Séjour transparent à la Villa

30 septembre. Mon séjour à la Villa va finir. Je suis arrivée ici au moment de la rentrée, chargée de pensées transparentes et de jolies images, beaucoup d’entre elles offertes par ma fille Elena, désireuse de voir mes textes si « lumineux » que possible. L’image du bandeau, une de mes préférées, va rester avec moi : demain, elle sera placée au bandeau de MorFlog. L’eau de cette cascade1 sera un joli souvenir des journées passées pas seulement à la Villa, mais encore avant, en aménageant la maison.

Image du bandeau « Langue et transparences ». Photo ©Elena Ruiz (tous droits réervés)

J’ai mis des rideaux dans la chambre d’amis, j’y ai placé une nouvelle langue, j’ai visité la cave, partagé du bon vin, fait des promenades en découvrant des transparences… Et maintenant, je quitte le jardin que j’ai vu jaunir pendant ces premiers jours de l’automne. C’est le moment du passage des clés à la prochaine locataire, Delphine Regnard, à qui je veux offrir un cadeau issu de ma galerie virtuelle : une image romaine, un mélange antiquité-numérique (à mon avis « très Delphine »).

Roma. Photo Elena Azofra (certains droits réservés)

Je quitte la Villa, mais mon lien permanent reste ici. Je me réjouis d’avoir accepté l’invitation de Mélodie et Marie-Anne, qui m’a donné l’occasion de participer de cette expérience enrichissante et d’ajouter un nouveau regard sur le concept qui nous occupe, la réflexivité. D’autre part, j’espère que le stress de lire une langue étrangère n’ait pas été très fort. Pour moi, il faut le dire, le manque des mots a été parfois un peu fatigant, mais j’ai réussis à me faire comprendre, surtout à l’aide d’Aboubekeur. Les échanges avec lui pour les traductions « à quatre mains » ont contribué à faire lisibles mes réflexions et je le remercie beaucoup de m’avoir aidé. L’alternance de langues dans les billets rédigés par moi-même a crée une série très particulière (et je ne suis pas tout à fait sûre qu’elle soit appropriée, mais c’était un risque que j’ai pris consciemment). En plus, ces difficultés avec la langue ont été une occasion pour mieux comprendre les billets de Claire, dont  je veux emprunter ici, pour finir, l’expression « carnetière sans fin », lorsque je me sens une carnetière « qui n’a jamais fini – précisément parce qu’[elle]il n’a pas de finalité claire, d’objectif déterminé ».2  Je vous invite à lire la suite de mes transparences linguistiques à MorFlog.

« Le sens de la transparence » à la une (www.hypotheses.org)

  1.  Une cascade qu’  « on entend de tous les sens » , comme le disait @Alice_M sur Twitter. []
  2. « Perpetuum mobile », dernier billet de la série « Le traducteur sans fin », Espaces Réflexifs, mois d’août 2012. []

Elena Azofra

Profesora de Lengua española (Historia de la lengua y Morfología) en la Facultad de Filología de la Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED), en Madrid, España.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Mélodie Faury dit :

    Merci Elena pour ce mois passé en ta compagnie – c’était un vrai plaisir de te lire et l’expérience de traduction avec Aboubekeur m’a beaucoup impressionnée ! A très bientôt pour des échanges #ici ou #là

  2. Delphine Regnard dit :

    Merci Elena, vrai bonheur d’entrer ici, c’est très beau…

  1. 25/10/2012

    […] – “Séjour transparent à la Villa“ […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *