Et après?

En prenant un verre avec une ancienne étudiante hier, j’ai réalisé que mon dernier billet n’était pas complet. J’ai oublié de mentionner l' »après », ce qui se passe une fois le temps du cours terminé. Le plaisir que l’on a à recroiser nos anciens étudiants, à suivre leur parcours, à les voir évoluer et s’affirmer dans le milieu professionnel. Et le plaisir ultime: celui de devenir leur collègue, de travailler avec eux.

C’est la première année que cela m’arrive. Quelques mois après mon arrivée à Bordeaux, je m’aperçois, heureux hasard, qu’une ancienne étudiante a ouvert sa galerie dans le quartier où se trouve mon IUT. Je suis ravie de la revoir, curieuse de savoir ce qu’elle est devenue depuis l’université, ce qui l’a amené ici. Un peu anxieuse aussi. Car ce n’est pas si facile de transformer la relation prof-élève, où chacun finalement jour un rôle social, en une relation d’échange d’égal à égal entre deux individualités. Hier c’était  la troisième ou quatrième fois que l’on se voyait depuis notre reprise de contact, et le sujet est venu s’immiscer dans la conversation. D’abord en évoquant le temps de l’université, la vision que chacune pouvait avoir de l’autre, comme une façon de se débarrasser définitivement de cette distance intrinsèque au rapport d’enseignement. Puis en constatant que pour construire des liens aujourd’hui, il nous fallait presque faire connaissance une seconde fois, réapprendre l’une de l’autre. Je dois mentionner ici qu’en fait nous avons le même âge ou presque. En effet, j’ai commencé mes premières cours assez tôt dans mon cursus, et mes premiers étudiants, dont elle fait partie, avait le même âge que moi voir était plus âgés. Peut-être le fait que je ne sois pas son aînée facilite-t-il la connivence? En tous les cas nos échanges sont chaque fois plus détendus et amicaux, l’ « ancienne étudiante » devenant au fil de ces rencontres une « actuelle camarade ».

Enfin ma grande joie, je l’avoue, c’est de lui confier les clés de l’espace de l’atelier: la semaine prochaine elle prend ma place pour quelques heures et vient présenter son travail à mes étudiants d’aujourd’hui… Et collègues de demain?


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22/11/2012

    […] Et après? Esprit d’escalier au réveil… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *