Donner à lire…mais quelles oeuvres ?

A la suite du premier billet dans lequel j’évoquais les choix révélateurs de soi que l’on fait dans l’élection des textes dignes d’être étudiés en classe, j’aimerais ici aborder un sujet qui intéresse surtout le professeur de collège, plus que de lycée, mais finalement tout professeur ayant à donner à lire. Il s’agit de ce que l’on appelle la « littérature de jeunesse ». Je ne sais pas de quand date cette expression, si elle vient des éditeurs trouvant là un bon créneau (et de fait, il l’est car de qualité pour ce qui est des collections de l’École des Loisirs notamment) ou d’Instructions Officielles visant à catégoriser les livres. Surtout (j’ajoute cette ligne après écriture de la suite), je crois que je ne ferai que poser des questions (peut-être éculées) mais que j’aurai bien du mal à avancer quelque idée de réponse.

J’ai plusieurs fois proposé à mes élèves de lire un extrait de L’enfant dans lequel le narrateur raconte sa rencontre avec Robinson Crusoé, rencontre si passionnante qu’il en oublia la salle de permanence dans laquelle il était méchamment enfermé, pour s’envoler avec son héros loin de sa réalité triste. C’était alors l’occasion de discuter avec les élèves des effets d’une lecture sur eux, de leur identification aux personnages. Encore récemment, j’ai eu l’occasion avec mes élèves de Première L de dire comme certains personnages rencontrés vous habitent au point d’exister autant pour nous que des personnes. Je me souviendrai, je crois, toujours du bonheur de lecture à dévorer la série du Club des Cinq, des Six compagnons, des Alice, des Soeurs Parker. Je me vois encore dévorer mon livre et mon goûter, le geste de la main pour étaler la confiture tout en ne quittant pas le livre des yeux, et profiter de cette lecture gourmande (et à présent, quelle est cette retenue qui me fait me demander si je vais vraiment avouer, sur Hypothèses, mon bonheur à avoir lu le Club des 5…?). Je me rappelle ma sœur lisant sans s’arrêter L’île au trésor, parce que, me dira-t-elle plus tard, elle s’ennuyait tellement que ce livre l’avait sauvée de son mois de juillet long comme l’ennui. Je crois que le plaisir pris à lire ce que l’on appelle(rait) ces livres de jeunesse fut aussi intense, voire plus, que celui pris ensuite à lire des livres…comment les appeler ? de maturité (intellectuelle) ? Surtout, une fois entrée au lycée, je me suis mise à lire « utile » – et fort heureusement, les auteurs rencontrés (Balzac, Stendhal, Flaubert, Cendrars) me plurent au point de rester dans cette partie-là de l’occupation d’une existence – si bien que j’ai mis des années à m’autoriser à lire « inutile », c’est-à-dire des livres non estampillés « Littérature », notamment à lire des polars (c’est seulement maintenant que je mesure comme un certain nombre d’entre eux mérite cette étiquette de Littérature = « enseignable »). Il me semble que cette façon de classer des œuvres comme « de jeunesse », « Pour le Bac », « moi j’ai lu ça dans ma jeunesse », « Classiques »… a un effet parfois mortifère. Peut-on en tant que professeur de lettres faire lire des « œuvres de jeunesse » c’est-à-dire des livres écrits exprès pour les jeunes (?), ce qui n’empêche certes pas que ce soient des livres écrits. Les nouveaux programmes de lettres enjoignent les professeurs de collège à ne plus consacrer de séquences à cette littérature mais à faire lire des œuvres patrimoniales. Une liste de « Lectures pour les collégiens » a récemment été publiée sur Eduscol) avec explication des « critères de sélection » :

  • la qualité d’écriture des ouvrages qui suscite le plaisir de lire ;
  • le rapport le plus pertinent possible avec les programmes de chaque niveau : français mais aussi histoire, éducation civique, langues vivantes, sciences de la vie et de la Terre …
  • un coût généralement raisonnable (les ouvrages à coût plus élevé peuvent être empruntés dans les CDI des collèges ou les médiathèques municipales).

On se rend compte avec bonheur que cette liste permet de faire connaître aux élèves un certain nombre d’auteurs contemporains : Pennac, Daeninckx, Taniguchi, Mouawad, Ribes…

Une collègue de collège m’a dit que dans son établissement ils ne donnaient plus à lire « que » de la littérature de jeunesse car ils avaient renoncé à tenter de faire étudier les classiques. On comprend qu’entre ces deux extrêmes se joue bien plus qu’un programme à faire faire. Je me souviens d’un élève s’écriant « Encore un auteur mort ! » à propos d’une énième « lecture analytique ». On comprend surtout que ce qui se joue c’est un rapport à la culture (classique, patrimonial, moderne, de jeunesse…allégé, 100 % ?).

Enterrement sous-marin – Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mers

Une autre question est celle du « respect » du texte : donner à lire des œuvres en version abrégée, adaptée pour les faire connaître ou pas ? J’ai longtemps été choquée que des professeurs puissent donner à lire des œuvres en version abrégée. J’ai changé radicalement d’avis : j’ai fait lire Vingt mille lieues sous les mers, Les Misérables et L’enfant dans des versions abrégées à des élèves de collège et ils ont adoré. Pour aider à faire lire tous mes élèves, j’essaie de leur faire comprendre qu’ils ont le droit de sauter des passages, qu’il s’agit de « finir » le livre (j’entends ceux inscrits sur leur liste de bac), de se faire leur propre idée sur ce livre, de comprendre ce qui les a poussés à sauter des passages, et donc de réfléchir à l’écriture et à son effet sur eux.

Alors, pourquoi, fondamentalement, sommes-nous là ?

  • Pour donner le plaisir de la lecture ? Gare alors au « contrôle de lecture » qui tue dans l’oeuf toute velléité de lecture-plaisir (que l’on songe à notre enfant enfermé, aurait-il apprécié le même livre si celui-ci avait fait l’objet, ensuite, d’un devoir ? ). Question toujours brûlante.

  • Pour transmettre une culture ? (et là, on se souvient de son vieil oncle déclamant des vers de Corneille et nous interpellant, en pleine tablée de Noël : et toi, que sais-tu réciter ? – euh,… – Mais que lis-tu ? – Le club des Cinq. – ….????) – si c’est l’unique et seul objectif, il pourra être atteint, fût-ce par les moyens les plus coercitifs (recopier le texte jusqu’à le savoir par cœur !). Les deux bien sûr, mais… ? Il s’agit donc d’interroger par ces choix et cette catégorisation ce que nous appelons culture, ce que l’école veut transmettre, et nos choix de professeurs de lettres pèsent lourd dans cette transmission (ah comme mon cœur saigne quand quelqu’un me dit avoir « lu » en classe telle œuvre de Balzac ou Flaubert et n’en avoir gardé qu’un mauvais souvenir… J’en viens à regretter qu’on les ait donnés à lire!).

Je ne suis pas sûre qu’il y ait encore beaucoup de Sartre lisant comme « littérature de jeunesse » les Jules Verne. Ceux-là constituent, déjà, une élite. Alors, quid du lecteur de BD ? Qu’est-ce que cela nous dit de nous ? Assurément, que parfois les choix se font non en fonction d’objectifs supérieurs (les programmes, les examens, la culture, le patrimoine, le vieil oncle) mais tout simplement pour raccomoder certains avec l’écrit, le texte, les mots, le sens, la réflexion. Il me semble que c’est un enjeu du même ordre qui se joue avec la littérature contemporaine au lycée : Voltaire ou Chevillard ? (et je ne prétends nullement insinuer qu’il y ait un auteur plus « facile » ou plus « littéraire » que l’autre, loin s’en faut!). Nous sommes en ce moment en train de lire un extrait de Dino Egger avec les élèves, et cette phrase :

Et si nul officier d’état civil n’a enregistré son acte de naissance, ce n’est point que cette naissance eût été tenue secrète par une famille honteuse de la faute de la jeune mère, violée par un soudard, ni que le service de l’état civil de cette petite commune eût manqué d’employés ou que ceux-ci eussent manqué de zèle, la fonction est bien établie et dûment remplie par de très ponctuels et scrupuleux gratte-papier depuis le haut Moyen Âge dans cette partie du monde tout au moins où il semblerait, au vu de son patronyme, que Dino Egger eût dû voir le jour, d’abord la brume rose d’un matin d’été ou les dessins du givre sur la vitre, un soir d’hiver, mais non, et c’est ce que nous déplorons aujourd’hui sans y rien pouvoir changer, quoique -et voilà clairement formulé tout l’enjeu de mon entreprise-, incapable de me résoudre à cette fatalité funeste, je ne désespère pas de rétroagir efficacement, sinon en accouchant moi-même de Dino Egger, ne rêvons pas, tout s’y oppose, le sinistre appareillage organique masculin au premier chef, en réussissant tout au moins à susciter son fantôme, en évoquant si bien l’homme que Dino Egger eût été s’il avait vécu – si seulement il avait vécu – ah ! que n’a-t-il vécu ! -, en ouvrant si bien nos yeux sur ces situations où firent cruellement défaut les conséquences de son action que celle-ci peut-être se produiront enfin, en accéléré, ordonnées par mon récit, rendues par lui nécessaires et inéluctables et le monde soudain sera ce qu’il eût été si Dino Egger n’avait été si impitoyablement aboli dans les limbes.

N’est-ce pas beau comme l’antique ?

Image capturée sur le site Wikipédia.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *