Avant de partir

Pour ce dernier billet dans la Villa, la page reste blanche longtemps. Mes notes foisonnent de pistes de réflexions que je souhaiterai soumettre, sur la recherche, la découverte, pour moi récente, de la publication en ligne, les méandres de l’écriture… Mais je viens d’apprendre qu’une amie a été hospitalisée suite à un accident, et le reste s’échappe. Avant d’être une amie, ce fut d’abord un collègue. On s’est rencontré dans les couloirs de l’université, chacune chargée de cours, chaque semaine faisant face aux mêmes étudiants. On a le même âge, presque le même parcours, et au fil des semaines une véritable complicité s’installe : on parle de l’enseignement, puis de la recherche, enfin de nos vies…

Dans ce monde de la recherche si compétitif, elle fait partie pour moi de ses complices irremplaçables. Ceux à qui on peut confier ses hésitations, ceux qui acceptent de relire à minuit une communication dont on n’est pas sûr, ceux dont on sait que le regard sera aussi critique que bienveillant. Une confiance qui se double d’une connivence intellectuelle, un plaisir partagé de débattre et de découvrir des auteurs, des textes, de suivre des pistes de réflexions. Elle fait partie de ces amis sincères dont, il me semble, il est nécessaire de s’entourer quand on fait de la recherche. Si cela peut sembler évident pour celles et ceux qui appartiennent au sérail depuis longtemps, je me souviens de discussion avec de nouveaux doctorants étonnés de découvrir cet aspect des relations.

Car finalement évoluer dans le monde professionnel implique de se construire un personnage, dont les contours sont dessinés par ses actions tout autant que par le regard porté par autrui, encore une fois. Je suis toujours étonnée, je l’avoue et ferai sans doute sourire mes aîné.e.s par cette remarque, lorsque je reçois des sollicitations aussi diverses que l’invitation à un colloque ou la rédaction d’un texte. Flattée certes, mais curieuse aussi de savoir par quels méandres ces personnes sont arrivées jusqu’à moi. Et on est souvent étonné de s’apercevoir que ce ne sont pas toujours les travaux pour lesquels on a sué sang et eau qui sont à l’origine de cette reconnaissance par les pairs. Quel étonnement quand un collègue m’affirme récemment que l’un de mes meilleurs billets est sans doute celui sur mon mariage, texte court et ludique qui fut pour moi avant tout une échappée de la ligne éditoriale que j’ai tenté de me fixer, incursion professionnelle dans ma vie personnelle…

Si le regard de l’autre est primordial et constitutif de ce que nous sommes, je ne voudrai pourtant pas donner à penser ici qu’il doit être la seule jauge de notre travail. Ce mois d’effeuillage de ma pratique a pour ambition de valoriser non la séduction mais avant tout la conversation comme échange constructif. Cette dynamique est d’ailleurs la raison même de ces pages glissées dans le flux des réseaux sociaux, une invitation à entrer dans l’atelier de nos réflexions…

Une grand merci à Mélodie et Marie-Anne pour leur accueil chaleureux pendant ces semaines de résidence.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/12/2012

    […] Avant de partir Les complices […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *