Parce que lire c’est élire, mais enseigner ?

L’un des aspects les plus intéressants du métier de professeur de lettres, et peut-être même le plus intéressant, est la « liberté pédagogique » de choisir les textes étudiés en classe au sein des objets d’étude imposés par les programmes. Or s’intéresser à cela, c’est aussi s’intéresser aux motivations qui ont fait que l’on a choisi d’exercer ce métier, qui font qu’on continue à l’exercer de la même façon ou qu’au contraire on a pris (enfin) un virage (salutaire). Je m’explique.

Il se trouve que cette année, mon choix de textes et de problématique m’a surprise moi-même et m’a fait sentir, voir, comme ces choix sont révélateurs du caractère de leur auteur. J’ai commencé par un groupement d’extraits de roman où il est question du personnage du père : celui qui meurt en trois mots (Mademoiselle de Chartres), celui qui confie à un oncle pour une meilleure éducation qu’il ne saurait faire (Gil Blas), celui qui donne des coups dans le derrière car on a osé s’occuper d’un autre (derrière) (Candide), celui qui donne des taloches parce qu’on lit plutôt que de travailler (Julien), celui qui meurt seul et hurle (Goriot), celui qui tape et frappe par procuration (Vingtras), celui qu’on assassinera bientôt (Adrienne Mesurat), celui qui fait couper les têtes (Tarrou), celui enfin qui accoucherait volontiers s’il le pouvait (Dino). Il se trouve que je me rends compte avec force à quel point mes choix de textes ont, certes, été guidés par des objectifs pédagogiques, mais peut-être inconsciemment aussi par une problématique personnelle, intime cette fois. Et me voilà fort troublée. Au moment même où je me trouve en classe en posture de professeure, j’ai parfois cette sensation d’être en train de faire ma psychanalyse en public aussi, sans bien sûr n’en rien dire. Cette constatation me fait réfléchir très fortement à ce qui fait qu’on est professeure de lettres. J’ai assez tôt rencontré la littérature mais j’ai assez tard choisi d’enseigner. Ce choix s’est fait par des rencontres de jeunes gens que j’ai eu l’occasion d’encadrer, de mater, de gronder mais aussi de soutenir et d’encourager lorsque je fus surveillante dans un collège. Ce qui m’a semblé beau fut de pouvoir donner le bonheur de lecture que je gardais pour moi. Espoir de faire briller des yeux, faire vibrer des fibres en donnant à lire… Autant dire que ce n’est pas toujours le cas, soyons honnête. Ainsi, le choix des textes répondrait à plusieurs pulsions, ou choix réfléchis, comme on veut :

  • recycler coûte que coûte (i.e. quels que soient les programmes et les élèves) l’excellent cours que l’on a rédigé, et que l’on connaît à présent par cœur, sur le chapitre 1 et sur le chapitre 3 de Candide (pas moi). Après tout, la France est le pays de Voltaire ! Impossible encore à l’heure actuelle de comprendre que l’on puisse tout recycler, alors qu’il y a tant de livres à lire et à faire lire.

  • faire lire le livre ou l’auteur que l’on a (re)découvert pendant les grandes vacances. Car les grandes vacances, tout prof ou compagnon.ne de prof le sait, sont dévolues aux lectures pour soi, tandis que l’année nous happe trop et nous contraint à des lectures scolaires (si bien qu’on ne lit plus pour soi, mais pour ce moi prof – est-il donc différent ?). Intéressantes les circonvolutions intellectuelles que l’on met parfois en branle pour « caser » le texte de l’auteur. Ainsi, j’ai réussi à caser un extrait de Proust uniquement parce que ce texte m’avait bouleversée, quant aux choix pédagogiques, on s’arrange toujours…Proust, quand même, Proust !

  • réinventer chaque année une progression des lectures qui correspondrait incosnciement à ce que l’on est en ce moment, à notre façon de nous mouvoir dans le monde (je crois que c’est ce qu’il se passe en ce moment dans mes choix). Chercher les extraits qui seraient le mieux à même de faire partager les émotions et réflexions découlant de ces textes. Chercher des extraits qui font aimer vivre malgré tout.

Il s’ensuit une intéressante expérience à faire : chaque année, lorsqu’on a la chance de faire passer les oraux de Bac de Première, on reçoit un peu en avance les « listes » des textes étudiés en classe par nos candidats. Derrière les progressions se dessine le portrait du prof et sa conception de l’enseignement. Entre ceux qui établissent un programme très classique (dans tous les sens) d’auteurs et de textes très connus (patrimoniaux), dans un sérieux le plus rigoureux possible, et ceux qui au contraire vont avoir fait lire des textes dont on sent qu’ils ont été, eux, choisis, pour leur beauté intrinsèque plus que par leur intérêt pédagogique (euphémisme pour dire qu’il est béant le piège du texte prétexte à étude de : portrait, temps du récit, argumentation, figures de style, scène d’exposition, scène de dénouement, apologue, sonnet classique, sonnet italien, vers libre, emplois du subjonctif, ironie et satire, comique et tragique, lyrique et élégiaque, et j’en passe), entre ces deux types de listes se dessine tout un éventail de « listes » où l’on trouve un à plusieurs textes qui s’égarent hors des sentiers battus (mais patrimoniaux). Et que faisons-nous, nous qui devons deux ou trois semaines plus tard entendre les candidats ? Bien souvent j’ai choisi les textes que je connaissais déjà. On revient au départ : et l’on interroge sur le chapitre 3 de Candide… Il m’est tout de même arrivé de découvrir un livre de J. Gracq, La Presqu’île. Je ne sais pas définir le souvenir que j’en garde ni la conclusion que j’en tire.

Ainsi, il y a quelque chose d’intime qui se dit dans nos choix, et c’est une des raisons qui me font aimer ce métier, pour ce qu’il m’apprend de moi, moi et le monde, moi dans le monde, dans ce dialogue médiatisé par la littérature. Ainsi, nous avons pour beaucoup d’entre nous gardé au moins un souvenir de lecture faite en classe et présentée au Bac, pour telle ou telle raison. Nous avons en même temps assimilé un peu de ce caractère du professeur qui nous l’a donné à lire. Personne et personnage se confondent. Peut-être est-cela la littérature…

#àSuivre

 PS : Je renvoie à la note de lecture de la Presqu’île d’Arnaud Maïsetti sur son site.


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Martin Serge dit :

    j’aime bien, beaucoup mais…
    faut-il confondre le moi et l’intime, le moi et le je ? les oeuvres seraient peut-être ce qui tient ensemble l’intime et le commun, ce qui passe de je en je…
    alors la classe dans des situations multiples permettrait de vivre ensemble l’intime sans confondre le moi et le je : trop risqué pour le prof et l’élève : c’est pourquoi, la confusion régnant, les programmes, les classes se limitent à des canons, des classiques et donc à la séparation de l’intime et du commun, par conséquent à la mort des oeuvres: on tue ce qu’elles nous font!
    et les étudiants de Lettres modernes ne veulent pas lire certains textes ou lisent sur les autoroutes interprétatives hors texte (je ne parle pas des situations d’examen!!!) – comme l’agriculture hors sol !
    question de théorie du langage en actes… scolaires ici, familiaux ailleurs, sociaux partout.
    merci Delphine, vous ouvrez le débat : il est ancien mais l’entretien est indispensable.

    • drmlj dit :

      Merci pour votre beau commentaire…qui me fait beaucoup réfléchir. Le moment du choix, qui fait concorder une envie et un projet pédagogique, est particulier. J’aime ce moment où je suis « contente » d’avoir trouvé un texte « pour », un texte « qui ».

  2. Coraline dit :

    J’aime beaucoup cette réflexion sur l’intime dans l’enseignement. Pour certains professeurs, cette part est inenvisageable. Pour moi, elle est centrale. Non pas que j’affiche quoi que ce soit d’intime dans mon enseignement mais toutes les lectures que je choisis de faire avec mes élèves ont éclairé pour moi une partie du monde, une partie de ma réflexion. Et je ne peux imaginer de réception du texte pour les élèves que de la même façon. Qu’est-ce que ce texte me dit ? Qu’est-ce que j’en comprends ?
    En bref, je suis complètement d’accord !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *