“Essai d’ego-histoire au plus-que-présent” – Juin 2012 – Martine Sonnet & Morwenna Coquelin

La suite des sommaires illustrés, mois après mois

Au fil de son quotidien de chercheure en histoire, Martine Sonnet nous a emmenés dans sa vie de laboratoire, pendant tout le mois de juin. Elle nous a proposé une écriture numérique dense, hyper-reliée, offrant la possibilité de tisser des liens entre des fenêtres ouvertes sur des contenus, des photos, d’autres sites, d’autres écrits.

Elle était accompagnée dans la #Villa de Morwenna Coquelin qui  nous a plongés dans les manuscrits médiévaux, à la recherche de l’expression de la subjectivité de l’auteur. Au écrits du passé, et pour réaffirmer l’ancrage de la jeune chercheure qu’elle est dans un présent bien actuel, elle a fait répondre une réflexion sur la part de réflexivité d’un film récent, au sujet duquel elle nous propose de décaler notre regard.

Martine Sonnet

2 juin 2012 – Bienvenue dans ma vie de bureau

« Ce mois de juin la villa Réflexive s’agrandit d’une pièce, mon bureau, et je vous y accueille volontiers. […] je proposerai un journal-carnet de bord hebdomadaire de mes activités lors de la semaine écoulée. Écriture et images saisies au jour le jour, mises en ligne chaque week-end si tout va bien. Petites réflexions impromptues sur ce que je fais et comment. Je prends le risque. […] »

10 juin 2012 – Aperçus vie de bureau, semaine 23

« Lundi. Au vélux, gris et vue brouillée par la pluie. Retour aux affaires courantes, après décompression post journée-séminaire “Femmes au travail, questions de genre, XVe-XXe siècles” de samedi. Je range, bureau réél et bureau-écran, et réponds au courrier en retard, en me demandant pourquoi l’organisation de ce genre d’événement, tâche à laquelle je suis pourtant rompue, me plonge à chaque fois dans un stress générateur de plusieurs nuits quasi blanches. […] »

17 juin 2012 – Aperçus vie de bureau, semaine 24

« Lundi. Au vélux toujours le gris, donc je zoome sur l’arbre qui l’effleure. […] Mardi. Aux Archives nationales, je consulte des actes conservés dans le fonds du Minutier central des notaires parisiens. Il s’agit d’inventaires après décès et de testaments concernant des maîtres et maîtresses de musique ayant enseigné leur art au XVIIIe siècle, j’y cherche ce qui pourrait concerner leurs élèves et y trouve notamment des listes de familles débitrices de leçons non payées au moment du décès du maître ou de la maîtresse. […] »

24 juin 2012 – Aperçus vie de bureau, semaine 25

« Lundi. Au vélux très léger mieux : j’ouvre un peu plus grand. […] Mardi. C’est la saison : des chaises surgissent dans tous les couloirs et sur tous les paliers de l’école normale supérieure. […] Mercredi. Arrivée hier au bout du bout des fiches à onglets du DAA – sauf que mes besoins en formation ne m’apparaissent pas avec une netteté qui me permettrait de les exprimer et d’établir entre eux un ordre de priorité – j’oublie un peu mon cas personnel et passe au rapport quadriennal de l’unité mixte de recherche à laquelle j’appartiens ; rapport auquel avec deux autres collègues ITA je prête la main. […] »

29 juin 2012 – Aperçus vie de bureau, semaine 26, prendre congé

« J’ai précédemment développé l’idée que l’activité d’écriture privée dans le cadre de l’écrit de travail (selon les termes de Anne Vignié) avait ceci de paradoxal qu’elle était amputé de toute forme de communication vers autrui. Ceci n’est à vrai dire qu’à moitié vrai, on peut tout à fait avancer l’argument que le soi-lecteur puisse être en certaines circonstances étranger au soi-auteur […] »

Morwenna Coquelin

14 juin 2012 – Fantômes, 1 – Se montrer au travail, asseoir son autorité

« Merci beaucoup aux habitants de la Villa de m’accueillir pour une colocation temporaire – une Zwischenmiete, dirait-on en Allemagne où la circulation des logements est bien plus fluide – et merci à Martine Sonnet de me laisser poser sur un coin de son bureau mes transcriptions et mes manuscrits, pas trop mités, guère ornés, qui furent la grande surprise et le grand plaisir de mon dernier été d’archives. A son plus-que-présent je répondrais par un écho du très lointain, lointain car éloigné de 500 ans et un peu plus, lointain car à sept heures de train – de chez moi –,  lointain car médiéval ou presque, encore un peu dans ce monde absolument autre. Cette colocation ouvre la Villa aux historiens ; je me réjouis d’ajouter ce regard aux réflexions déjà menées, mais suis bien incapable de le caractériser, ou son éventuelle singularité. Serait-ce de proposer une sorte d’archéologie de la réflexivité ? Qu’est-ce qui fait la spécificité de l’historien face à un autre scientifique ? Face à un amateur d’histoire ? […] »

27 juin 2012 – Fantômes, 2 – Lui, moi, je.

« Le « je » du chroniqueur peut donc affirmer une fausse réflexivité. Ce n’est pas totalement étonnant, finalement, puisque ce « je » lui-même est un mensonge, du moins un écran. Qui est-il, en effet ? On ne le sait pas : il n’est jamais nommé. Il est pourtant très présent dans la transmission de la mémoire urbaine : sur les quinze chroniques du XVIe siècle conservées aux Archives municipales d’Erfurt – elles ont échappé au grand mouvement d’édition du XIXe siècle allemand, douze le reprennent[1]. Et presque toutes conservent ce « je » enquêtant. A première vue, point de problème : la copie est le mode ordinaire de transmission des textes : ce récit a eu du succès. Sauf que la copie est l’occasion d’un glissement et d’une appropriation du discours originel par le copiste-compilateur, de façon encore très médiévale. […] »

30 juin 2012 – Fantômes, 3 – Se regarder au travail, se reconnaître soi-même

« Pour parler de réflexivité, il faut bien qu’il y ait un sujet qui s’affirme comme tel et qui revendique son action sur l’écrit présenté : c’est justement le moment où l’auteur admet sa subjectivité et la soumet à son analyse. Il est donc nécessaire que le « je » désigne explicitement l’auteur et énonce ses intentions sans les, ni se, cacher. Ce sujet existe au tournant du Moyen Age, même s’il reste encore discret. Qu’on ne déduise pas trop vite de la date de mes exemples la preuve de l’apparition d’un individu à la fin du Moyen Age : la fin du Moyen Age est tout simplement la période que j’étudie. […] »

30 juin 2012 – Interlude – 21 Jump Street, film réflexif ?

 » (ça n’a rien de médiéval, certes, mais le médiéviste fréquente aussi parfois le XXIe siècle) […] La définition de la réflexivité comme la posture qui consiste à s’observer en train de faire m’évoque toujours deux images liées au spectacle. La première, c’est celle du danseur face au miroir, scrutant son corps en mouvement pour en parfaire la position. En cas d’absence du miroir, il y a toujours les ombres portées sur la scène par les projecteurs et qui serviront de repères lors des premières répétitions hors studio, sans les marques habituelles pour se corriger[1]. Mais le chercheur qui se livre à la réflexivité n’a pas pour but premier de se corriger et d’atteindre un modèle préétabli. La deuxième image, c’est celle qui comédien qui se regarde jouer et cabotine. Le comédien alors ne joue plus : il joue au comédien. Au comédien qui joue, peut-être. L’image est là plus négative encore pour le chercheur : s’agit-il seulement de poser au chercheur ? […] »


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *