L’espace de l’atelier

14 novembre 2012
Par

Début novembre correspond depuis l’année dernière à ma rentrée d’enseignante. Jusqu’à la fin janvier la saison des ateliers audiovisuels bat son plein. Une nouvelles année, de nouveaux groupes d’étudiants, et toujours le même challenge : celui d’installer un espace de travail enrichissant et serein.

Comment intéresser une classe ? Comment créer une dynamique ? Comment mettre en place une évaluation adaptée ? Pour ce faire, pas de recette  toutes faites, chacun à sa manière. C’est bien là un domaine où on apprend beaucoup de l’expérience : de l’expérience des situations, mais aussi de l’échange avec les autres, avec les collègues comme avec les étudiants.

Pour ma part mes premières expériences ne se sont pas faites à l’université mais dans le cadre d’une classe de réinsertion dans un collège, qui bénéficiait en parallèle des enseignements classiques de mathématique et de français de cours d’ouverture autour de la vidéo ou de la photographie. Le récit de mon arrivée là-bas est assez révélateur. En effet, à l’issu de l’entretien d’embauche, je fini par refuser le poste. Cela me semble une responsabilité trop importante, les enjeux pour ces jeunes gens sont grands et je ne pense pas être à la hauteur d’un tel projet. La responsable du programme de réinsertion me rappelle quelques jours plus tard et m’explique que si elle veut m’engager, c’est justement parce que j’ai ces doutes. J’accepte de rester quelques semaines à l’essai, je reste plus d’un an.

Cette expérience fut pour ma part fondatrice dans l’apprentissage de la relation d’enseignement. Pour la plupart les élèves arrivent tout juste en France, et certains n’ont pas véritablement fréquenté l’école auparavant. Travailler avec eux m’a fait comprendre l’amplitude des acquis nécessaire à l’instauration d’une relation prof-élève telle que nous la pratiquons en France : apprendre à demander la parole, apprendre à ne pas bouger de sa place sans en avoir la permission, apprendre à ne pas discuter les consignes, etc. Pour trouver un terrain d’entente et de dialogue avec le groupe sans être dans une contrainte permanente, j’ai décidé de me référer à un autre espace d’apprentissage que celui de la classe : celui de l’atelier. Un espace que j’avais moi-même expérimentée en tant qu’étudiante dans les cours de pratique à l’université. Il permet d’installer une circulation horizontale du savoir dans une relation d’échanges toujours enrichissante.

Fondamentalement, ce que j’ai appris alors c’est avant tout le fait que les doutes et les questionnements sont les garants d’un travail d’enseignant de qualité. Préparer un cours, c’est tenter mettre en place un parcours d’apprentissage en partant nécessairement des présupposés sur les connaissances des étudiants ou élèves, d’anticiper leurs réactions. Or on peut se tromper, dans un sens comme dans l’autre. Une année nous devions mettre en place un cours sur l’usage des outils internet dans la valorisation d’un projet culturel. Avec mon collègue, nous étions alors partis du principe que ces étudiants « digitals natives » se saisiraient de fait  des blogs ou de twitter, pour nous rendre compte en cours de route qu’il n’en était rien : nous avions surévaluer leur aisance, et nous devions revoir radicalement la structure générale du cours. A l’inverse, je me suis déjà laisser surprendre par la motivation d’un groupe. Ayant mis en place un système de notation souple je comptais sur le fait que les étudiants, ayant le choix de rendre un travail chaque semaine ou deux dans le semestre, opteraient pour la plupart pour la seconde solution. Prise à mon propre jeu, j’ai passé quelques nuits blanches à corriger les trente copies hebdomadaires !

En dehors des constats que l’on fait sur le moment, je tente de dégager à chaque fin de cycle un temps afin d’offrir l’occasion aux étudiants d’une critique constructive du cours, en choisissant de préférence un moment où il n’y a plus d’enjeu d’évaluation.  En effet, j’estime que ces derniers, pour avoir été avec vous dans la salle de cours tout au long de l’année, sont des interlocuteurs formidables pour apprécier votre travail. Evidemment, il ne s’agit pas de tomber là dans la démagogie, en se pliant aux exigences des uns et des autres. Mais tout cours est perfectible, et ils savent pointer les faiblesses ou être force proposition. C’est ainsi que, sur leurs recommandations, j’ai fait débuter la pratique plus tôt dans l’un de mes cours cette année. Et effectivement, le résultat est probant !

Une dernière étape est celle de révéler les limites de ses connaissances devant les étudiants. Cette dernière posture est en parti inhérente à l’espace de l’atelier qui m’est cher. En effet, ce dernier implique une certaine déprise de l’enseignant au profit d’un échange qui peut être effectivement déstabilisant. En effet, la figure de l’enseignant est souvent celle de l’omnipotence intellectuelle, celui qui sait tout ou tout du moins devrait. Or pour ma part, je suis convaincue qu’il faut savoir assumer son ignorance sur telle ou telle question. D’un part, car cela permet, a contrario, d’assoir sa connaissance sur les autres sujets. D’autre part, car cela permet d’entrer dans la dimension de l’enseignement la plus intéressante me semble-t-il, en mettant à jour le processus de la recherche des connaissances. C’est finalement là l’enjeu de l’enseignement en général : celui de l’acquisition d’une indépendance intellectuelle.

La mise en place d’une relation riche dépend ici non pas de la confiance en soi de l’enseignant, mais avant tout de sa confiance en son interlocuteur. Si cette affirmation peut sembler banale, il ne me semble pas vain pour autant de la réitérer, tant les discours pessimistes sur les étudiants, leur capacité ou leur niveau, ont court dans le cercle professoral. Or un bon enseignant est d’abord celui qui respecte ses élèves, non?


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Mois après mois, 2012, 11. Novembre 2012. R. Bertho, Pratiques

Un commentaire pour “ L’espace de l’atelier ”

  1. [...] L’espace de l’atelier Je doute donc je suis… [...]

Laisser un commentaire

sabonner-à-ce-carnet1

Sur Twitter

index

RétroVilla 2013 – De bien bonnes infusions


Carnets de recherche