«Les aventures personnelles que le souvenir nous retrace »: Canguilhem, Ricoeur, l’histoire et l’engagement

        L’engagement des intellectuels en faveur du mouvement ouvrier est une constante de l’histoire du XXème siècle. Pourtant, dans bien des cas, l’adhésion à de tels idéaux reste méconnue, soit parce qu’elle ne concerne par exemple que la jeunesse des intellectuels, soit parce que jusqu’à présent cela n’a pas fait l’objet d’une étude approfondie. Parfois, les principaux concernés ont également eux-mêmes délaissé cet épisode de leur vie, trop associé sans doute à leurs années de formation intellectuelle. Je voudrais dans cet avant dernier billet aborder le parcours de deux philosophes qui étaient au début de leur carrière. Le premier, Paul Ricoeur, est, après avoir fait une bonne partie de ses études à Rennes, professeur de philosophie à Lorient à la fin des années trente. Il est par ailleurs militant de la SFIO, où il est même chargé de la propagande au sein de la fédération du Morbihan. Le second, Georges Canguilhem, participe à la rédaction de la revue d’Alain Libres Propos et il est également actif au sein du CVIA, le  Comité de Vigilance  des Intellectuels Antifascistes. Alors qu’ils sont tout deux  par ailleurs engagés dans un travail de réflexion philosophique, qui va constituer une œuvre importante après 1945, ils sont également confrontés aux difficultés de l’époque et affrontent en particulier les menaces de guerre de plus en plus vives : pour eux deux, le pacifisme est une composante primordiale de leur idéal militant. Mais face aux offensives de l’Allemagne nazie, Ricoeur et Canguilhem connaissent une évolution divergente : le premier réaffirme jusqu’au bout son attachement au pacifisme, tandis que le second s’en détache pour adopter une position de fermeté face au nazisme. Tous deux sont revenus plus tard sur leurs premiers engagements datant de cette période,  mais peut-être d’une manière trop parcellaire pour en connaître véritablement les tenants et les aboutissants. En ce qui concerne le choix de ces deux philosophes – déjà évoqués dans de précédents billets de la villa réflexive  ici et là – il s’explique du côté de Ricoeur par mon travail de recherche en cours sur les militants socialistes, et pour Canguilhem par la publication récente du premier tome de ses œuvres complètes, Écrits philosophiques et politiques 1926-1939[1]. On peut y lire, avec de très précieux commentaires, ses différentes contributions militantes qui étaient restées méconnues jusqu’à présent. La confrontation de ces deux itinéraires, en gardant à l’esprit le retour sur soi que cela implique, me semble être utile pour compléter l’étude des rapports entre engagement et distanciation en ce qui concerne  l’histoire du mouvement ouvrier abordée depuis début juillet.

De Péric à Paul Ricoeur 

Le Rappel du Morbihan, 24 juin 1939

   Travaillant sur la SFIO en Bretagne, je savais par diverses lectures que le philosophe Paul Ricoeur avait été avant 1940 un militant socialiste dans cette région à Rennes, puis à Saint-Brieuc puis ensuite à Lorient[2]. Mais ce n’est qu’en consultant la presse militante que je me suis rendu compte que son activité de militant avait pu laisser des traces : en effet son biographe François Dosse ne mentionne que peu ses années bretonnes et indique davantage sa participation à des revues de la gauche protestante à la même période. Travaillant plus particulièrement sur la violence politique, j’ai ainsi pu lire dans Le Cri du Peuple  – une publication liée à la SFIO mais dirigée par Émile Goude qui a quitté le parti à la fin des années 1920 – un article repris de la publication fédérale des Côtes-du-Nord et publié en deux fois les 11 et 18 août 1934. Cette étude, intitulée «Socialisme et christianisme», abordait la question de la place des croyants dans le parti socialiste et était particulièrement bien nourrie au niveau des références religieuses mais aussi philosophiques, puisque Marx et Sorel y étaient non seulement cités mais discutés. Les questions de l’utilisation de la violence et du rapport à la révolution étaient également posées, là encore en menant une réflexion poussée, chose assez rare dans la presse militante pour que j’eusse tout de suite l’envie d’en connaître davantage sur son auteur qui avait signé « Péric ». Cherchant dans le Maitron, sur Internet, dans les autres numéros du Cri du Peuple, je ne trouvais aucune indication complémentaire, ce qui rendait l’identification de l’auteur de cette étude bien difficile. Il était présenté comme un socialiste chrétien, chose assez rare dans les fédérations bretonnes, et avait visiblement un fort bagage philosophique et théologique. En écrivant ces lignes, je me dis – et vous vous dites peut-être – que l’identification était pourtant évidente mais je dois dire que cela m’a pris du temps avant d’avoir l’intuition suivante : « Péric », ce devait être un pseudonyme, et évidemment c’était « P.Ric(oeur) ». Mais je dois admettre que je n’ai pas rapidement fait le rapprochement. J’ai ensuite eu confirmation qu’il s’agissait bien de lui par la responsable des archives de la Fondation Ricoeur, qui dispose du brouillon de cet article. À partir de là, j’ai cherché dans toutes les publications militantes des traces de Ricoeur et on en trouve particulièrement dans Le Rappel du Morbihan, publication socialiste. Abandonnant son pseudonyme, il est d’ailleurs entre 1937 et 1939 un militant assez en vue de la SFIO. Il est chargé de la propagande au sein de la fédération, il intervient dans les congrès fédéraux et écrit plusieurs articles, que ce soit des comptes rendus de conférences, des recensions d’études ou des articles plus polémiques en particulier contre les nombreux tenants d’une ligne très stricte de la laïcité au sein du parti socialiste. En élargissant l’étude à d’autres publications, en particulier celles des adversaires des socialistes, on peut avoir une image assez précise de l’activité militante de Ricoeur durant ces années. Or, que ce soit dans les études biographiques, mais aussi dans les bibliographies récapitulant ses travaux, on ne trouve pas mention de ses écrits militants, comme si cela ,au mieux, n’était pas important, au pire n’existait pas. C’est d’autant plus étonnant que les travaux de Ricoeur sont devenus des références incontournables pour beaucoup d’historiens et que lui-même a beaucoup travaillé sur l’historiographie.

«Le Canguilhem inconnu»

G.Canguilhem, écrits philosophiques et politiques, librairie Vrin, 2012.

      On perçoit peut-être mieux cette étonnante situation si on la compare avec la publication, certes très récente, des premiers écrits de Georges Canguilhem. Également philosophe et proche de la gauche sans être adhérent d’un parti politique, Canguilhem a produit de très nombreux textes politiques qui jusqu’à présent étaient méconnus. Comme le souligne un des responsables de l’édition, Yves Schwartz : « on peut dire que c’est un peu le Canguilhem inconnu (…) Il y avait quand même quelques personnes qui connaissaient certaines parties de l’œuvre éditée jusqu’à 1939. Et, notamment, bien sûr, Camille Limoges qui en avait fait une bibliographie, pas complète parce que le ‘drame’, avec Camille Limoges, c’est qu’il n’arrête pas de trouver de nouveaux textes ! Il m’arrive de lui dire : arrête-toi parce que sinon c’est sans fin. Heureusement il continue, il parcourt la France, c’est formidable »[3] .

Dans le premier volume, on peut lire des recensions d’ouvrages, des études de théorie politique, plusieurs articles sur le pacifisme de l’entre-deux-guerres ainsi qu’une longue étude sur le « fascisme et les paysans » faite dans le cadre du CVIA. Parfaitement expliqués, contextualisés et présentés, ces textes sont précieux pour connaître la pensée de ce philosophe à cette période mais aussi plus largement pour saisir au mieux le travail militant d’un intellectuel de gauche. Le contraste avec Paul Ricoeur est en conséquence flagrant : si ce dernier a une production textuelle bien plus large que Canguilhem, on ne peut que regretter de ne pas pouvoir disposer d’ une édition équivalente des premiers textes du philosophe protestant et socialiste.

La question du pacifisme

   Le parcours des deux philosophes a un point commun : c’est l’ attachement au pacifisme qui est très présent dans tous leurs écrits de cette période d’avant la Seconde Guerre mondiale. Canguilhem est un disciple d’Alain et insiste sur l’importance du pacifisme pour ses conceptions politiques. Ricoeur, quant à lui, souligne également dans les articles que j’ai pu trouver jusqu’à présent[4], son attachement à la paix et ce quel qu’en soit le prix. Car militant socialiste, il est également le responsable pour le Morbihan de la tendance ultra-pacifiste de la SFIO, « Redressement », qui s’est développée à partir de 1938 au sein du parti : cette tendance s’oppose en particulier à toute idée de guerre, et considère qu’il vaut mieux négocier avec l’Allemagne d’Hitler plutôt que de se lancer dans un nouveau conflit meurtrier. Sur ce point, les deux philosophes se séparent néanmoins : Canguilhem doute du bienfondé du pacifisme face au nazisme et se rallie progressivement à une position de fermeté à une date qu’il est toutefois difficile de déterminer avec exactitude selon les auteurs qui présentent ses écrits. Lui-même a eu tendance par la suite à anticiper son changement de cap, qui semble avoir lieu en début 1939. Pour Paul Ricoeur, les choses sont différentes : il reste sur une conception pacifiste jusqu’à l’entrée en guerre, alors qu’au sein de la SFIO, la lutte entre les tendances a entraîné pratiquement une paralysie des activités politiques. Les tenants d’une ligne pacifiste s’opposent  aux « bellicistes » qui ne veulent pas céder aux prétentions expansionnistes du nazisme et qui préconisent en conséquence la résistance. Mais la question du pacifisme à gauche se complique alors car on a tendance à projeter ce qui se déroule ensuite : comment comprendre qu’on puisse rester pacifiste alors que l’Allemagne nazie en a profité pour préparer son expansion et ses premières victoires militaires ? Canguilhem a déjà fait son choix avant le début des hostilités et comme il l’écrit dans la dernière phrase de son  Traité de Logique et de morale  co-écrit avec Camille Planet : «Ici, comme Hamlet de Shakespeare, il faut choisir »[5] et effectivement, on doit ici mentionner qu’il sera un grand résistant durant l’occupation allemande.

Retour sur soi et approches réflexives

   Paul Ricoeur est lui aussi revenu à plusieurs reprises sur son pacifisme d’avant-guerre et c’est ce point que je voudrais maintenant aborder car il pose des questions en lien avec la réflexivité et le métier d’historien.  Cela est d’autant plus important que, d’une part Ricoeur s’est attaché à réfléchir à la méthode historique[6], et que d’autre part son parcours après 1940 a pu susciter quelques  polémiques, comme je l’ai déjà évoqué par ailleurs.

   Tout d’abord le philosophe est revenu à plusieurs reprises sur son passé que ce soit dans le livre d’entretiens avec François Azouvi et Marc de Launay[7], ou dans un autre entretien avec Charles E.Reagan[8]. Mais il a également beaucoup écrit a posteriori dans des préfaces d’études portant sur ces sujets. On peut d’ailleurs voir que les versions de son engagement diffèrent selon le cas : ainsi il écrit à propos de celui qui fut son mentor au sein de la SFIO : « je dois ensuite à André Philip de ne pas m’être trompé sur Munich en 1938 »[9] suggérant qu’il fut en conséquence comme cet autre socialiste protestant anti-munichois ; or, cela n’est pas le cas puisqu’il explique  dans le journal socialiste du Morbihan dans les mois suivants la conférence de Munich pourquoi il est essentiel de préserver la paix jusqu’au bout. Dans La Critique et la conviction, il est toutefois plus imprécis dans son introspection :

« il faut se garder de projeter sur le passé ce que l’on sait être advenu après, comme si, à cette époque-là, les gens avaient eu devant eux des alternatives dont ils pouvaient connaître les conséquences. Il faut bien admettre que c’est dans une sorte de brouillard que certains choix ont été faits » et il ajoute surtout « l’erreur de gens comme moi a d’abord été de ne pas percevoir l’arrivée de la guerre puis, dès que nous avons su qu’ elle se produirait, de la penser dans les catégories de la Première»[10].

   On peut voir qu’ici Ricoeur reconnaît davantage ses hésitations. Mais cela ne signifie en aucun cas qu’il faudrait lui organiser un procès d’intention et lui reprocher ses divergences postérieures d’analyse et ses atermoiements au moment du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, comme cela peut se faire dans une forme d’histoire prompte à juger sans nuance a posteriori. Paul Ricoeur d’ailleurs, lorsqu’il lui fut reproché son attitude dans les premiers mois suivant l’installation du régime de Vichy, a très clairement établi les choses : certes, il a eu des hésitations, mais ce qui l’intéresse dans une démarche réflexive dont on ne peut que souligner la grande honnêteté, c’est d’arriver à mieux connaître et comprendre les faits : « je ne m’accuse ni ne me disculpe, je suis davantage attaché à me comprendre et à m’accepter. A la fin de sa vie, un homme doit prendre sa vie en bloc »[11]. Affirmant cela, il donne d’ailleurs une leçon de méthode historique : plutôt que de le juger, de vouloir mettre en défaut une mémoire de témoin qu’il reconnaît faillible, ou de constituer un dossier à charge avec quelques pièces éparses, il serait nécessaire tout d’abord de reconstituer l’ensemble des textes qu’il a pu écrire dans ses années de militantisme : il s’agit d’articles publiés « dans des revues, journaux, feuilles locales de ma période de militant socialiste ( Saint-Brieuc, 1933-34 ; Colmar, 1935-1936 ; Lorient, 1937-1939)»[12]. Il reconnaît ne pas les avoir conservés mais il juge qu’ils sont importants pour le comprendre, lui qui était alors «un jeune militant socialiste d’avant-guerre»[13].

        On peut donc voir que Ricoeur demande ici aux historiens de faire leur travail ; lui-même dans son ouvrage La Mémoire, l’histoire,l’oubli, aborde les conditions du travail historique et le processus qui passe du témoignage à l’écriture de l’historien, en passant par l’étude des archives et l’analyse des discours. Même si j’avoue avoir du mal à lire les différents livres de ce philosophe, dont je trouve l’écriture d’un abord difficile, il me semble naturel de penser que les aspects qui sont abordés dans son étude trouvent des résonnances dans le propre passé de l’auteur. Ricoeur est également revenu sur les difficultés qu’il y a à être pacifiste dans ses premiers écrits d’après 1945, et la seule fois où je l’ai vu, c ‘était lors d’une conférence  qu’il a faite au 6ème forum international de l’Académie universelle des cultures à l’Unesco en 2002 : le sujet en était « Imaginer la paix »[14], preuve s’il en ait que cette thématique fut présente dans son oeuvre jusqu’à la fin de sa vie.

Que retenir pour le moment ?

            Cette exploration rapide –bien trop rapide au vu de certaines normes scientifiques sans doute-  du parcours de deux philosophes et de leur engagement permet de mesurer dans un premier temps que le travail historique implique qu’on sorte souvent de sa stricte discipline pour s’aventurer vers d’autres problématiques qui peuvent être profitables pour la conduite d’une recherche. J’avoue encore les difficultés que je peux avoir à lire et comprendre les écrits de Ricoeur ou de Canguilhem, mais dans les deux cas, je suis persuadé que cela est au final profitable pour les questions qui m’intéressent. Ensuite, ces deux parcours montrent quelques unes des difficultés qu’il peut y avoir à regarder son propre passé ou ses propres inclinaisons. Georges Canguilhem le souligne pour mettre l’histoire en dehors d’une démarche à proprement parler scientifique :

« il y a dans un intérêt de cette sorte une subjectivité qui le [le récit historique] discrédite; car des faits qui ne se répéteront pas sont invérifiables, semble-t-il, et ne peuvent donc avoir de valeur objective; ils ne nous passionnent que comme passionnent chacun de nous les aventures personnelles que le souvenir nous retrace, avec sa poésie facile et incommunicable »[15].

           Je dois reconnaître que cette citation contient quelque chose de fascinant dans sa radicalité à mettre le récit historique, et donc le travail de l’historien, en  dehors d’une démarche réellement scientifique, laissant l’histoire du côté de la « poésie facile » et des « aventures personnelles ».

le récit historique comme " poésie facile" ?

        Mais il m’a semblé important de mentionner ces deux parcours qui sont utiles dans mon propre parcours de recherche : les écrits rassemblés dans le 1er tome des œuvres complètes de Canguilhem donnent à voir un philosophe engagé au travail et fournissent de très précieuses données sur le pacifisme et la philosophie politique. Quant à Ricoeur, c’est davantage le militant socialiste qui m’intéresse, mais pour l’appréhender correctement, il me faut aussi essayer de comprendre une partie de son œuvre. Tous deux enfin sont à des degrés divers revenus sur leur propre expérience d’engagement et leur histoire personnelle, ce qui ne peut qu’aider à comprendre la part de réflexivité qui est permanente dans le travail et le métier d’historien. L’apport de ces deux philosophes m’a semblé être un bon complément aux historiens et/ou aux militants déjà évoqués dans les précédents billets. Mais puisque Canguilhem place du côté de la « poésie facile » le récit historique, peut-être faut-il justement convoquer un poète, René Char, pour expliquer ce que tentera d’être, dans une synthèse à valeur de conclusion, le dernier billet du mois : « On ne peut se retirer de la vie des autres et s’y laisser soi »[16]. Je ne suis toutefois pas sûr de ce que veut dire René Char dans cette phrase, mais c’est justement peut-être pour cela que c’est une bonne anticipation du prochain billet à venir.

À lire dans deux jours.


[1] Georges Canguilhem, Écrits philosophiques et politiques, 1926-1939, Oeuvres complètes, tome 1, Paris, Vrin, 2012.Les textes sont présentés et annotés par Jean-François Braunstein, Michele Cammelli et Xavier Roth. Jacques Bouveresse a préfacé l’ensemble et Yves Schwarz présente lui la «jeunesse d’un philosophe». L’ensemble a pour résultat un remarquable livre.

[2] On dispose pour l’ensemble de la vie de Paul Ricoeur de la biographie de François Dosse : Paul Ricoeur.Les sens d’une vie, Paris, La Découverte, 2008, nouvelle édition revue et augmentée. On peut en lire un extrait portant sur les premières années de guerre ici.

[3] « L’oeuvre de Georges Canguilhem, entretien de Guy Bruit et Gabriel Gohau avec Yves Schwartz », Raison présente, n°182, 2ème trimestre 2012,  pp 99-109.

[4] J’utilise ses articles dans le cadre de ma thèse en cours de rédaction. Le corpus concerne pour le moment une douzaine d’articles de ou sur Ricoeur.

[5] Georges Canguilhem, op.cit., p 922.

[6] Voir en particulier sur ce point Paul Ricoeur, L’Histoire, la mémoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000.

[7] Paul Ricoeur, La Critique et la conviction, Paris, Hachette Pluriel, 2001.

[8] Charles E.Reagan, Paul Ricoeur, his life and his work, University of Chicago Press, 1998.

[9] Paul Ricoeur « André Philip, économiste, protestant et socialiste » in Christian Chevandier et Gilles Morin (s.d.) : André Philip, socialiste, patriote, chrétien, Paris, Comité pour l ‘Histoire économique et financière de la France, 2005, pp 1-2.

[10] P.Ricoeur, op.cit., p.28-29.

[11] Paul Ricoeur, Notes sur certaines « paroles de prisonniers », 17 octobre 1994, en ligne ici.

[12] Paul Ricoeur, ibid.

[13] Paul Ricoeur, ibid.

[14] Paul Ricoeur « Imaginer la Paix », Le Monde, 24 décembre 2002.

[15] Georges Canguilhem, op.cit., p.764.

[16] René Char, La nuit talmudique, Paris, Flammarion, 1983, p.62.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 30/07/2012

    […] L’engagement des intellectuels en faveur du mouvement ouvrier est une constante de l’histoire du XXème siècle. Pourtant, dans bien des cas, l’adhésion à de tels idéaux reste méconnue, soit parce qu’elle ne concerne par exemple que la jeunesse des intellectuels, soit parce que jusqu’à présent cela n’a pas fait l’objet d’une étude approfondie.  […]

  2. 30/07/2012

    […] L’engagement des intellectuels en faveur du mouvement ouvrier est une constante de l’histoire du XXème siècle. Pourtant, dans bien des cas, l’adhésion à de tels idéaux reste méconnue, soit parce qu’elle ne concerne par exemple que la jeunesse des intellectuels, soit parce que jusqu’à présent cela n’a pas fait l’objet d’une étude approfondie.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *