’est un défi aux lois qui règlent les relations humaines. C’est en cela que tout art, toute pensée, novatrice, est une transgression. De nous tous, qui même est à la hauteur de la créativité de ses propres rêves ? Quelques génies et quelques fous peut-être.

Joyce McDougall, 1978, Plaidoyer pour une certaine anormalité, chapitre XII, Paris, Gallimard, p. 219-221 (soulignements de l’auteure).

Crédits :
Toutes les photographies sont extraites du photoblog collectif Regards unis vers, sur le principe des regards croisés sur la même réalité. Les photos sont publiées sous la licence CC.
1. Mur de sagesse, sagesse des murs, Mélodie Faury & Marie-Anne Paveau, 6 septembre 2012.
2. Histoires d’eau, Fontaine de la place de l’Hôtel de Ville, @iphonegraphie (Stéphane B.), @lafourchette (Leslie R.) et @phonesthesiste (Stéphanie M.), 11 décembre 2012.
3. rOnds dans la ville, Piera Zuccarini, Florent Guido, Maxime Faury et Mélodie Faury, 10 février 2013.

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 1 mars 2013, “Quand le thé se tient debout dans la tasse“, Espaces réflexifs [Carnet de recherche], http://reflexivites.hypotheses.org/?p=4292, consulté le…

 

 


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. ALiCe__M dit :

    Ce qui me gêne, c’est cette catégorisation, cet étiquetage »gens normaux sans créativité », ce qui me gêne, c’est le caractère définitif, fixatif, de la colle de l’étiquette. Peut-être bien que c’est ce que tu appelles « le politiquement correct », ce refus de voir les gens monolitiquement. Oui, bien sûr il existe des lieux communs, je suis capable d’en dire aussi, mais cela fait-il de moi une » personne normale sans créativité »? j’espère que non ! et puis je m’étonne vraiment de voir ces mots sous ta plume, enfin tes touches, Marie-Anne, toi qui nous concoctes régulièrement des florilèges de mots savoureux saisis « au vol », dans la rue, si inventifs et drôles : ces mots sont dits par des gens dans la rue, pas par des fous ni des génies. Il me semble qu’on a tendance à mettre la « Créativité » sur un piédestal, avec un grand C, alors qu’elle se trouve au coeur du monde.

  2. ALiCe__M dit :

    « De nous tous, qui même est à la hauteur de la créativité de ses propres rêves ? Quelques génies et quelques fous peut-être. »

    J’ai envie de répondre que tout le monde peut être « à la hauteur » de cette créativité. Nul besoin d’être un génie ou un fou. Car qui désigne ce génie, ce fou ? qui les nomme ainsi sinon les personnes dites « normales ». Je crois que personne n’est « normal » si on regarde assez longtemps.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      si personne n’est normal, alors tout le monde est anormal, ou fou selon joyce mcdougall et c’est encore une norme – signaler des différences dans la créativité ce n’est pas forcément établir des hiérarchies, et il me semble difficile de nier ces différences entre les gens, même si cela revêt des aspects peu corrects politiquement – si les gens normaux sans créativité n’existaient pas, alors il serait difficile d’expliquer la provenance des discours sur les idées reçues ou les lieux communs, typiques de l’absence d’invention, qui abondent depuis l’antiquité – mais il est toujours possible de penser que ces discours ont tort…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *