Des plans sur la comète…ou la comète en plan ?

 

« Alors voilà, tu vas vraiment faire cela ? Écrire… » Il me semble me souvenir que c’est ainsi que commence Enfance de Nathalie Sarraute. Je ne peux pas vérifier car je viens juste de poser les cartons dans cette villa et le livre est dans l’un d’entre eux. Je suis assise dans l’entrée, n’ai pas osé encore aller plus loin. Je sais que j’ai à respecter l’ordonnancement de ce carnet, bien répertorier mes articles. L’urgence est d’abord de ne pas abîmer ce que j’y trouve. Je n’ai pas osé aller plus loin que l’entrée car les précédents locataires ont laissé des trésors. Mélodie m’a accompagnée jusqu’ici, a réservé elle-même les billets de train (heureusement, il y a un billet retour !), est venue me chercher à la gare, et passera tout à l’heure pour m’aider à faire le tour de la villa. Ce qui compte, c’est le geste, m’a-t-elle dit. Benoît, lui, m’a appris comme le chemin est important. Alors, cheminons et gesticulons.

J’ai donné une citation du Petit Prince à ce carnet pour le mois d’octobre que j’ai choisi d’occuper. Non pas que j’aie tellement adoré ce livre mais parce qu’il me donne la trame métaphorique du lien pour tisser quelques articles ici ce mois-ci (octobre est un moi(s) autobiographique). Je me souviens de cette phrase sybilline prononcée par un formateur lors d’un stage qui m’éblouissait par son contenu inventif : « Il faut suivre les liens ». Depuis, je lui obéis chaque jour. Suivre les liens de la Toile, suivre les liens humains. Je consacrerai donc mes contributions à une tentative de réflexion sur le métier de professeur de lettres. Rien d’original, mais pour moi c’est une aventure de l’écriture qui sera l’écriture de l’aventure. La métaphore du lien en appelle d’autres et notamment celle du noeud : le noeud de l’action, le noeud au ventre, et au cerveau. En posant comme idée que l’on n’est pas professeur de lettres innocemment, j’aimerais comprendre ce qui se joue dans ce métier et son rapport à la discipline, et à l’éducation. Aussi, on ira voir du côté de quelques sujets à débat (quid de l’enseignement de la langue ? quid de l’enseignement de la Littérature avec un L majuscule, ce que c’est que d’être professeur, etc) et nous verrons si octobre s’achèvera comme il le commence, dans des cartons mal rangés et mal étiquetés, ou bien si j’aurai réussi à déballer deux trois bibelots à exposer. En attendant, je vous laisse la photo du bandeau à décrypter, elle constitue le puzzle dont les pièces me permettront de circuler dans cette (magnifique) villa. Et puis, j’accroche tout de suite au mur le cadeau laissé par Elena, qu’elle en soit vivement remerciée (elle n’imagine pas comme elle m’a donné du courage !).

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Mélodie Faury dit :

    Delphine, te voilà dans la Villa, bienvenue! Et j’ouvre grand mes yeux et mes oreilles, de liens en liens et prête à cette aventure à laquelle tu nous invites, à une lecture-aventure donc, en même temps que tu écris. Bonne installation et n’hésite pas à pousser les meubles, réaménager, décorer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *