Éloge du latéral

8422746519_b142c3443d« You cannot dig a hole in a different place by digging the same hole deeper ». C’est de cette manière qu’Edward de Bono illustre la notion qu’il a lancée en 1967 : lateral thinking, la pensée divergente, la pensée latérale. Edward de Bono, c’est un psychologue « à côté » des légitimités universitaires solidifiées, c’est un penseur fluide, un praticien de la création. La pensée latérale est une méthode du pas de côté d’abord parce qu’elle est technique de création (tekhnè) et non argumentation logique (logos). C’est plutôt contre-intuitif, dans nos disciplines, d’associer pensée et technique, et la déthéorisation de la pensée est mieux acceptée si on l’appelle praxis. Mais la praxis, comme tout ensemble de gestes, qu’ils soient mécaniques ou intellectuels, nécessite des techniques. L’objectif d’Edward de Bono est la créativité, on l’appelle d’ailleurs « the creative thinker » : les techniques qu’il a mises au point obligent la pensée à s’écarter de ses routines et de ses préconstruits, pour accomplir des bifurcations qui la mènent à « l’efficience inattendue » (unexpected efficiency). Une des techniques les plus connues d’Edward de Bono est la méthode des six chapeaux (six thinking hats) : les six chapeaux représentent des modes de pensée différents et les participants à une réunion, par exemple, adoptent tout à tour chacun des chapeaux. Le but est d’éviter la censure des idées nouvelles, des inventions inhabituelles, et donc de favoriser la créativité, qui ne peut sortir que des chemins divergents.

Le côté de Serendip

Cette pensée latérale volontairement adoptée par des techniques semble avoir son pendant involontaire, mais cultivable cependant : la sérendipité. L’idée commence à être bien connue, en particulier sur le web, où elle formule bien nos trajectoires et nos rencontres : la faculté de trouver sans chercher et même, en faisant erreur, sur le modèle des découvertes accomplies par les trois princes de Serendip dans le conte du même nom.

On cite toujours l’anecdote du chameau perdu pour illustrer la sérendipité, que Zadig, le conte de Voltaire, a rendue célèbre. Mais l’une des histoires les plus intéressantes pour comprendre la notion est celle de l’esclave Diliram, abandonnée par son amant le roi Berham au milieu de la forêt, puis retrouvée par l’exceptionnelle sagacité des trois princes de Serendip. Dans cette histoire, les deux personnages sont réunis par un dispositif de fortuité (nom proposé par les Québécois) extrêmement sophistiqué, mis en place par les trois princes. Berham ne se remettant pas de la perte de sa belle esclave qu’il croit morte, dévorée par les bêtes sauvages, les trois princes lui conseillent de construire sept palais dans lesquels viendraient tour à tour sept conteurs lui raconter sept histoires, destinées à le distraire de ses insomnies. Le roi s’aperçoit avec bonheur que la dernière histoire, racontée dans le septième palais, est celle de sa passion pour Diliram. Il interroge le conteur qui lui révèle qu’il connaît la jeune femme et qu’il est d’ailleurs à la recherche de son seigneur pour lui dire qu’elle l’aime encore, malgré la cruauté dont il a fait preuve. Très heureux, Berham envoie immédiatement chercher Diliram.

8461696521_a37ee7cb87L’empereur interroge alors les princes sur la manière dont ils ont conçu un remède aussi efficace à son mal. Ils répondent qu’ils lui ont conseillé de construire sept palais différents pour que la variété et le changement soignent les causes de son mal, l’insomnie, mais aussi dans le but de retrouver la belle esclave : aucune trace de Diliram n’ayant été trouvée dans la forêt, ils n’ont en effet jamais cru que des animaux sauvages l’avaient dévorée. Par conséquent, ils ont suggéré que des conteurs soient appelés de tout le pays pour obtenir des nouvelles de la jeune femme. Leur stratégie s’est révélée parfaitement efficace puisque Diliram avait effectivement été recueillie en forêt par un marchand.

On comprend par cette histoire à quel point la sérendipité ne peut se réduire au hasard : faire construire sept palais, faire venir sept conteurs, élaborer sept histoires, voilà une entreprise considérable qui laisse peu de place aux coïncidences. La sérendipité est une véritable disposition, au sens philosophique du terme, c’est-à-dire une capacité ou habileté de l’être humain, qui peut être cultivée et mise à l’œuvre, une vertu en quelque sorte. Il s’agit donc d’une quête active, même si elle n’a pas de but connu, et non d’une attente passive devant l’inconnu. « Les esprits curieux ne méprisent rien », écrit Beroalde de Verville à la fin de la version précieuse qu’il donne du conte en 1610, Le voyage des princes fortunés. La curiosité, qui est un état de désir et de vigilance, est en effet l’une des meilleures dispositions pour que naissent les rencontres et découvertes heureuses. Elle fournit la capacité à « entendre » le  le hasard. N’est donc pas prince de Serendip qui veut.

Le désir de créativité aux marges des disciplines

Est prince de Serendip celui dont le moteur est la créativité. Si, dans le monde de la recherche, c’est plutôt le suivi discipliné et disciplinaire des mainstreams qui fait les carrières et les notoriétés, quelques princes (et princesses) sans doute coiffé.e.s des chapeaux de la pensée permettent ce que Jay Rothman et ses collaborateurs appellent « creative marginality », la créativité marginale, ou latérale, celle qui survient à la faveur d’un pas de côté. Cette marginalité créative est en fait double, puisque les chercheurs d’une discipline, cherchant l’innovation aux marges de leur discipline, rencontrent les marges d’autres disciplines, permettant alors une « cross-fertilization » :

The concept of creative marginality was developed by Dogan and Pahre (1990), who suggest that each academic field develops its own theoretical knowledge base built on an accumulation of innovations (what they term « patrimony »), which grounds the research in that field. As disciplines grow and become dense with theorists, there is an overcrowding in the academic field with many scholars studying the same patrimony and asking the same questions. Such density is not characterized by innovation.

Density simultaneously creates a propensity for researchers to fragment into sub fields. Specialization subsequently produces gaps between sub fields. As some scholars move away from the mainstream and toward the margins of the field, they begin to look toward the margins of other fields that may overlap and fill in those gaps. This interaction outside of disciplinary boundaries provides the grounds for intellectual cross-fertilization, and it is often the site at which innovation occurs. « Not only are the margins less densely populated, providing more room to grow, but successful combinations of material from two sub fields typically allows greater scope for creativity. In fact, the greatest accumulation of incremental advances takes place at the intersection of fields » (Dogan and Pahre, 1990).

8490446066_800e368a68Les marges, les lieux « de côté », deviennent alors les lieux centraux des découvertes et des innovations. Et j’ajouterai que c’est leur désir épistémologique qui poussent les chercheurs d’un champ disciplinaire à s’éloigner du centre rassurant des savoirs légitimes pour explorer par fortuité des espaces où se créeront, dans l’inconnu, et donc une certaine inquiétude, des pensées nouvelles.

La déviation créative

Autre figure créatrice du pas de côté, la déviation. Mot bien chargé, négativement la plupart du temps : le déviant est celui qui transgresse l’ordre, qui trouble les ordonnancements et les quiétudes. L’anormal, que Michel Foucault a si longuement décrit. Une autre pensée sur l’anormalité, elle-même créatrice et innovante, c’est celle de Joyce McDougall, dans Plaidoyer pour une certaine anormalité. C’est un livre sur la sexualité, où l’on trouve cependant des analyses sur la créativité qui peuvent être exportées, par un pas de côté, sur des terrains plus généraux. Analysant la perversion comme forme de créativité dans un chapitre intitulé « Création et déviation sexuelle », elle la distingue cependant fortement de la création artistique, donnant par là une définition de la création bien proche de la pensée latérale, de la sérendipité et de la marginalité créative :

Le créateur a une mobilité intérieure qui lui est spécifique ; il trouve tout ce qui se présente à lui aimanté d’intérêt – au point de paraître naïf aux gens moins créateurs. S’il regarde tout ce qui l’entoure avec un œil neuf, tout ce qu’il entend avec une oreille critique, c’est que tout objet – fût-il le plus banal – soumis à son observation devient fécond parce que mis en liaison avec un nombre infini d’autres impressions , perceptions, représentations, et réflexions […]. Il ose mettre en question l’idée reçue, mettre en contact les idées disparates, créer ce qui n’existait pas.

« Créer ce qui n’existait pas » : voilà qui nécessite en effet, un déplacement hors de ce qui existe déjà. Un petit pas latéral, ou un grand bond de côté.

Références

De Bono E., 1967, The Use of Lateral Thinking, London, Jonathan Cape.
De Bono E., 1999 [1985], Six Thinking Hats, London, Back Bay Books.
Paveau M.-A., 2011, « Ce lumineux objet du désir épistémique », article accompagnant l’édition critique du conte Les aventures des trois princes de Serendip, éditions Thierry Marchaisse, 225-244.
Rothman J., Rothman R.L., Schwoebel M.H., 2001, « Creative Marginality: Exploring the Links between Conflict Resolution and Social Work », Peace and Conflict Studies Journal, Volume 8, Number 1, 63-82.
McDougall J., 1978, Plaidoyer pour une certaine anormalité, Paris, Gallimard.

Crédits

Les trois photographies, qui pourraient représenter les marges créatives de la Villa réflexive, sont de Dana Hilliot (février 2013, galerie de l’auteur sur Flickr, CC)

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 8 mars 2013, “Éloge du latéral“, Espaces réflexifs [Carnet de recherche], http://reflexivites.hypotheses.org/?p=4272, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. 08/03/2013

    […] « You cannot dig a hole in a different place by digging the same hole deeper ». C’est de cette manière qu’Edward d…  […]

  2. 08/03/2013

    […] « You cannot dig a hole in a different place by digging the same hole deeper ». C’est de cette manière qu’Edward d…  […]

  3. 17/03/2013

    […] Éloge du latéral | Espaces Réflexifs | Fab Lab à l'université | Scoop.it bei Éloge du latéral […]

  4. 02/05/2013

    […] crois que j’aurais aussi envie de faire l’éloge de la marge de l’institution, comme l’espace dans lequel la créativité, le questionnement de la norme, […]

  5. 23/05/2013

    […] “Le créateur a une mobilité intérieure qui lui est spécifique ; il trouve tout ce qui se présente à lui aimanté d’intérêt – au point de paraître naïf aux gens moins créateurs. S’il regarde tout ce qui l’entoure avec un œil neuf, tout ce qu’il entend avec une oreille critique, c’est que tout objet – fût-il le plus banal – soumis à son observation devient fécond parce que mis en liaison avec un nombre infini d’autres impressions , perceptions, représentations, et réflexions […]. Il ose mettre en question l’idée reçue, mettre en contact les idées disparates, créer ce qui n’existait pas.” —  Plaidoyer pour une certaine anormalité, Joyce McDougall via reflexivites […]

  6. 04/08/2013

    […] parce qu’ils permettent des ouvertures inattendues (On peut sur ce point tirer profit de cet Éloge du latéral par Marie-Anne Paveau  même s’il semble et parce qu’il est éloigné de notre […]

  7. 28/07/2014

    […] « You cannot dig a hole in a different place by digging the same hole deeper ». C’est de cette manière qu’Edward d…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *