En lecture, aperçu n°1

Le livre : meilleur ennemi quotidien. Empilement angoissant et enthousiasmant.

D’abord, la lecture braconnière. Lent apprentissage : table des matières, introduction, conclusion, mots clefs ? Garder ou replacer dans la pile ? Hésitation matinale. Effort : on garde. Installer le livre : l’ouvrir, maintenir page de droite, page de gauche, avec trousse, ordinateur, ennui, tout ce qui pèse. Lire en diagonale, l’œil qui sautille de page en page, en attente d’être accroché par le mot intéressant. Seulement la page 10 ? La journée va être longue. Voici qu’un nid de mots intéressants apparaît : le regard se fait plus attentif, bon, ce chapitre là, c’est in extenso. Ça mérite bien une tasse de thé. Plongeon. Le monde ralentit, la lecture aussi : voici un passage passionnant: annoter, mémoriser, photocopier, recopier, enregistrer. Post-it rose vif : à cette page, tu dois revenir. Petits cailloux colorés semés dans l’épaisseur du papier. Epaisseur à jauger, bien sûr : ai-je le temps de lire un chapitre avant le déjeuner ? Epaisseur disparue, parfois, centaines de pages englouties par la soif de savoir. Et la pile diminue. Tonneau des Danaïdes, lire « tout ce qui tourne autour » du sujet de recherche : le monde. Alors essayer de limiter l’empilement du monde, sous peine de disparaître sous le papier.


Caroline Muller

Professeur agrégée d’histoire

Doctorante à l’Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190)

PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *