Points de vue

L’enseignant est un animal solitaire. S’il travaille sous le regard de ses élèves, c’est souvent à l’abri de celui de ses pairs. On échange, certes, sur les méthodes pédagogiques ou l’organisation du temps de travail. On se raconte les petits imprévus ou mésaventures qui ont marqué les cours, les échanges que l’on a pu avoir, les impressions que nous ont laissés tel ou tel groupe, tel ou tel étudiant. Mais on reste souvent le seul narrateur, libre d’interpréter à sa guise les évènements.

L’expérience de se voir « raconté » par un autre que soi-même est du reste toujours étrange, mais jamais inintéressante. L’occasion s’est présentée pour moi il y a quelques année, lorsqu’une amie enseignante m’invite à faire une intervention de quelques heures auprès de ses élèves de terminale autour d’un travail photographique. En effet quelques mois plus tard elle narre ses deux années passées dans un lycée de la banlieue parisienne dans un ouvrage sensible et passionnant « Qui a peur de la banlieue ? »1. Me voilà donc « croquée » au détour d’un chapitre :

Dans deux classes techniques, j’ai fait venir une amie photographe. Je suis terrorisée parce qu’elle est très jeune (à peine quelques années de plus que les élèves) et jolie – je crains les réactions. Quand elle arrive, le brouhaha est intenable, les remarques fusent et sont à la limite du tolérable. Il lui suffit de trois phrases et d’un sourire pour recadrer tout le monde. Elle est née à trois kilomètres d’ici, elle est chez elle. Je suis au fond de la salle, je ne bouge pas, je ne parle pas, je laisse faire. Elle présente aux élèves une série de photographies en noir et blanc, grand format, qu’elle a réalisé sur des adultes sans-papiers dans une commune voisine. Le travail a été précédé par toute une période de dialogue avec les sans-papiers eux-mêmes – c’est un peu, dit-elle, un travail commun. Un détail frappe en particulier les élèves : les hommes représentés sur les clichés n’ont pas de tête. On ne voit que leurs corps, leurs mains, leurs gestes. La jeune photographe explique la difficulté de représenter un sans-papier en image tout en évitant que cette image puisse servir par la suite à une procédure d’identification, ou le mettre en danger. Elle ajoute : « et puis ces hommes n’ont pas de papiers : pour la loi, ce sont des ombres, ils n’existent pas. Donc je leur ai coupé la tête. » Elle demande alors aux élèves de classer les treize grands clichés dans l’ordre qu’ils préfèrent et d’imaginer des légendes à chacune d’elles, comme en prévision d’un « accrochage » dans une galerie. Peu à peu, les élèves commencent à parler et à jouer avec les photographies. Ce qui surgit, ce sont des récits de vie – la leur, celle d’un voisin ou d’un ami.

Clandestin #12 par Raphaële Bertho 

A la séance suivante, la jeune photographe amène en cours plusieurs appareils photographiques. Ce sont les siens : certains sont extrêmement coûteux. Elle explique calmement que sans ces boîtiers, elle n’est rien – et que cela vaut très cher : plusieurs mois d’un bon salaire. Puis elle demande aux élèves de réaliser des portraits ou des autoportraits, tout de suite, en classe. Les gestes des élèves, d’habitude saccadés et larges, imprécis et patauds, se font délicat et attentifs. Ils manipulent le matériel professionnel avec fascination et respect. La plupart des photographies qu’ils prennent ont pour point commun un cadrage sans tête ou sans mains.

Je dois dire qu’en découvrant cette description, mes réactions ont été multiples. D’abord l’émotion, la fierté d’avoir été intégré à ce récit. Car l’auteur de ces lignes Judith Revel, est une personne que je respecte et admire depuis mes premiers pas dans le monde de la recherche. Etre ainsi associée à son propre parcours était plus que je n’en demandais !

Puis dans un second temps, cette sensation étrange d’un décalage entre son propre souvenir et le récit ici livré. S’il ne s’agit pas tant ici de moi que de la réaction des élèves à mes propositions d’atelier, je ne peux m’empêcher de saisir les éléments qui me concernent. Lorsqu’on regarde une photographie de groupe, on se cherche toujours en premier lieu, comme pour évaluer la fidélité du rendu à l’image que l’on se fait de soi-même.  Et la conclusion est toujours la même : on ne se reconnaît pas ! Car l’écart entre la vision des autres et la notre est définitivement irréductible.

Mais finalement, plutôt que de tenter de rétablir ici ma propre vérité sur tel ou tel point, je relis avec émotion et amusement ces quelques lignes, acceptant les déformations comme un fait intéressant en soi : il s’agit de l’image que je renvoi. Et plutôt que de m’en distancier violemment, je préfère m’interroger sur ma participation, volontaire ou non, à la construction de ce personnage.

  1. Judith Revel, Qui a peur de la banlieue ? , Bayard, Paris, 2008 []

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Raphaële Bertho dit :

    Bonjour,
    et merci pour ce commentaire enthousiaste. C’est vrai que chacun de ces ateliers, que se soit dans des association, en primaire, collège ou lycée, permettent de créer un espace de dialogue et de réflexion propre. Les réactions des élèves sont toujours différentes et passionnantes. Je développerai quelques réflexions dans un de mes prochains billets.
    Malheureusement ces interventions sont rares car coûteuses d’une part, sollicitant un intervenant spécialisé, mais aussi difficile à organiser dans un temps scolaire déjà surchargé!

  2. @romanestahl on twitter dit :

    Bonjour,
    Vive Twitter de me permettre d’arriver sur des textes comme celui que vous venez de publier. Dans quels modules d’enseignement et d’apprentissage pourraient s’inscrire des initiatives aussi porteuses et existentielles pour les élèves? Découverte d’un monde partagé? Sans monde pas de toi(t)? Vous avez sans doute ce jour là transfiguré l’espace des cours, et laissé trace(s) du pareil de l’autre dont on s’aperçoit sans être même. Bravo encore à Judith Revel et à vous!

  1. 19/11/2012

    […] Points de vue L’enseignant comme animal solitaire et sa mise en fiction […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *