Au rayon de l’intime: paroles et écrits de militant-e-s

      Il m’a paru important dans cette série de billets sur les enjeux épistémologiques, mais peut-être aussi politiques, d’une pratique réflexive de l’histoire de m’arrêter le temps de ce billet sur l’apport des témoins dans la réalisation d’une histoire à la fois distanciée et engagée du mouvement ouvrier. Peut-être pour se convaincre de la nécessité d’aborder ce point faut-il ici citer quelques phrases de l’actrice Anouk Grinberg qui a préfacé un recueil de lettres de Rosa Luxembourg, et qui a aussi créé un spectacle théâtral à partir de  ces mêmes lettres :

« Jusque-là, ces lettres avaient circulé parmi les militants de gauche, et encore, assez peu. Elles étaient reléguées au rayon de l’intime, du ‘jardin secret, du moins important’ que les écrits politiques. Comme si l’un pouvait marcher sans l’autre, et comme si l’un était plus vrai que l’autre ! Mais il suffit de lire ces textes pour voir ce que pourrait être la gauche quand elle est sincère : c’est d’abord une manière de vivre, qui éclate dans tous les détails »[1]

                Je ne sais pas s’il y a vraiment une manière d’être sincère à gauche et si Rosa Luxembourg incarne cette sincérité ; en revanche, Anouk Grinberg insiste avec raison sur l’apport des sources plus personnelles qui aident à mieux saisir l’identité militante. C’est ce que je voudrais explorer ici, n’oubliant pas pour autant qu’il s’agit davantage d’un examen de ces sources à partir d’une démarche réflexive . C’est pourquoi je n’évoquerai que des documents qui me servent actuellement au cours de ma recherche, bien conscient en conséquence d’oublier tout un ensemble d’archives autres : disons simplement qu’il s’agit de mentionner au fil de l’eau une typologie subjective des sources plus intimes, ainsi que d’indiquer quelques pratiques dont je fais usage.

    Les correspondances 

                Les correspondances sont un précieux document, comme le souligne Anouk Grinberg dans sa préface pour « entrer » dans l’intimité d’une personne. Est-ce pour autant utile lorsqu’on pratique la recherche historique ? Je suis persuadé que c’est ,en effet, un moyen privilégié pour mieux connaître les évolutions personnelles des acteurs qui se situent au cœur de l’enquête historique. Christophe Prochasson a  d’ailleurs souligné l’importance de ce type de sources pour l’histoire dans un article de synthèse «Les correspondances : sources et lieux de mémoire de l’histoire intellectuelle ».

                Si les correspondances sont une source utile, encore faut-il qu’elles soient disponibles pour les chercheurs et qu’elles aient été conservées, ce qui n’est pas si fréquent lorsqu’on travaille sur des militants ouvriers méconnus. Mais lorsque cela est le cas, on peut mesurer tout leur apport : ainsi la correspondance de Yves Le Febvre, l’un des premiers organisateurs des groupes socialistes en Bretagne, est conservée au CRBC de L’Université de Bretagne Occidentale, et elle permet de mieux comprendre la naissance et le développement du parti socialiste dans cette région avant 1914. Son utilisation est précieuse et permet de mieux saisir les rapports entre les militants, les ententes comme les mésententes. Ainsi, dans la riche correspondance échangée entre Le Fevre et Émile Goude qui devient en 1910 député de Brest, on mesure les efforts des deux militants pour créer des structures viables et opérationnelles dans une région globalement hostile. Mais on peut également comprendre que les relations entre les deux hommes sont souvent houleuses : ainsi on trouve dans le fonds Le Febvre une carte déchirée datée du 24 février 1905 que Goude adresse à celui qui s’est démené depuis le début du siècle pour l’action socialiste en Bretagne: «  Mon cher Le Febvre, vous êtes un sale type et je vous en veux » écrit-il à son correspondant, qui semble avoir déchiré ensuite cette lettre, tout en la conservant malgré tout. Si les deux hommes continuent de correspondre dans les années suivantes, ces échanges de lettres montrent que leurs relations sont parfois difficiles et elles permettent également  sans doute de mieux appréhender la rupture entre Yves Le Febvre et la SFIO qui survient quelques années plus tard. Mais disposer de correspondances fournies n’est pas toujours possible dans le cadre d’une recherche en histoire contemporaine. D’autres écrits personnels peuvent heureusement exister.

D’autres papiers personnels

                On peut associer aux correspondances d’autres archives personnelles que sont des carnets de note, des journaux intimes mais plus globalement toutes les traces liées à une identité privée (photos, agendas, papiers administratifs). Là encore il n’est pas certain que le chercheur puisse disposer de telles archives. Ainsi lorsque j’ai effectué une recherche biographique sur Jean-Louis Rolland, il est très vite apparu que sa femme à sa mort s’était débarrassée de tous les documents en lien avec son activité militante. C’est pourquoi lorsqu’un chercheur souhaite disposer de sources privées, il doit devenir également un enquêteur retrouvant ainsi le premier sens du mot «histoire».Ce type de recherche est très souvent chronophage, souvent source de  découragement et de déception, mais je suis persuadé que c’est particulièrement important de procéder à cette collecte. Cette enquête, d’ailleurs, peut mobiliser plusieurs personnes et plusieurs compétences. A plusieurs reprises, j’ai ainsi pu bénéficier d’aides précieuses et désintéressées qui m’ont mis sur la voie d’archives privées. Le dernier exemple dans ce domaine concerne la découverte de cahiers écrits par le député du Morbihan Louis L’Héveder. Acteur important de la SFIO avant 1940, il est un des chefs de file de la tendance pacifiste du parti socialiste. Après avoir voté en faveur de Philippe Pétain le 10 juillet 1940, il connaît à la Libération une période d’incarcération qu’il relate ensuite dans une série de carnets personnels, très détaillés et dans lesquels il explique souvent son parcours avant 1940. C’est en conséquence une source très utile lorsqu’on souhaite étudier l’importance du pacifisme dans la culture militante des socialistes avant 1940.

une page des carnets l'Héveder

                D’autres documents personnels comme les carnets sont parfois mis en valeur par des chercheurs, des structures militantes ou encore des membres de la famille du témoin. Dans ce dernier cas, je voudrais évoquer la mise à disposition sur Internet de tout un ensemble de documents particulièrement intéressants pour le chercheur en histoire ouvrière en Bretagne. Il s’agit des carnets personnels d’André Calvès, militant trotskyste à Brest. Son fils a mis en ligne tout un ensemble de documents retranscrits mais aussi des originaux, ce qui renforce encore l’importance de ce site pour la pratique de l’historien-ne intéressé-e par ces questions.

                Cet exemple de mise en valeur des papiers personnels de Calvès pose d’autres questions comme la conservation de ce type de papiers privés, leur diffusion et leur mise à disposition pour les chercheurs. Mais surtout, on doit également s’interroger sur les cas, très nombreux, où il n’existe pas apparemment de sources privées, d’écrits personnels – ne serait-ce que parce que la pratique de l’écrit nécessite un certain capital culturel – et où en conséquence les traces semblent effacées[2]. Dans ce cas, la pratique de l’histoire orale peut se révéler fructueuse.

Les entretiens et l’histoire orale

                Dans un billet récent de Devenir historien-ne, Émilien Ruiz a expliqué, en mentionnant de très utiles travaux, l’importance de la pratique de l’histoire orale dans le champ de l’histoire contemporaine. Je vous renvoie donc à cette lecture afin d’en comprendre les enjeux. De mon côté, je voudrais évoquer en quoi cette pratique me semble utile dans le cadre de ma recherche. Tout d’abord, travaillant sur la période 1900-1940, de témoin je n’en ai pas ou plus beaucoup, même si j’ai toutefois pu mener des entretiens avec des militant-e-s ayant vécu dans les années trente et quarante. Et pourtant j’essaye souvent de rencontrer des «témoins» : plus que des témoins que l’on peut appeler « primaires », il s’agit souvent de témoins « secondaires», c’est-à-dire des membres de la famille des premiers témoins. L’intérêt est tout d’abord de mieux comprendre la « personnalité » de la personne sur laquelle j’enquête, même si la récolte d’anecdotes n’a que peu à voir avec une pratique scientifique de l’histoire. C’est aussi le moment privilégié pour accéder à des archives du  for privé  lorsque les témoins le veulent bien. En effet, les  descendants sont très souvent des gardiens de la mémoire de leurs aïeux et il n’est pas rare que le chercheur doive montrer patte blanche avant de pouvoir y avoir accès. Comme le souligne Florence Descamps, cela a des implications nombreuses :

« Le métier d’historien, jusque-là centré sur le dépouillement des documents écrits et la fréquentation des morts, s’est donc trouvé enrichi pour ces nouvelles pratiques de recherche que sont la collecte de témoignages oraux, la pratique de l’entretien enregistré et la rencontre ‘des vivants’ ou en tout cas des ‘pas-encore-morts’. L’historien de la source orale a dû accepter une hétérogénéité accrue de ses matériaux de recherche, réfléchir aux conditions de production de ses témoignages, expérimenter des formes inédites de croisement et de critiquer des sources, apprendre à manier  plusieurs ‘points de vue’ et plusieurs ‘échelles’ d’analyse, affronter le scepticisme de ses pairs, acquérir de nouvelles compétences techniques, relationnelles et humaines, se faire psychologue en même temps qu’archiviste, linguiste en même temps que sociologue, documentaliste en même temps qu’ethnographe, ingénieur du son en même temps que passeur de mémoire »[3]

                Ce qui me paraît important dans ce que F.Descamps mentionne, c’est la nécessaire utilisation, mi-organisée mi-improvisée, de compétences relationnelles et humaines lorsqu’on fait des entretiens. Il y a des déconvenues, des entretiens qu’on prévoit et qui ne seront jamais faits parce qu’entre-temps, le témoin décède et qu’on regrette alors d’avoir attendu trop longtemps avant de prendre rendez-vous. Il faut aussi savoir réagir face à des entretiens qui peuvent relater des expériences traumatiques. Lorsque j’ai commencé ma recherche sur Jean-Louis Rolland, qui est arrêté en 1944 pour faits de résistance, j’ai cherché à rencontrer des témoins encore vivants qui l’avaient côtoyé durant sa détention. Evadé d’un train qui l’amenait dans un camp en Allemagne, Jean-Louis Rolland n’a pas connu l’univers concentrationnaire, au contraire de certains de ses co-détenus. Avec une naïveté de novice, j’avais voulu mener des entretiens avec des témoins ayant été déportés, et je ne suis pas du tout certain réussi à le faire correctement, tout simplement parce qu’écouter des témoins raconter cette expérience traumatique nécessite au moins une préparation psychologique dont je n’ai eu conscience qu’après coup.

                Il faut donc ici encore trouver une bonne distance entre distanciation et engagement, et surtout accepter que dans la réalisation d’entretiens avec des témoins, l’historien s’expose aussi bien au-delà de son identité de chercheur. Pour accompagner cette difficulté difficilement surmontable, j’ai ensuite lu le maximum d’études ou de travaux sur la conduite des entretiens, même si aujourd’hui je suis finalement un peu dubitatif sur leur réelle utilité[4].

 S’inscrire dans le sillage d’une autre expérience: le Maitron

l'apport essentiel du Maitron

                Je pense avoir enfin beaucoup profité d’expériences fécondes et de projets historiques qui ont abordé toutes ces questions avec bien plus de valeur scientifique que je ne le fais rapidement ici. Dans le domaine de la recherche sur l’histoire du mouvement ouvrier, je voudrais tout particulièrement mentionner les nombreux travaux réalisés dans le sillage du Dictionnaire biographique du Mouvement Ouvrier Français, plus simplement appelé le «Maitron». Que ce soit dans la réalisation des biographies de militants, dans la collecte d’archives, dans la menée d’entretien, ou encore l’étude des textes autobiographiques et l’analyse des rapports entre objectivité/subjectivité de l’histoire et de l’historien-ne, cette vaste entreprise collective est essentielle dans ma recherche personnelle et dans ma conception de la pratique historique. Dans cette série de billets sur l’historiographie du mouvement socialiste et du mouvement ouvrier, la place de ce projet mérite d’être soulignée et si vous ne connaissez pas encore le site lié à cette formidable aventure collective mobilisant à la fois des historien-nes, des chercheurs en sciences sociales et des militants, je ne pourrais que vous en conseiller vivement la visite.

                Sans doute que ce billet n’aborde pas tous les aspects qu’il faudrait mais je voulais simplement rappeler l’importance de la parole et de l’écrit des militants dans le travail de l’historien du mouvement ouvrier, tant ils participent à la construction d’une histoire, parfois même en ce faisant  de la plus belle façon historiens d’eux-mêmes.

                Mais plus généralement, c’est toute la question du statut du témoin – et du traitement de l’information que le chercheur en histoire fait par la suite des informations recueillies – qu’il faudrait continuer d’examiner. Bien que ce soit une thématique fréquemment abordée de la pratique du métier d’historien[5], je voudrais dans l’avant-dernier billet examiner ce point avec l’aide de deux philosophes, eux-mêmes liés un temps au mouvement ouvrier, Paul Ricoeur et Georges Canguilhem, puisqu’il ne faudrait « toutefois pas oublier que tout ne commence pas aux archives, mais au témoignage »[6].

A lire dans deux jours, avant un dernier billet à la fin du mois.


[1] Anouk Grinberg, préface à Rosa, La Vie. Lettres de Rosa Luxembourg, Paris, éditions de l’Atelier, 2009, pp.8-9. Ce livre est associé à un CD où l’actrice lit d’une merveilleuse façon quelques lettres de R.Luxembourg.

[2] Je voudrais citer ici les travaux de Bernard Pudal, par exemple son article « Écritures non-professionnelles et prises de parole » disponible en ligne ici. Il fait partie de l’équipe de travail réuni autour du «  Maitron ».

[3] Florence Descamps ( s.d.), Les sources orales et l’histoire, Paris, Bréal, 2006, p.37.

[4] Il faudrait disposer de plus de temps pour aborder cette question. Parmi les travaux que j’ai pu lire sur la conduite des entretiens, un article m’a particulièrement servi : Hélène Chamboredon et alii « S’imposer aux imposants. A propos de quelques obstacles rencontrés par des sociologues débutants dans la pratique de l’usage de l’entretien » Genèses, n°16, 1994, pp.114-132.

[5] Christophe Prochasson aborde cette question, parmi d’autres, dans L’Empire des émotions, les historiens dans la mêlée, Paris, éditions Demopolis, 2008. Ce livre m’a particulièrement  aidé dans mon analyse sur les pratiques scientifiques de l’histoire.

[6] Paul Ricoeur, La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p.182.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Benoît Kermoal dit :

    Merci Marie-Anne pour ton commentaire qui me permet d’approfondir encore ma réflexion. Concernant le livre de R.Luxembourg, je dois dire que c’est une lecture vraiment intéressante,et écouter A.Grinberg a quelque chose d’assez magique je trouve. Pour ce que tu dis de la citation de F.Descamps, je dois reconnaître que je suis d’accord avec toi : je l’ai d’ailleurs plus mis ici comme un programme d’ensemble de ce qu’il faut mobiliser comme compétences et je ne trouve pas non plus qu’en historien on puisse tout faire , cela renvoie à l’idée  » impérialiste » de l’histoire où il suffit d’emprunter quelques mots et quelques concepts pour faire de la sociologie, de la linguistique, etc. Et donc c’est vrai qu’un travail collectif et des échanges, ce serait une bonne solution. C’est d’ailleurs une chance qu’offre cette villa réflexive car de mon côté je vois de nombreux points communs de réflexion et également des façons de voir différentes et enrichissantes. Enfin en ce qui concerne la rédaction d’un billet à propos des quelques expériences d’entretiens avec des personnes déportées, je dois dire qu’il me y réfléchir : c’est surtout une forme d’apprentissage de l’entretien qui s’est faite après coup. Je croyais naïvement en étant étudiant qu’il suffisait de préparer des questions, de bien organiser un déroulé de l’entretien pour avoir des réponses intéressantes et un  » bon  » entretien. Je n’avais pas mesuré assez stupidement que cela ne pouvait pas se passer comme cela tant cela impliquait des émotions, de la part du témoin mais aussi de mon côté. Or, je n’avais pas forcément  » prévu » cela. Bref en théorie j’avais parfaitement préparé mes entretiens ( en lisant beaucoup sur les entretiens ou sur le contexte historique) mais dans la pratique cela ne s’est pas du tout passé comme prévu. Le coût  » émotionnel » n’est pas mesurable, il m’a fallu un peu de temps pour conduire ensuite des entretiens moins muavais. Mais en répondant rapidement ici, je me rends que tu as sans doute raison : je devrais peut-être essayer de revenir dans un billet sur cette expérience !

  2. Marie-Anne Paveau dit :

    encore un bien passionnant billet…
    je ne connaissais pas cette édition des lettres de rl par ak, sa préface est un bien joli texte – « comme si l’un était plus vrai que l’autre » pose très directement la question de la vérité historique, c’est intéressant
    je trouve que toute ton interrogation rejoint bien le « postdualisme » qui s’installe depuis une quinzaine d’années et qui remet en cause les grands dualisme, et en particulier celui entre émotion et raison, à partir de damasio essentiellement, mais il y a pas mal de travaux dans différents champs sur la prise en compte des émotions dans les activités rationnelles – et ce que tu dis, prudemment, de la prise en compte de l’intime, me semble bien entrer dans cette approche et j’imagine que ça pose de redoutables problèmes méthodologiques : comment « vérifier » la validité d’une source « intime » ? il faut déplacer les critères, je suppose, et donc avoir un répertoire de critères de vérité variés – est-ce que les historiens français acceptent ces différents régimes de vérité ? en tous cas les linguistes, peu ou même pas du tout !
    je suis un peu sceptique sur la définition de la pluridisciplinarité (je l’ai lue comme ça) donnée par fd à propos des sources orales – je la trouve un peu légère : comment l’historien va-t-il se former en psychologie, en archivistique, en linguistique, sociologie, etc. je trouve sa description un peu prométhéenne, et je préfère l’idée d’un travail collectif : rassembler une équipe avec ces compétences – je suis pour la pluridisciplinarité de la recherche, mais non pour que le chercheur se fasse passer pour ce qu’il n’est pas (mais je radicalise peut-être à partir d’un petit extrait)
    j’aimerais bien que tu fassses un billet, ici ou chez toi, sur ton expérience avec les témoins déportés, à laquelle tu fais allusion, et en particulier sur ce que tu dis de ton écoute difficile (nouveau dispositif dans la #villa : la commande de billet…)

  1. 01/08/2012

    […] Au rayon de l’intime: paroles et écrits de militant-e-s […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *