Indéterminée

Moment attendu et appréhendé tout à la fois, voici que les portes des Espaces réflexifs me sont ouvertes et que je peux m’y promener, m’y installer pour un mois…

Photographie : Jack inMotion, certains droits réservés (Creative Commons)

Que vais-je y faire ? Vais-je revoir la décoration de fond en comble ou au contraire garder la trace de sa précédente habitante ? Elle y a laissé beaucoup de choses, sa couleur, des images et des mots, des sons et des regards, son regard sur la réflexivité. J’essayerai de les accorder, de les articuler peut-être, avec mes propres marques.

Par ce carnet de recherche collectif nous cherchions, je crois, la rencontre. Scientifique et humaine.

Il est apparu, au détour d’une lecture, d’un échange et des bribes attrapées au vol par les uns et les autres, sur les colonnes de nos carnets, mais aussi au détour d’un commentaire, d’une phrase sur Twitter ou d’un « retweet »1 que la réflexivité faisait écho à chacun d’entre nous, en tant que chercheur, quelque soit notre discipline d’appartenance. Cette résonance par-delà les disciplines s’est ensuite confirmée, vous le découvrirez bientôt… Car dans cet espace que j’investis, j’espère pouvoir recevoir et vous présenter quelques invités. J’en annoncerai certains, vous réserverai la surprise pour d’autres2, gardant la souplesse de l’improvisation et cherchant à conserver dans ces perspectives croisées le plaisir de l’échange et de l’inattendu.

La réflexivité : féconde pour la rencontre interdisciplinaire ?

Une rencontre première donc, déjà en elle-même surprenante : historiens, linguistes, anthropologues, chercheurs en info-com, philosophes, chercheurs en littérature, sociologues, et tous ceux que j’omets pourraient-ils se comprendre immédiatement sur la question de la réflexivité ? Joue-t-elle le même rôle dans nos pratiques respectives ? Parle-t-on de la même chose ? Depuis la même perspective ?

Qu’en est-il des chercheurs en sciences exactes et expérimentales ?

Nous ne tombons bien sûr pas dans l’illusion ou la naïveté (ou encore fraîcheur selon l’indulgence de celui qui qualifie) de penser que nous entendons par « réflexivité » une seule et même idée bien définie. La réflexivité, ne serait-ce pas justement prendre conscience de la perspective depuis laquelle on parle, comme nous le propose Baudouin Jurdant ? Déjà une première mise en abyme nous accueille3. S’agirait-il d’être réflexif sur nos manières même de penser la réflexivité ?

L’ouverture de ce carnet collectif et l’expérience du laboratoire junior interdisciplinaire que nous menons depuis maintenant deux ans, me laisse penser que la réflexivité pourrait être non seulement une méthode4 mais aussi une occasion à saisir pour instaurer un dialogue interdisciplinaire riche… et fondamental : les enjeux à peine dissimulés ne sont-ils pas nos critères de scientificité eux-mêmes ?

Mais je suis trop pressée, nous avons un mois entier devant nous…

La réflexivité au cœur de nos pratiques de chercheurs

Suite au mois que nous a offert Stéphanie Messal, qui a donné corps à la réflexivité par tout ce que celle-ci a de vivant, d’une réflexion en cours aux évocations de l’image, en passant par les lectures et le dialogue, je choisis de jouer les prolongations.

Dans un espace comme celui-ci, le carnet de recherche, il me paraît intéressant de provoquer la rencontre entre des visions de la réflexivité dans nos pratiques de chercheurs : comment la réflexivité prend-t-elle sens dans nos pratiques de recherche ? Où, quand, comment intervient-elle ? Que dit-elle de notre conception de la science (en tant que connaissance, que collectif, que démarche, etc.) ?

Cet espace, d’écriture, de mise en relation, de « blogging » scientifique, inséré dans une plate-forme, où les commentaires sont possibles, où l’on passe d’un carnet à l’autre, comme l’on change de maison et d’hôte, qu’induit-il quant à nos pratiques de chercheur ? Pratique individuelle ou collective ? De communication ou de médiation ? De recherche en cours ou finalisée ? Légitime ou légitimée ? Le lieu-même où nous nous trouvons incite au regard réflexif… et nous ne nous y déroberons pas.

Portés par la réflexivité, qui situe et ouvre le regard, nous interrogerons nos pratiques d’écriture, de communication, nos modes de relations entre chercheurs, en particulier entre disciplines, nos modes de questionnements… en février, qui pour une fois n’est pas si court.

Installons-nous, donc, dans ce carnet collectif qui fait le pari du dialogue atemporel, agéographique, mais ancré dans une préoccupation commune :  œuvrer à la compréhension mutuelle.

Pour citer ce billet :
Faury, Mélodie (1 février 2012) “Indéterminée”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/303

  1. Sur Twitter, le « retweet »  semble pouvoir constituer un signe extérieur d’intérêt pour une information qui vient d’être partagée, suffisamment intéressante pour l’être de nouveau ou soulignée d’une certaine manière, comme l’on annote dans nos livres ? A moins que ce soit le favori qui joue plus ce rôle ? []
  2. Surprise que je partagerai parfois avec vous ! []
  3. L’effort réflexif, pour être pleinement accepté et entièrement incarné me paraît devoir être considéré non comme un risque, ou une source d’incertitudes désagréables, mais bien comme un enjeu stimulant, pour aiguiser le regard critique. []
  4. Durrive, B., Faury, M. et Henry, J., Réflexivité et dialogue interdisciplinaire : un retour sur soi selon l’autre – Publication prévue : début 2012. []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

12 réponses

  1. ALiCe__M dit :

    En voyant toutes ces mains, et le titre de ce billet, j’ai pensé à Chiron, centaure qui me plaît beaucoup, dont l’étymologie est la main (kheir). C’est un centaure (tronc et visage d’homme et corps de cheval), et le fils de Chronos. Il est plus lettré que les autres centaures, et on fait appel à lui pour éduquer les jeunes (Achille, entre autres), il est immortel. Mais il est tué par Héraclès (Hercule) par erreur, et reçoit une flèche empoisonnée dans le genou. La blessure est inguérissable, alors il demande à Zeus de ne plus être immortel pour cesser de souffrir. Il a demandé grâce, avec la main : « stop, je n’en peux plus »Zeus le transforme alors en constellation. Bon, mais quel rapport avec les espaces réflexifs ? D’abord, le temps. Chiron est le fils de Chronos, et il dit « stop », je m’arrête dans cette course folle, j’arrête de marcher si douloureusement (la blessure au genou !) comme on s’arrête pour « réfléchir », comme on s’arrête aussi devant un miroir. Et puis, il y a la main, qui dit stop, mais qui fait signe, aussi, à l’autre, qui lui demande de le regarder autrement, peut-être.

    • Mélodie Faury dit :

      Merci beaucoup pour ce commentaire, qui puise dans la mythologie pour nous inviter à ralentir, et même à nous arrêter dans nos courses folles, de préférence avant de n’en plus pouvoir !
      J’espère que c’est ce que nous continuerons de faire (un peu) au détour d’une lecture et d’un commentaire, dans nos pratiques d’écritures communicantes.

      • ALiCe__M dit :

        Merci d’accueillir mes élucubrations mythologiques, je n’étais pas sûre qu’elles aient leur place ici, en tout cas il ne faut surtout pas hésiter à les supprimer si vous jugez qu’elles s’éloignent un peu trop de votre projet, je n’en prendrais aucun ombrage.

        • Mélodie Faury dit :

          Bien au contraire ! Je les apprécie beaucoup ! Votre regard porté sur les images et les textes me donne beaucoup à réfléchir. Je vous en prie, continuez…

        • Mélodie Faury dit :

          En relisant mon commentaire, je me rends compte de ce que ce « (un peu) » avait d’ambigu. Je voulais dire que nous ne le faisons jamais assez !

  2. Christophe TUFFERY dit :

    Bonjour,
    Je me réjouis par avance de vous lire pendant ce mois de février qui va vous appartenir, sur cet espace commun de réflexion qui ne vous appartient pas puisqu’il est collectif et semble se trouver « en indivision ».
    N’est-ce pas là déjà une première interrogation qui s’impose. Réfléchit-on et écrit-on de la même façon sur un carnet personnel comme on est amené à le faire pendant un temps sur un carnet collectif ? On voit bien là d’emblée la question du contexte comme condition et moment de la pensée réflexive, autrement dit d’une disposition particulière du miroir dans lequel votre pensée va se réfléchir. C’est ce qu’on peut appeler une pensée réflexive « située », une sorte de « cogi-topos ». D’où parle-t-on ? Question sempiternelle, indispensable, incontournable, qu’il convient de se poser et de (pro)poser aux autres lors de tout échange de cette nature.
    Il me semble aussi qu’un carnet de recherche comme celui-ci ne peut viser à être une simple version numérique d’un carnet de recherche non numérique, qu’on se transmettrait entre chercheurs « invités » de mois en mois. Ce carnet est un espace accessible, visible et lisible par tout à chacun, en permanence et à tout moment, il et donc exposé aux contributions autant qu’aux critiques et aux lectures multiples, avec leurs risques de méprises. Vous en êtes davantage l’animatrice que l’auteur temporaire. Cet espace est un lieu de pensées multiples et parfois divergentes ou contradictoires, quelquefois convergentes, où les esprits doivent s’y « échauffer » pour résister à la tentation ou aux risques de l’isolement du chercheur, et aussi pour s’y « réchauffer » mutuellement un peu en ce début de février grelotant.
    Cet espace est-il une juxtaposition de pensées réflexives individuelles ou peut-il devenir un espace de pensées réflexives collectives, qui soient plus que la somme des pensées individuelles ? Là se trouve, à mon sens, l’une des questions et ambitions majeures de cette expérience. Ce carnet est donc non seulement situé, mais il est aussi, le lieu de convergence de pensées et d’images, de discours et de phantasmes, de mots écrits, de catégories de pensées et d’intentions individuelles se superposant sur un même espace où elles doivent parvenir à composer les unes avec les autres pour trouver du sens, à l’image d’un écran de cinéma où convergeraient les flux lumineux de plusieurs projecteurs de films différents. La co-existence est-elle possible ? La co-construction est-elle réalisable ou n’est-elle qu’une illusion ? La naissance d’une co-pensée réflexive plurielle comme « (con)fusion » de pensées réflxives individuelles est-elle faisable ? Est-elle même pensable, tant l’acte de pensée est œuvre solitaire ? Qui va arbitrer, et au nom de quoi, le fameux consensus auquel une pensée collective est sensée parvenir ? Allez-vous jouer le rôle d’arbitre, de chef d’orchestre, de directeur temporaire de ce laboratoire virtuel, de chef d’équipe, d’animateur,… ? Difficile de pouvoir choisir parmi ces rôles. Il est fort à parier que ce seront plusieurs rôles à jouer et plusieurs places à tenir en même temps, exercice difficile mais enthousiasmant.
    Quoiqu’il en soit, le désir de tenter cet exercice en constitue déjà une première condition.
    Et de lire les billets à venir sur cet espace réflexif collectif, j’en imagine déjà tout le plaisir que je vais en tirer, un plaisir comme celui dont Paul Ricoeur a écrit qu’il « s’appelle désir » (Philosophie de la volonté, I).

    • Mélodie Faury dit :

      Merci pour votre commentaire. J’espère en effet que nous éviterons la juxtaposition pour articuler nos regards, que nous situerons nous-mêmes, où que le reflet tendu par les autres nous aidera à situer un peu plus.

      Je ne suis pas convaincue que le consensus soit notre objectif, mais la co-construction (et donc l’échange constructif) sans nul doute. Celle-ci pourrait résider dans la recherche partagée des conditions de possibilité d’un dialogue interdisciplinaire, prenant la réflexivité autant comme méthode que comme objet. Le laboratoire junior interdisciplinaire EHVI auquel je participe avec enthousiasme depuis deux ans me laisse penser que c’est un enjeu qui en vaut la peine.
      La pluralité résidera peut-être dans le sens que chacun donnera à la réflexivité dans sa pratique de chercheur, quand le commun se pensera vraisemblablement au niveau de nos modes de discussion et d’échanges ?

  3. Marie-Anne Paveau dit :

    comme stéphanie j’aime la nouvelle déco de la maison réflexive et je remarque qu’elle a été pensée et réalisée avec soin : un carnet de recherche est bien plus que le simple brouillon ou l’à-côté d’une pensée et plus du tout, je l’espère en tout cas, dans les mentalités, un espace d’écriture sans valeur « scientifique », et tu le prouves bien
    c’est vrai que la réflexivité est une notion plastique, mais il y a quand même des choses qu’elle n’est pas : simple reflet spéculaire, psychanalyse, récit de soi ; c’est autre chose, ça travaille, ça agit, ça « fait » (ce que me semblent dire toutes ces mains qui sortent de tes tableaux…) – toutes ces catégories emmêlées sont passionnantes à démêler
    sur le lien que tu exposes entre interdisciplinarité et réflexivité (la réflexivité, méthode pour l’interdisciplinarité), j’irais plus loin finalement et tu m’ouvres une piste : le dialogue interdisciplinaire pourrait constituer lui-même une méthode réflexive puisqu’il nous pousse à observer nos méthodes et nos présupposés théoriques dans le regard d’autres méthodes et d’autres théories, et vice versa…
    ce mois de février s’annonce aussi épistémologiquement désirant que janvier…

    • Mélodie Faury dit :

      Chère Marie-Anne, merci pour ton commentaire.

      Tu abordes une question sensible et à la fois fondamentale, me semble-t-il… qu’est-ce qui donne à nos pratiques (d’écriture en particulier) leur « valeur » scientifique (je change les guillemets de place…) ?
      Une écriture scientifique est-elle de celles qui participent à notre recherche en cours ? Est-elle dissociée de toutes ces pratiques d’échange entre collègues et entre disciplines que nous avons sans les formalisées ? Est-elle celle qui présente un travail comme un aboutissement ou un processus ? Combien sont-elles ces écritures scientifiques et quels rôles jouent-elles ?

      Une écriture scientifique pourrait-elle être celle qui se situe (dans un contexte, un mode de questionnement, une discipline, un moment de la recherche, etc.) et qui par-là se rend partageable et discutable ?

      La réflexivité n’est pas… beaucoup de choses, mais arrivera-t-on à la définir positivement et collectivement ? Ce serait un bel objectif intersdisciplinaire. Plusieurs définitions vont peut-être naître ?

      Enfin, j’espère pouvoir revenir sur le lien entre interdisciplinarité et réflexivité que nous avons formulé avec Barthélemy Durrive et Julie Henry, à partir de l’expérience du Labo Junior EHVI (article en cours de publication)… dans un prochain billet, peut-être.

    • Christophe TUFFERY dit :

      Merci pour votre commentaire suite au mien et qui me rend d’autant plus impatient de lire les prochains billets. L’interdisciplinarité est devenu un thème majeur tant dans la conception que dans la pratique des sciences. A mon sens, les scientifiques peuvent légitimement s’interroger sur l’interdisciplinarité comme un des conditions d’exercice de leur travail. Peut-il y avoir aujourd’hui une science qui se pense (et se penche sur) elle-même sans que ce regard soit le fruit d’un regard multiple, le sien et ceux d’autres champs disciplinaires ?
      Pour finir, est-il possible de passer d’une posture interdisciplinaire (choix a priori d’une juxtaposition de disciplines et de liens envisagés entre elles) à une pratique pluridisciplinaire, située, placée sous les regards et les réflexions croisés des scientifiques concernés par la pratique pluridisciplinaire, d’autres qui ne le sont pas, voire la « supervision » de comités de pilotage, en partie constitués de regards de non-scientifiques ?

  4. Stéphanie Messal dit :

    Quel joli billet de mise en bouche ! Et la décoration, je la découvre avec délice.
    On sent toute l’envie et toute la passion qui t’animent dans ce discours : c’est très engageant !
    Je relèverai un point intéressant dans la dernière partie, celui à propos des carnets de recherche. Oui clairement, ils induisent quelque chose en ce qui me concerne : l’envie grandissante de partager. D’ailleurs, je ne cesse de parler des carnets de recherche à mes collègues doctorants. Les carnets de recherche sont une source intarissable d’informations et d’émotions. La lecture du carnet se fait au delà du carnet nous amenant sur d’autres carnets ou sur d’autres sites. Je suis abonnée à beaucoup de carnets dont les thèmes diffèrent. Ils n’ont pas fatalement à voir avec ma recherche, mais leur contenu m’intéresse et me remplit. Je découvre, j’apprécie !
    Alors, oui installons-nous mais pour mieux décoller vers ces espaces de communication.

    • Mélodie Faury dit :

      Chère Stéphanie, merci d’être la première à lire et commenter ce billet 🙂 ! Qu’il est important d’avoir le sentiment de la précédente occupante, tu es toujours chez toi ici bien sûr !

      Cette envie de partager est bien à l’œuvre dans le projet même de ce carnet collectif, et j’espère que l’émotion scientifique sera au rendez-vous également.
      Je souhaite que ces espaces de communication, que je conçois comme pouvant être bien ancrés dans nos pratiques de chercheurs en relation (même s’ils nous font décoller), au-delà de l’entre-soi, ne se fassent pas rattraper trop vite par tous les enjeux desquels ils semblent s’extraire encore.
      Le fait d’intégrer la réflexivité dans un mouvement d’investissement de ces espaces nous aidera-t-il à en entretenir ce qui nous paraît en faire le caractère précieux ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *