Reconstruction et transparence : le linguiste tisse sa toile

[Version originale : Reconstrucción y transparencia : el linguista teje sus hilos. Voici un post très difficile à traduire, oublié dans un tiroir, qui rentre aujourd’hui, enfin complètement traduit. Publié en espagnol au mois de septembre (l’époque de Langues et transparences à la Villa), le début du texte a été traduit par Aboubekeur Zineddine et par moi-même; à partir du paragraphe signalé ci-dessous, je suis la seule traductrice au français. L’expérience de traduction « à quatre mains » a été difficile mais sans doute très enrichissante.]

Reconstruction et transparence : le linguiste tisse sa toile

Une des difficultés majeures qui se pose à n’importe quelle étude linguistique descriptive est la sélection du corpus de travail. Ce dernier doit être complet, représentatif de la problématique que l’on veut étudier et surtout fidèle à la réalité que l’on étudie. Comme je l’ai dit dans d’autres occasions, la tâche du linguiste est de rendre la langue la plus transparente possible aux yeux des autres, en expliquant un aspect ou un phénomène particulier en lien avec la langue elle-même ou bien avec ses variantes. Le linguiste tisse sa toile, tout comme les araignées, en créant un réseau analytique qui permet de voir plus loin, qui permet de connaitre en profondeur de l’instrument que nous employons tous les jours dans notre communication avec le reste des êtres humains.

Transparencia en la naturaleza: telaraña. Imagen de Elena Ruiz para Galería de MorFlog en Flickr

La langue constitue l’objet de notre étude, oui, mais vers où dirigeons-nous notre regard pour l’étudier?, D’où extrayons-nous le matériel pour l’analyse? Lorsque l’étude est synchronique, nous faisons appel à nos propres compétences linguistiques, ou bien nous pouvons extraire l’information à partir de textes existants, journaux, télévision, radio, pages Internet. On a aussi des livres, des cassettes, des magazines ou des corpus, souvent numérisés et en accès libre : cela nous facilite et nous fournit le matériel nécessaire pour notre travail. Toutefois, lorsque l’étude est diachronique, quand on essaie de « dessiner » la voie qu’a suivi au cours de son évolution un phénomène –morphosyntaxique ou phonétique–, un mot ou une expression, on trouve un problème important: aujourd’hui, il n’y a pas des locuteurs qui ont une maitrise de l’espagnol datant de siècles, il n’y a pas des enregistrements, parfois même pas des documents qui nous montrent l’état de la langue à une certaine époque, dans une synchronie donnée. L’une des difficultés principales rencontrées par le diachroniste est la suivante: diriger son regard vers sa propre langue et découvrir qu’elle n’est plus la même que celle d’autrefois, que sa compétence linguistique ne lui sert pas à obtenir les données nécessaires pour sa recherche.

Que peut faire le diachroniste quand il essaye de reconstruire la prononciation ancienne d’une langue, par exemple ? Dans le billet « La reconstrucción de la pronunciación antigua (I) », à mon carnet Morflog, j’ai déjà évoqué les instruments qu’on peut utiliser pour ce travail passionnant: des traces laissées dans des textes écrits, confusions graphiques, témoignages des grammairiens… J’ai commenté alors un cas de témoignage graphique profitable pour étudier la prononciation de l’espagnol actuel : une affiche avec la légende « PROIVIDO » [sic]1 servait à documenter deux aspects de la prononciation de l’espagnol moderne : a) la graphie n’a pas correspondance phonétique et b) les graphies et correspondent à un même phonème en Espagnol. Mais j’ai laissé en suspens un aspect qui s’avère très intéressant pour la reconstruction de l’ancienne prononciation, depuis que les langues romanes ont commencé à être étudiées: les témoignages des grammairiens de l’époque.

[Jusqu’ici, la traduction a été faite à l’aide d’ Aboubeckeur Zineddine. En ce qui suit, je suis la seule responsable des erreurs et des inexactitudes].

Des traités de l’orthographe et de la grammaire, des règles, des dictionnaires et des manuels pour l’enseignement de l’espagnol aux locuteurs d’autres langues sont des outils précieux pour comprendre quelle était la prononciation d’autrefois. Mais la phonétique n’étant pas une science jusqu’au XIXe siècle, la terminologie n’était pas unifiée : donc  on ne trouvera pas des notes techniques, mais des approches qui peuvent être interprétées comme des données, des «indices» qui  servent à  reconstruire l’ancienne prononciation.  Dans ce post on va présenter quelques données référées au processus de vélarisation de la vieille fricative prepalatal / ʃ / dans son chemin vers la fricative vélaire / x / de l’espagnol moderne, l’un des changements les plus importants dans ce qu’on appelle la «révolution phonologique du  ‘ Siglo de Oro ’ (XVIe siècle) », sur laquelle j’ai déjà  écrit sur MorFlog (« Revolución fonológica en español clásico: una explicación multimedia  »).

On va faire maintenant une analyse du regard réflexif que certains grammairiens des siècles XV, XVI et XVII poussent sur la prononciation espagnole de son temps. En tissant très bien la toile, ses remarques peuvent nous aider à la reconstruction du changement phonétique survenu et développé à cette époque.

1. XVe siècle (Nebrija, Gramática castellana, 1492)

Nebrija, à 1492 (Gramática castellana, I. 5.  De las letras e pronunciaciones de la lengua castellana),3 ne fait pas mention d’une prétendue prononciation vélaire du G; il remarque seulement que la prononciation du G devant une voyelle palatale est  « propia del español », c’est à dire, pas empruntée  d’autres langues:

La .g. tiene dos officios: uno proprio, cual suena cuando después della se siguen. a. o. u; otro prestado, cuando después della se siguen. e. i.; como en las primeras letras destas diciones. gallo. gente. giron. gota. gula; la cual, cuando suena con. e. i., assi es propria de nuestra lengua, que ni judios ni griegos ni latinos, la sienten ni pueden conocer por suia, salvo el morisco, de la cual lengua io pienso que nos otros la recebimos.

Cependant, quand il parle sur le H, il fait une remarque qui montre sa prononciation vélarisée : il écrit qu’on prononce H « hiriendo la garganta » (« en blessant2  la gorge »):

La .h. no sirve por sí en nuestra lengua, mas usamos della para tal sonido cual pronunciamos en las primeras letras destas diciones: hago hecho; la cual letra, aunque enel latin no tenga fuerça de letra, es cierto que como nos otros la pronunciamos hiriendo en la garganta, se puede contar en el numero de las letras, como los judios & moros, de los cuales nos otros la recebimos cuanto io pienso, la tienen por letra.

2 . XVIe siècle (Torquemada, Oudin)

 

Grammaire (Oudin)

Dès la fin du XVIe siècle il y a de témoignages de la  régression du point d’articulation du phonème fricative prepalatal /ʃ/ :  sa prononciation devait être semblable au “ich-laut” allemand.  Ainsi, Torquemada (c. 1560) dit qu’on prononce G « en lo último del paladar, cerca de la garganta », (« à l’extrême du palais, près de la gorge »), en témoignant une prononciation vélarisée. D’autre part, Oudin (Grammaire espagnolle, expliquée en François, 1597) dit qu’on prononce G et J «retournant la pointe de la langue vers le haut du palais et en dedans de la gorge». En somme, il y a des traces d’un changement en processus, déjà au XVIe siècle.

3. XVIIe siècle (Jiménez Patón)

Au XVIIe siècle, Jiménez Patón ( Epítome de la ortografía latina y castellana, 1611), documente la nouvelle prononciation, probablement pareille à celle du phonème fricative vélaire /x/ de l’espagnol actuel et qu’il regarde comme caractéristique du castillan. Il utilise le même mot de Nebrija pour montrer le frottement (“herir”, i. e. ‘blesser’, ‘griffer’), et puis il fournit des données sur les dates auxquelles le changement a commencé à être enregistré:

La G. tiene dos oficios: vno propio, como suena en A., O., como nego, legas, garça, gordo; otro, prestado, como suena en E., I., como Gerónimo, Gil, neges, legis. Esta vltima pronunciación es de sólo el romance castellano

Lo qual en nuestra España se a mudado del todo y començaba a mudarse en tiempos del Padre Robres [dominico, mediados siglo XVI], y aunque lo riñe mucho no a dexado de valer el modo con que oy se pronuncia, que es juntando a la vocal precedente la G. y hiriendo como que con el paladar la G.

Jiménez Patón fourni t aussi des données essentielles pour connaître l’acceptation sociale, la réussite du changement, ce qu’on pouvait considérer « normative » à l’époque . D’après son témoignage, cette prononciation était  tellement stable qu’elle ne devait  pas être censurée.

Y está de suerte ésta y essotra pronunciación asentada en nuestra España, que no pienso a de ser possible en ninguna manera reformarla, y aún ya tengo por yerro el intentar la reformación que pretenden.

La reconstruction de l’ancienne prononciation, comme je disais au début, c’est une des tâches plus difficiles –mais aussi plus passionnantes- qu’un historien de la langue peut rencontrer. Cependant, on peut « tisser la toile » des nouvelles qui fournissent les grammairiens antiques, quand ils poussent un regard analytique et réflexif sur la langue de leur époque.

« Reconstrucción: tejiendo los hilos ». Imagen de Elena Ruiz para Galería de MorFlog en Flickr (algunos derechos reservados)

  1. Proivido au lieu de prohibido. []
  2. Ou en griffant, en égratignant  la gorge. []

Elena Azofra

Profesora de Lengua española (Historia de la lengua y Morfología) en la Facultad de Filología de la Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED), en Madrid, España.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *