Au seuil de la Villa – planter un arbre

C’est il y a plusieurs mois déjà que Mélodie Faury et Marie-Anne Paveau m’ont proposé d’être locataire de la Villa Réflexive. J’ai thésaurisé des pistes et des réflexions ; présentées parfois aux précédents locataires et au futur invité, mais moment de m’installer dans la Villa, je n’ai pourtant pas de plan bien établi, pas de claire arborescence, mais plutôt des écheveaux de fils rouges mêlés, une collection d’images, de reflets, le compagnonnage de plusieurs amis, de nombreuses lectures, de quelques fantômes. Et un arbre dont je ferai le symbole de la série de billets, et que je plante dans le jardin de la Villa – concrètement, il figure dans le bandeau : c’est un ginkgo biloba.

Je suis ravie, et intimidée, de prendre la suite de Stéphanie Messal, Mélodie Faury, Marie-Anne Paveau, Jonathan Chibois, Martine Sonnet et Morwenna Coquelin, et de succéder à Benoît Kermoal. Un échange entre lui et Marie-Anne Paveau, dans les commentaires du billet du 26 juillet, « Au rayon de l’intime », me permettra de matérialiser le passage des clés de la Villa.

Il est y question de la pluridisciplinarité de la recherche, autour des diverses compétences de l’historien qui mène des entretiens avec des acteurs de l’histoire, et du fait que, selon Florence Descamps que Benoît cite, il doit « se faire psychologue en même temps qu’archiviste, linguiste en même temps que sociologue, documentaliste en même temps qu’ethnographe, ingénieur du son en même temps que passeur de mémoire ». Marie-Anne (je ne cite qu’une phrase du commentaire) « préfère l’idée d’un travail collectif : rassembler une équipe avec ces compétences – je suis pour la pluridisciplinarité de la recherche, mais non pour que le chercheur se fasse passer pour ce qu’il n’est pas ». Benoît ajoute : « je ne trouve pas non plus qu’en historien on puisse tout faire, cela renvoie à l’idée “impérialiste” de l’histoire où il suffit d’emprunter quelques mots et quelques concepts pour faire de la sociologie, de la linguistique, etc. Et donc c’est vrai qu’un travail collectif et des échanges, ce serait une bonne solution. C’est d’ailleurs une chance qu’offre cette villa réflexive car de mon côté je vois de nombreux points communs de réflexion et également des façons de voir différentes et enrichissantes. »

Pour tracer une oblique par rapport à ce que dit Marie-Anne, il y a l’enjeu de ne pas passer pour ce que l’on n’est pas ; il y a en outre aussi celui de savoir ce que l’on est, ou de se demander si l’on est quelque chose. Dans le champ disciplinaire actuel, la réflexion sur la traduction (puisque voilà ce que je fais : m’occupe de traduction, par la pratique, la théorie et l’enseignement) n’a guère d’ancrage déterminé, et je me méfie d’une traductologie qui se constituerait comme science. J’ai le sentiment, depuis mon inscription en thèse, d’avoir un objet et de ne pas avoir de méthode prédéfinie – du reste je me demande dans quelle mesure il est raisonnable dans quelque science que ce soit d’avoir des méthodes absolument prédéfinies, présupposées, acceptées sans recul ni questionnement. Par quel biais alors parler de la traduction ? Par l’emprunt de « quelques mots et quelques concepts » ? Ce n’est pas à exclure, mais ce n’est pas parce que j’emprunte à Ginzburg la réflexion sur l’indice que j’en deviens historienne, à Foucault celle sur la série que j’en deviens philosophe.

Et c’est là que je rejoins Benoît Kermoal, à qui je suis vraiment honorée de succéder ici. Son dernier billet m’a particulièrement touchée, par la justesse et la délicatesse avec laquelle il dessine la filiation d’une démarche historique et épistémologique.

Certes cette Villa Réflexive est un lieu peuplé de miroirs par lesquels nous tentons de comprendre nos habitudes et méthodes scientifiques, de nous représenter nos propres représentations, de nous regarder regardant (à ce titre j’ai été vraiment marquée par le billet avec lequel Marie-Anne Paveau est entrée dans la Villa en février). Mais c’est aussi un lieu qui, parce qu’il garde de mois en mois les traces des précédents locataires, rend tangibles la multiplicité des perspectives sur des objets semblables, ou la parenté des regards et des représentations sur des objets différents. À cet égard, des affinités scientifiques, et humaines se sont créées, qui ont versé un jour nouveau sur la façon dont je considère la traduction et dont j’en parle, non tant d’ailleurs pour la réorienter que pour la consolider et l’affirmer, en en cernant mieux les contours.

Avant de prendre mes quartiers, de déballer mes livres et d’aménager la chambre d’amis, je fais un détour par le jardin pour y planter un arbre, un ginkgo biloba dont Goethe fait l’image de la nature une et double du sujet poétique. Cela me semble tout autant valable du traducteur, qui est toujours le double de quelqu’un, l’auteur, les autres traducteurs ; et de la traduction, qui par rapport au texte source n’est ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre. C’est une photo de cet arbre qui servira de bandeau au carnet.

Quant au sous-titre du carnet ce mois-ci, je l’emprunte au poème de Goethe : le traducteur est « un et double » comme la feuille du ginkgo. Les billets qui suivront, dont je n’ai pas fermement établi la liste, déclineront de diverses manières une réflexion sur l’identité une et double du traducteur : son existence même est conditionnée à celle d’un autre, antérieur à lui, qui a écrit, et dont il réécrit le texte.

Je n’entre pas seule dans la Villa. D’abord le traducteur n’est jamais seul, puisqu’il traduit un autre. J’embarque avec moi les fantômes de Goethe et de Heine. Je les loge sous les combles. J’embarque avec moi la cohorte des autres traducteurs, mes semblables, mes frères, eux aussi en équilibre la plume entre deux langues. Et puis, l’infuse tenancière des lieux m’a fait un deuxième double des clés, confié à Maxime Durisotti, dont je goûte les traductions, les textes, la conversation et le compagnonnage. Il pourra s’installer dans une chambre d’ami, dont il repeindra les murs si bon lui semble, et dont il pourra si l’occasion s’en présente casser les cloisons. Il ira et viendra à sa guise, et s’il le souhaite nous nous entregloserons.


Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Elena Azofra dit :

    À l ‘ ombre du verd du Nord, je suis prête à jouir de ta serie, Claire. J ‘ ai très envie de lire tes réflexions et tes belles methaphores…

  2. Misanthropologue dit :

    Bonjour, bonjour.

    Un joli billet pour débuter ce beau mois d’Août chaud et ensoleillé. Quelle bonne idée d’avoir planté cet arbre mythique. Un peu d’ombre et de fraîcheur seront les bienvenues à cette saison. :^)

    Je vais commencer par « quoter » ceci :
    « Pour tracer une oblique par rapport à ce que dit Marie-Anne, il y a l’enjeu de ne pas passer pour ce que l’on n’est pas ; il y a en outre aussi celui de savoir ce que l’on est, ou de se demander si l’on est quelque chose. Dans le champ disciplinaire actuel, la réflexion sur la traduction (puisque voilà ce que je fais : m’occupe de traduction, par la pratique, la théorie et l’enseignement) n’a guère d’ancrage déterminé, et je me méfie d’une traductologie qui se constituerait comme science. J’ai le sentiment, depuis mon inscription en thèse, d’avoir un objet et de ne pas avoir de méthode prédéfinie – du reste je me demande dans quelle mesure il est raisonnable dans quelque science que ce soit d’avoir des méthodes absolument prédéfinies, présupposées, acceptées sans recul ni questionnement. Par quel biais alors parler de la traduction ? Par l’emprunt de « quelques mots et quelques concepts » ? Ce n’est pas à exclure, mais ce n’est pas parce que j’emprunte à Ginzburg la réflexion sur l’indice que j’en deviens historienne, à Foucault celle sur la série que j’en deviens philosophe. »

    > Parce que c’est sûrement le paragraphe qui résonne et lance nombre d’échos dans ma caboche.
    Oui, ne passons pas pour ce que l’on n’est pas et gardons conscience que nous sommes avant tout des hommes faits de chair et de sentiments, pétris d’émotions, nourris par la mémoire et les histoires, sans parler de tous ces évènements qui nous visent et nous changent. Nous sommes des hommes parfaits et imparfaits, simples et compliqués, uniques et multiples. Quant à savoir ce que l’on est, le sait-on vraiment jamais un jour ? Où alors plus tard avec le temps. Mais en attendant on peut tout à fait savoir ce que l’on veut et ce que l’on ne veut pas !
    Parlant de thèse, mon nez y trouve sa place actuellement : en plein dedans ! Et des fois, je me dis : « Quelle est l’utilité de cette thèse ? Où me mènera-t-elle ? Que m’apportera-t-elle ? » Dans le fond plus que la méthode, c’est l’intérêt qui me taraude ces derniers temps. Parce que la méthode, de mon point de vue (voir mois de janvier) est personnelle. Elle se construit par soi et pour soi. En tout cas en anthropologie ! Il n’y a pas de recette, sauf celle que l’on mitonne avec le temps et qu’on améliore et qui rend le plat de plus en plus savoureux avec le temps. Parce que tout est question de temps. Aujourd’hui je cherche l’intérêt de la thèse en sachant que la réponse ne me saura donné que par le temps. Patience, patience, il faut laisser mijoter à petit feu…
    Enfin, il est vrai que beaucoup de cuistres étalent maladroitement (lourdement) leur culture comme un déballage de savoirs en tout genre. Mais ils ne sont en vérité que des perroquets et pas toujours savants. La répétition m’indispose la plupart du temps et je préfère une opinion personnelle qu’une citation d’ouvrage envoyée au visage pour faire comme… un philosophe ou un historien, ce qui revient à dire pour se prendre pour ce que l’on n’est pas.

    Deuxième citation :
    « À cet égard, des affinités scientifiques, et humaines se sont créées, qui ont versé un jour nouveau sur la façon dont je considère la traduction et dont j’en parle, non tant d’ailleurs pour la réorienter que pour la consolider et l’affirmer, en en cernant mieux les contours. »

    > Et c’est tellement vrai ! Merci de le mentionner.

    Enfin dernière citation autour de l’arbre :
    « je fais un détour par le jardin pour y planter un arbre, un ginkgo biloba dont Goethe fait l’image de la nature une et double du sujet poétique. »

    > Merci pour ce délicieux poème que je ne connaissais pas. De Goethe, je l’avoue, je ne connais que les affinités électives, livre que j’ai dévoré en une journée à peine tellement j’étais fascinée. C’est le film qui m’a poussé à découvrir le livre : je voulais en savoir plus, et surtout les détails qui auraient pu m’échapper dans le film.
    Pour revenir à l’arbre… C’est une grande histoire d’amour qui a débuté par un manga anime. Je me souviens de cet arbre au feuille d’or en forme d’éventail. Et de la jeune fille en kimono blanc et or, et de sa coiffure coupée comme la feuille du ginkgo. Cette image est restée gravée en ma mémoire. Je cherche encore à retrouver cette scène sur internet mais en vain…
    Et puis mon voyage au Japon a conforté mon amour inconditionnel pour cet arbre : de les voir en vrai, dans les temples. Quant on sait que cet arbre est le symbole de la ville de Tokyo, tout s’explique. Signe de longévité, il a survécu à Hiroshima. Il est beau et poétique. Il a détrôné le saule-pleureur de mon enfance : je le trouve immensément romantique. Et ces feuilles comme des éventails alors que les japonais en parlent comme un pied de canard me fascinent, et j’adorais m’éventer de cette petite chose qui ne produisait aucun souffle d’air : seul comptait la poésie du geste. Cette feuille se retrouve dans bien des blasons de familles japonaises souvent associée à la grue ou au papillon. C’est un arbre vénéré et vénérable.
    Là où je vivais, dans un petit village non loin de Toulouse, un jour, je l’ai reconnu, dans un jardin, chez un particulier. C’était sur la départementale qui menait de Toulouse à chez nous. Alors on passait souvent devant et je le regardais changer au fil des saisons : c’était beau ! Et court ! A peine quelques secondes volées dans la journée.
    Plus tard, dans mes études d’architecture, je ne manquais pas de planter un ginkgo sur mes projets paysagers.

    Voilà Claire… Tu sais tout ! Et j’ai déjà hâte d’en savoir plus, d’en lire plus et de lire les mots de tes invités. Cette Villa a des allures de maison de vacances à la campagne. J’aime ça, beaucoup… Elle vit au rythme de la nature et donne envie de s’allonger sur l’herbe fraîche à l’ombre de ton ginkgo.

    • Claire Placial dit :

      Merci de ton commentaire Stéphanie, et pour ton histoire de ginkgo! Je connais cette recherche d’image, moi c’est une chanson irlandaise dont je recherche périodiquement un enregistrement…

      Si tu viens à Paris, il faudra que je te fasse visiter les ginkgo que j’y connais. Il y en a un très ancien au luxembourg; un très très beau au croisement Alésia/Tombe Issoire, magnifique en automne quand ses feuilles sont jaunes, et de jeunes ginkgo ont été plantés le long de l’avenue de France qui borde la BnF, et où on dînait ce soit en parlant entre autre de… patience.

      Sur les citations, disons que l’esprit en varie – mais tu le sais aussi bien que moi – il ya des moments où on ne peut pas ne pas citer tellement on est nourri de la chose en question. C’est un vrai problème sinon dans les sciences humaines (tiens… si je faisais un billet) que le rapport à la citation; d’un côté, si on suppose qu’une science avance en utilisant les fondations des prédécesseurs (ne serait-ce qu’en les déconstruisant) a un usage logique, mais citer pour citer… Il faut s’autoriser à ne pas se planquer derrière les citations, aussi. C’est d’ailleurs un des intérêts d’Hypo et de la Villa pour moi: prendre la parole, mettre mon nom, dire « je ». Mais cette parole s’appuie toujours sur celle des autres – comme la mienne à la tienne, là.

      En tout cas, je sais pas ce qu’on a mis dans la Villa, mais la vache, il n’y a pas que des reflets, il y a des sacrés échos!! (Penser à prendre un acousticien bientôt… voire… on aurait des musicologues, sur Hypothèses??)

  3. Marie-Anne Paveau dit :

    bienvenue à toi claire, à maxime et au ginkgo biloba ! mois après mois, la métaphore de la villa s’installe et se développe : nous avions des pièces, des murs fraîchement repeints, des accrochages, du mobilier design, des réfrigérateurs pleins, une cave même ; nous avons maintenant une chambre d’amis, et surtout un jardin, avec un premier arbre… à quand le potager, la piscine, le labyrinthe à l’anglaise peut-être ?

    j’aime ton « contre la méthode », à partir de la pluridisciplinarité ; on a souvent l’impression que la revendication pluridisciplinaire revient à retrouver les compétences disciplinaires en les accumulant – tu dis que dans la traduction, il y a un objet bien défini, mais pas forcément de méthode prédéfinie : pour les champs qui m’occupent, je suis d’accord – la méthode se construirait plutôt en avançant (un peu de bouddhisme sérendipiteux…) – j’ai hâte de découvrir ton regard, et celui de ton invité de la chambre d’amis, sur cette activité de transfert-transport-transition de langue à langue, je suis admirative devant cette ronde des langues au cœur de laquelle dansent les traducteurs, et leurs doubles…

    • Mélodie Faury dit :

      Une méthode qui sait d’où elle part puis se construit (et déconstruit) en avançant, avec une pincée, à renouveler à l’envi, de serendipité, c’est exactement ce qu’il nous faut pour la réflexivité !

      • Claire Placial dit :

        Pensant aux recherches de Mélodie, je cogite sur la question de la méthode prédéfinie souvent posée comme présupposé disciplinaire. C’est souvent ce que nous littéraires on s’imagine des sciences dures, c’est sans doute partiellement faux. Là je pense aussi à mon frère bio-physicien… et je crois que je vais essayer de le faire dormir sur le canapé à l’occasion celui-là… (Si j’ouvre, comme j’en ai plus ou moins l’intention, une cuisine, ça le fera peut-être venir)

  4. Mélodie Faury dit :

    Merci beaucoup Claire pour ce très beau billet d’entrée, qui dit beaucoup du précieux de cet espace, habité, et donne très envie de te suivre là où tu nous emmèneras. Je te souhaite un beau mois d’août à la villa et je pense que tout ce que tu as en poches vaut mieux qu’un plan bien établi !
    J’espère que tu oublieras vite l’intimidant pour te sentir libre ici de démêler les fils comme tu l’entends. Hâte de découvrir ta réflexivité et ses échos avec celles de Maxime.
    Ce carnet s’enrichit de tous vos regards, parcours vécus et pensées en mouvement, qui se tissent les uns aux autres. Lui non plus n’a pas de plan a priori et c’est ce qui en fait l’aventure. Nous poursuivrons en août avec vous, et vos doubles, notre recherche interdisciplinaire à l’ombre du biloba.

  1. 24/12/2012

    […] Qui se ressemble s’…invite dans la Villa. Et puis @languesdefeu, elle aime les arbres, les ginkgo biloba surtout, et les arbres font partie de sa réflexion, c’est comme ça. Donc c’est […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *