Morceaux choisis

… en guise de Compilation.

Avant d’arriver à la Villa, j’avais posé deux questions sur Twitter concernant la musique dans les pratiques de recherche :

« Quel type de musique écoutez-vous pendant votre travail de recherche ? Jouez-vous d’un instrument de musique ? »

Je vous livre les quelques réponses que j’ai reçu et je remercie chaleureusement les participants.
N’hésitez pas à compléter cette liste par le biais du commentaire ! Ce sera l’occasion d’enrichir ce billet qui n’attend que vos voix.

Instruments de musique

Parmi ceux qui m’ont répondu sur Twitter et ailleurs concernant la pratique d’un instrument de musique, voici quels sont les instrument émergeants :

  • Guitare > Vincent Ferré, Florian Caullery, Virgile D., Christophe R. et moi-même – Domaines > Littérature comparée, Mathématiques, Anthropologie
  • Hautbois > Franziska Heimburger – Domaines > Histoire (contemporaine)
  • Piano > Marc M., Eugenia S., Joël C. et moi-même – Domaines > Mathématiques, Anthropologie
  • Violon > Claire Placial – Domaines > Histoire et théorie de la traduction

Je ne peux en tirer une quelconque conclusion, le panel n’étant pas assez large pour être révélateur. Pour le moment, la majorité des musiciens se situent dans le domaine des Mathématiques. Mais j’ai trouvé un texte qui affirme qu’il ne s’agit là que d’une idée reçue. Pour l’anecdote, il s’agit d’un livre de mathématiques, Cinq minutes de mathématiques écrit par Ehrhard Behrends et traduit de l’allemand par Yannis Haralambous :

« Il y a une idée reçue qui veut que les mathématiciens aient un penchant prononcé pour la musique. Après une enquête-éclair à l’Institut Mathématique de Berlin, je peux vous affirmer qu’il n’en est rien, tout au moins rien de plus vrai que ce que l’on aurait dans une population de médecins ou d’avocats. »

Musiques

Enfin, le choix des musiques est très éclectique. « Chacun ses goûts ! » comme on dit et en matière de musique, il y a de quoi faire :

  • Ambiance
  • Classique (avec une prédilection pour Bach et Mozart)
  • Electro
  • Indi
  • Jazz
  • Minimal
  • Pop
  • Rock
  • Le silence

De toutes ces réponses reçues (ainsi que celles fournies par Mélodie Faury que je remercie), j’ai créé une playlist sur Grooveshark reprenant quelques morceaux des artistes énumérés et que vous pouvez écouter directement sur cette page, dans le widget prévu à cet effet. J’espère qu’à long terme, nous pourrons créer :

  • soit une playlist réflexive commune en l’incrémentant régulièrement au cours de l’année,
  • soit en proposant à chaque nouveau rédacteur et à ses invités de nous composer leur(s) playlist(s) mensuelle(s), dans l’idée de celle publiée par la revue Tracés lors de son numéro « Contagion ».

Je vous laisse à la lecture des réponses reçues (Cliquez sur les images pour les agrandir.) et vous retrouve plus bas dans la page…

Et un très joli texte à lire ici !

Je finis sur les goûts de Caroline qui aime les Red Hot Chili Peppers, le classique et le jazz, et surtout… le silence. Le silence compose l’écriture musicale par ses pauses et ses soupirs. Aussi le silence est il musique, et sûrement la quintessence de la musique puisque offrant toutes les mélodies possibles dans le creux de notre oreille imaginative. Le silence peut être bien plus bavard que tous les discours. On dit de lui qu’il est éloquent ! Mais on sait aussi que, bien que la parole soit d’argent, le silence est d’or. Les mots sont certes précieux et chacune des paroles prononcées par notre bouche s’envole, porteuses de leur sens, lourdement chargées du poids des mots. On ne peut plus les rattraper. Et plus question de faire comme si on n’avait rien dit et de penser qu’on aurait mieux fait de se taire. Les mots ont un pouvoir : celui d’enchaîner ou de délivrer. A soi de trouver les bonnes formules, celles que l’on dit magiques pour certaines… ou encore, il reste le silence. Je ne parle pas ici du silence qui fait mur, de ce mutisme ou de cette aphasie qui isole mais de ce temps de silence comme une pause. Prendre le temps de se taire pour pouvoir mieux écouter et assimiler chaque mot, chaque parole, chaque souffle posé.

Il est temps de marquer une pause et d’écouter désormais ce que nous raconte Caroline.

Attention… vous y êtes ?

*La porte d’entrée s’ouvre et le vent frais mêlé du tintement de la pluie s’engouffre dans l’entrée de la Villa*

Écoutez, elle vient d’arriver.


Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Caroline dit :

    Comme je l’ai dit, le billet m’a beaucoup émue, je me rends compte que le web est un véritable espace de partage, au sens plein. Je ne culpabilise plus lorsque j’ouvre mon application Twitter. Je suis en route effectivement, la valise est lourde mais l’humeur légère 🙂

    • Stéphanie Messal dit :

      Bienvenue, bienvenuuue !!! Tu verras, c’est une Villa réflexive et magique, transformable à souhait. On y tient à… beaucoup, mais vraiment beaucoup beaucoup !
      Au plaisir de découvrir ton univers. :^)

  2. Yann Cantin dit :

    J’aime assez ce billet, et c’est tout un monde dont je découvre. N’en croyez pas que je travaille en silence. Faut juste, s’il y a de la musique, que je mette à fond le volume… Bref, j’imagine bien la scène avec les instruments de musique.

    • Stéphanie Messal dit :

      Je suis très contente que tu aies vécu toute cette musicalité ambiante de ce mois. J’espère pouvoir te lire à la Villa très bientôt. ^___^

  3. Marie-Anne Paveau dit :

    il est charmant, ton billet, stéphanie, plein de charmes – j’aime beaucoup la fin, et je crois que caroline aussi a bien perçu la qualité de ton accueil – à l’année prochaine ? et caroline, tu es en route ? ta valise n’est pas trop lourde ? à très vite…

    • Stéphanie Messal dit :

      Merci et j’espère bien que oui : à l’année prochaine ! Au printemps ou en été, pour changer de saison. ;^)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *