Diachronie et transparence au bord de la mer

[ Version originale : « Diacronía y transparencia al borde del mar » (16/9/2012). Traduit de l’espagnol par : Aboubekeur Zineddine ]

Je reviens à la Villa après quelques jours de «visite virtuelle» de la IXème Conférence internationale d’histoire de la langue à Cadix. Je n’ai pas pu me rendre à cette manifestation qui réunit tous les trois ans, tous ceux qui s’intéressent à l’évolution historique de l’espagnol, mais j’ai pu échanger avec certains participants de la Conférence, qui étaient à la fois à Cadix et sur Twitter. La capacité du micro-blogging à nous connecter par le biais de messages si courts est impressionnante! Grâce au hashtag #cihlecadiz, j’ai pu participer en quelque sorte à l’activité de la Conférence en indiquant quotidiennement les séances auxquelles j’avais prévu d’assister et pour quelles raisons je les trouvais intéressantes, en lisant les nouvelles en provenance directe des comptes des autres participants.1 Sans que j’aie vraiment le temps de réfléchir dessus, les Tweets ont donné lieu à une série de billets dans MorFlog que vous pouvez trouver ici; dans ces billets j’ai énuméré mes impressions de l’activité quotidienne de la Conférence : vraiment « me regarder regardant » …

Diachronie et transparence au bord de la mer : une méduse

La conférence a réuni des spécialistes et des chercheurs intéressés par la diachronie de l’espagnol, sur laquelle ont porté mes recherches depuis que j’ai réalisé que c’était la meilleure façon d’explorer les recoins de ma langue. Au début, je me focalisais sur la phonétique historique, en particulier l’évolution des mots savants, en essayant de trouver des modèles évolutifs dans une série de mots qui n’avaient aucun intérêt apparent du point de vue phonétique (du moins c’était l’idée la plus répandue, selon le maître de grammaire historique de l’espagnol, Menéndez Pidal).2

Cependant, j’ai commencé vite à m’intéresser précisément à la morphologie et à la syntaxe historique, ce que je fais maintenant. Ces disciplines ont attiré l’attention pendant cette Conférence de Cadix, comme cela s’est produit dans les sessions précédentes, de telle manière qu’il m’a été souvent difficile de choisir entre toutes les salles dans lesquelles simultanément étaient analysées et discutées des questions intéressantes au niveau morphosyntaxique. Dans les billets de  MorFlog, vous pouvez voir quelles étaient les questions, les sujets et les responsables des conférences et des communications auxquelles j’aurais aimé assister, en d’autres termes, les itinéraires que j’avais tracé sur le  programme de la conférence.3 Ici, dans cet espace de réflexion, je souhaite analyser la transparence des expositions lors d’une réunion scientifique.

Les interventions (sous la forme de communication, conférence ou présentation) sont le résultat d’une recherche précédente sur l’un des sujets proposés pour les différentes sections de la conférence. Quand un chercheur décide de faire progresser l’étude d’un aspect spécifique au sein de sa discipline, il y a un certain nombre d’étapes essentielles qui sont apprises, sous la direction de son directeur de recherches: établir une question de recherche, déterminer un objectif, sélectionner un corpus de travail (toujours un fondement textuel dans la linguistique historique), se placer dans une perspective méthodologique qui servira de base pour l’étude (qui peut être validée ou réfutée) et de commencer la lecture de la littérature sur le sujet. Après ce premier travail, la recherche commence sur le matériau lui-même (le corpus, les textes, ouvrages, paroles …) et les problèmes associés commencent à devenir «transparents». C’est ensuite la tâche la plus passionnante: comprendre, saisir en profondeur le mécanisme à l’étude, vérifier les processus de changement, peut-être repenser les concepts et les limites, réfléchir sur l’utilité de la méthodologie avec laquelle nous avons commencé …

Je pense que la plupart des travaux présentés en public lors d’une conférence révèlent les traces de ce travail complexe réalisé. Cependant, il existe un préjugé sur la recherche en diachronie: il est communément admis que dans ce domaine il est plus difficile d’innover que partout ailleurs, et que la seule chose que l’on peut faire en linguistique historique c’est de décrire (décrire les phénomènes ou expliquer comment les grammairiens ont vu la langue dans le passé) ; ce n’est plus le cas, du moins aujourd’hui, des rencontres scientifiques de qualité se manifestent. En outre, l’étude des changements linguistiques n’est pas limitée au plan lexical ou phonétique: la linguistique historique comprend également la grammaire et les changements grammaticaux ont leurs propres mécanismes à analyser avec des outils qui ne sont pas réservés uniquement à la synchronie. Il est nécessaire de coordonner toutes ces données et pas seulement décrire, mais d’utiliser cette description pour analyser plus en détail les mécanismes de changement de langue et que les résultats soient exportables: les conclusions auxquelles on peut arriver dans l’étude d’un phénomène en diachronie peuvent être utiles pour comprendre le fonctionnement de certains mécanismes de synchronie et également pour la révision des modèles théoriques (par exemple, la recherche sur la grammaticalisation de la genèse et le développement de marqueurs discursifs en diachronie a contribué à clarifier les questions liées aux concepts théoriques de grammaticalisation, pragmaticalisation ou dégramaticalisation). Les titres de certaines interventions de la Conférence de Cadix mettent en évidence cette nécessité: «Méthode et théorie du changement linguistique», par Mario Barra ou «La théorie de la grammaticalisation» par Mar Garachana, parmi d’autres. Un problème théorique est aussi celui que je voulais aborder dans ma communication intitulée «Problèmes d’attribution catégorique: un examen depuis la diachronie». Grâce à Twitter, j’ai su que plusieurs personnes ont également abordé des aspects théoriques (ou bien théorico-méthodologiques) qui m’intéressent, comme le concept de « parasynthèse » (Montserrat Batllori) ou le statut de certains formants ne trouvant pas leur place dans le classement traditionnelmorphologique (Cristina Buenafuentes de la Mata).

Comme on peut le remarquer, j’étais vraiment déçue de ne pas pouvoir assister à cette conférence. La différence que j’éprouve lors de la lecture des travaux dans les actes de la conférence est énorme ; pour diverses raisons, les réunions scientifiques avec les collègues et chercheurs m’intéressent particulièrement : l’exposition « en directe » (dommage que le streaming ne s’est pas encore généralisé pour les rencontres en linguistiques et en philologie), le contact humain, la possibilité de s’émouvoir avec l’enthousiasme des bons orateurs, l’occasion du débattre après l’exposition, les perspectives d’ouverture renforcées par l’échange d’idées, toujours bénéfique pour l’étude … Il y aura d’autres occasions d’être « présente physiquement » ; ça me réconforte de penser que, dans ce cas, « présente par la distance »,  j’en ai profité grâce à des contacts virtuels, qui ont rendu un peu plus transparente pour moi l’Histoire de la langue au bord de l’Atlantique …

Diachronie et transparence au bord de la mer : un gobie. Photo Claire Placial

_____________________

Crédits des images:

« Jellyfish dancing (Phyllorhiza punctata) », Galerie de matteotarenghi. Flickr CC (certains droits reservés).

« Un gobie », © Claire Placial. Je remercie Claire de permettre son gobie venir avec moi à la Villa !

  1. Vous pouvez lire tous les tweets – environ 130 –  ici. []
  2. Les résultats sont dans ma thèse, mais j’ai écris un article sur les difficultés qui se posent à ce concept : «Consideraciones sobre el concepto de cultismo», Revista de Filología Románica, 23 (2006), 229-240. []
  3. Ici les liens vers les billets de MorFlog sur la  conférence : Historia de la lengua a orillas del AtlánticoCongreso en Cádiz (ruta I),  Congreso en Cádiz (ruta II) y  Congreso en Cádiz (ruta III); il y aura encore un autre au moins pour fermer la série. P. S.: Congreso en Cádiz (ruta IV y fin) []

Elena Azofra

Profesora de Lengua española (Historia de la lengua y Morfología) en la Facultad de Filología de la Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED), en Madrid, España.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 27/11/2012

    […] “Diacronía y transparencia al borde del mar” / “Diachronie et transparence au bord de la mer“ (traducción de A. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *