Une vieille question transparente : langue et genre

Une vieille question qui m’interesse depuis longtemps, celle du rapport entre le genre feminin et le sexisme linguistique, est venue interrompre la redaction du dernier billet que j’avais prévu pour nos Espaces Réflexifs. Et dans ce cas, je crois, il ne faut pas justifier le lien avec la transparence de la langue… Au mois de mars, j’ai publié à mon carnet MorFlog une série sur « Genre grammatical et sexisme linguistique », à la suite d’un rapport publié par la Real Academia Española (RAE) et signé par Ignacio Bosque ; au mois de septembre, quelques échanges sur Twitter ont attiré mon interêt sur la polemique en français. (( Quitté le texte que j’étais en train d’écrire, j’ai  commencé à « mettre en transparence » mes pensées directement, en français et sur le cadre de WordPress. Ce billet sera, d’une part, la réponse aux nouvelles et, d’autre part, une translation de la série sur cette question, écrite pour MorFlog. )) Je vous raconte la mise en place de mon « processus réflexif » ces jours-ci, qui m’a menée à écrire sur le femenin. Je ne vais pas me porter sur le masculin générique, mais sur des nouveaux féminins que je n’aime pas du tout appeler des « masculins feminisés ».

Femme et fenêtre ouverte au monde. Photo Elena Azofra (certains droits rérservés)

Ça fait longtemps que je réflechis sur la question de la féminisation des noms de métiers et des fonctions en espagnol, et parfois je me suis portée sur les données des autres langues romanes (le français et l’italien). Par exemple, au mois de juin, pendant un séjour à Rome, j’ai lis un journal qui parlait de « il ministro » et « il segretario » à coté des photos des femmes qui avaient cette fonction, et je l’ai publiée sur Twitter avec la légende « L’italien semble ne pas avoir de problème avec le feminin : photo de « il ministro » e « il segretario » ».

Les procedés pour la feminisation sont tout à fait pareils en français et en espagnol (morphologiques, avec des affixes spécifiques pour le femenin : –e / –a, –euse / –ora, –trice / –triz…, ou sintaxiques, avec l’accord de l’article et les adjectifs modifiants, ou lexiques, avec le changement des lexemes). Parfois quelques procedés sont interpretés comme des « mecanismes grammaticaux reivindicatifs », cela qui au fond est étonnat. D’autre part, le désir des femmes à avoir pour son métier/fonction un nom spécifique au femenin c’est une aspiration tout à fait naturelle, logique, qu’on peut comprendre, mais… il existe une sorte de « ‘autocensure » des femmes dans leur auto-désignation en tant que « travailleuses » qu’il faudrait expliquer.

[Paso al español: me faltan las palabras y septiembre termina en unas horas…]

En español, la feminización en los nombres de profesiones y cargos gana terreno rápidamente: las recomendaciones de la RAE (Real Academia Española) procuran recoger los usos más innovadores en este terreno y sancionan como correctos los femeninos jueza, médica o presidenta. Ahora bien, el uso de estos términos en la sociedad no está tan extendido como parece, y muchas veces son las propias mujeres quienes evitan hacer uso de los nombres feminizados, quizá por ver en el masculino una marca de prestigio. Es lo que he llamado “los corsés del femenino”. La desvalorización de los nombres feminizados, creados por analogía con los masculinos correspondientes, es más evidente en los nombres de profesiones bien consideradas socialmente, quizá por un uso que era frecuente hasta el siglo pasado: la forma femenina podía usarse para referirse a una esposa, no a una mujer que desempeñaba el cargo o tenía ese oficio (así, médica `mujer del médico’). Así, no encontramos apenas resistencia a la creación de masculinos analógicos en profesiones poco prestigiosas como obrera, mientras que rechazan el empleo del femenino las arquitectas o las ingenieras, por ejemplo.1

Gracias al intercambio en Twitter, he aprendido un poco más sobre el estado de la cuestión en francés, que me parece todavía más grave. Marie-Anne Paveau se hacía eco de la noticia sobre la falta de paridad entre los miembros del Conseil Constitutionnel y mi mirada de lingüista curiosa me llevó a hacer alguna búsqueda en los enlaces que ella proponía. Encuentro francamente sorprendentes los datos sobre las dos consejeras Jacqueline de GuillenchmidtClaire Bazy, cuyos cargos aparecen mayoritariamente en masculino (« partout ailleurs le masculin », decía mi colega). Respecto a la primera, algunos de sus cargos aparecen feminizados y otros no; el tuit de Marie-Anne decía: « fonctions féminisées sauf « avocat » (?) « chef » (on comprend un peu), « conseiller » & « directeur »; he comprobado que existen avocate, conseillère et directrice.2. En cuanto a  Claire Bazy, miembro también del Conseil, su cargo no aparece en femenino hasta 2009 y es precisamente sobre la función de médiatrice, quizá por ser un trabajo más propio de mujeres, decía yo en esta ocasión.  Es extraño encontrar el masculino incluso en cargos fácilmente feminizables como chargé o attaché, y  también en los complementos: attaché commercial adjoint. Días después, un nuevo enlace me obligaba a volcar la atención sobre estos femeninos: esta vez era un post en un blog de Hypothèses, « Le langage, catégorie utile pour la lutte féministe », escrito por Muriel Salle en Genre, Egalité, Mixité; extracto algunas palabras de allí:

Venons-en donc maintenant à la question de la féminisation des noms de métiers, des fonctions, etc. D’abord, c’est un vieux débat qui ressort une fois de plus. Sur ce point, je vous renvoie à une ressource en ligne de qualité : « Madame la Ministre ». La féminisation des noms en dix questions, qui revient notamment sur l’origine de la polémique, à la fin des années 1990 d’après ce document (la décision, prise lors du conseil des ministres du mercredi 17 décembre 1997 de féminiser les appellations des emplois administratifs).

…je ferai même remonter l’origine du débat encore plus loin, en 1984. À cette date, Yvette Roudy, alors ministre des Droits de la Femme (appellation d’époque sur laquelle je ne m’étendrai pas cette fois-ci) met donc en place une commission de terminologie chargée de la féminisation des noms de métier et de fonction.

Gracias a este texto, he podido acceder al artículo citado, que encuentro sumamente interesante para la cuestión que nos ocupa (especialmente la página 14: Pourquoi les noms de métier ou de fonction posent-ils un problème? y Les difficultés d’emploi) y que me ha desvelado que la problemática en francés es más compleja que en español, por dos motivos fundamentales:

a) la existencia de unas recomendaciones en las décadas de los 80 y los 90 del pasado siglo que fueron ignoradas entonces en la sociedad francesa, a pesar de ser dictámenes oficiales; esto demuestra una resistencia mayor en el uso de los propios hablantes3; y

b) la existencia de normas diferentes en los distintos países francófonos, que « politizan » más si cabe esta cuestión: adoptar la costumbre instaurada en Canadá podría desencadenar unas discusiones que excederían los límites de lo sociolingüístico para pasar al terreno siempre complejo de la política lingüística.

Encuentro muchos puntos en común entre este artículo y el post publicado en MorFlog sobre este tema, especialmente por lo que se refiere a la búsqueda de justificación en la propia historia de la lengua para la creación de estos nuevos femeninos:

Il existe dans l’histoire de la langue un mouvement constant et multiséculaire en faveur de la formation de féminins pour designer des professions exercées par des femmes. […] Et il n’y a aucune raison pour arrêter arbitrairement le cours d’une telle évolution. La langue n’a jamais cessé de créer des telles formes femenines. (art. cit., 14-15)

Esperemos que las mujeres sean capaces de quitarse este corsé impuesto por ellas mismas y el freno a los nuevos femeninos se debilite hasta dejar de existir.

N.B. A propos du titre du billet : les moeurs, l’emploi (l’usage) et les recommandations linguistiques laisssent voir les préjugés de la société, qui devient ainsi particulièrment transparente… Je regrets de ne pas avoir le temps pour traduire le texte: septembre est presque fini, et les Espaces Réflexifs attendent une nouvelle locataire…

  1. Voici la réponse à une question que j’ai posée sur l’emploi du mot feminin travailleuse : « Je dirais que cela s’utilise plutôt dans des contextes ouvriers mais je suis loin d’être spécialiste et pas tout à fait sûre ». C’est le constat d’un « corset » volontaire que les propres femmes mettent sur son autodenomination. Les « travailleuses » d’un niveau plus haut ne veulent pas que son métier semble moins prestigieux que celui des collègues masculins. []
  2. Et j’ai répondu: « Il y a des « corsets » pour le feminin en français, je vois…». []
  3. ¿Cuál puede haber sido el motivo para que estas instrucciones no se pusieron en práctica, ¿quizá fueron las propias mujeres quienes no firmaron con su función en femenino, quienes no se autodenominaron con el nuevo femenino “autorizado”? : es ahí donde habría que indagar.   []

Elena Azofra

Profesora de Lengua española (Historia de la lengua y Morfología) en la Facultad de Filología de la Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED), en Madrid, España.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *