Ernest Labrousse ou comment entrer dans le «for extérieur» de l’historien

         Lorsqu’il s’est agi d’établir une liste des historiens dont l’étude pouvait être intéressante en ce qui concerne la problématique générale de ce mois de juillet dans la Villa réflexive, le nom de Camille Ernest Labrousse m’est venu rapidement. J’avais en effet souvenir d’un long entretien qu’il avait donné à Christophe Charle pour la revue Actes de la Recherche en sciences sociales[1]. Je me rappelais en particulier y avoir lu de nombreuses remarques sur la question de l’engagement politique de l’historien et des rapports qu’il pouvait entretenir avec son objet de recherche. Je me souvenais, en outre, y avoir découvert un historien plein d’allant et dont les longues explications sur son parcours m’avaient aussi aidé à me convaincre de l’intérêt de faire de l’histoire. J’étais alors étudiant en histoire et je découvrais avec une certaine boulimie tous les grands noms de l’historiographie française. En ce qui concerne Labrousse toutefois, j’avoue ici avoir peu fréquenté par la suite ses travaux après avoir échoué à la lecture de La Crise de l’économie française à la fin de l‘Ancien Régime et au début de la Révolution[2]. Je me rendais compte, en effet, que je n’avais que peu d’atomes crochus avec l’histoire économique, aidé en cela par des cours assez ennuyeux dispensés par des universitaires qui avaient été pour partie justement formés à l’école « labroussienne ». Et pourtant, l’œuvre d’ Ernest Labrousse va bien au delà de l’histoire économique de l’Ancien Régime et concerne plus largement l’histoire sociale allant jusqu’au XXème siècle, offrant même plusieurs études sur l’histoire du mouvement socialiste ou ouvrier.

Historien « social parce que social…iste » ?

      C.E. Labrousse (1985-1989) peut être considéré comme l’un des historiens français les plus influents après 1945, et qui a promu l’utilisation de méthodes quantitatives dans le domaine de l’histoire économique et sociale. Comme l’écrit Maurice Agulhon « Si Labrousse est apparu comme le parangon de l’histoire sociale, c’est bien un peu parce qu’il tenait à la fois des deux acceptations du terme,de l’étiquette, l’ancienne et la nouvelle, celle du socialiste et celle du statisticien (ou du sociologue) »[3]. On peut donc voir qu’il n’a pas séparé son métier d’historien de son engagement militant. Il adhère en effet en 1916 à la SFIO, puis ensuite au PCF de 1920 à 1924 pour revenir finalement au parti socialiste à partir de 1938. Dans les années 1950, il s’écarte à nouveau de la SFIO, qui se désagrège devant son incapacité à faire face aux événements de l’époque ; il  se tourne alors vers le PSU pour terminer enfin par se rapprocher à nouveau du PCF. Il soulignait d’ailleurs à la fin de sa vie, au delà de ses adhésions partisanes multiples, qu’il voulait qu’on garde de lui l’image d’un «révolutionnaire».

Une «référence sentimentale et idéologique à la Grande Révolution»

Labrousse écrit dans L'Humanité du 6 novembre 1921 une longue étude sur la Révolution française comparée à la Révolution russe.

     S’arrêter sur le parcours de Labrousse dans l’étude de l’engagement et la distanciation en histoire ouvrière, c’est aussi s’arrêter sur l’impact de la Révolution française, et de son historiographie, sur l’ensemble du mouvement ouvrier français. Bien souvent en effet j’ai pu lire de multiples références à 1789 ou à 1793 dans les écrits militants, régulièrement j’ai dû rechercher à quel événement, quel personnage ou quelle situation de la Révolution française ces écrits faisaient référence. Comme Labrousse le formule dans la préface qu’il a écrite à l’Histoire Socialiste de la Révolution française de Jaurès : « le socialisme politique, le socialisme de foule, en voie d’incarnation dans ses milieux naturels, multiplie au contraire la référence sentimentale et idéologique à la Grande Révolution»[4]. Cela implique selon moi, lorsqu’on étudie l’histoire du mouvement socialiste en France, de bien connaître l’historiographie des années révolutionnaires. La fréquentation régulière des Annales historiques de la Révolution française m’est d’ailleurs très précieuse dans l’acquisition de connaissances dans ce domaine. C’est pourquoi rappeler l’importance de la figure de C.E. Labrousse me paraît aussi essentiel ici : partant d’une étude économique de la Révolution française et de ses origines, il a élargi sa problématique d’ensemble à de multiples aspects incluant le XIXème siècle mais aussi le XXème siècle. Tenant de l’histoire sociale et économique, Labrousse, chemin faisant, insiste également sur les apports de l’histoire politique et culturelle et sur la nécessité de s’interroger sur les sources du métier d’historien.

L’apport d’une méthode globale

M.N. Borghetti, L'oeuvre d'Ernest Labrousse, éditions EHESS, 2005

      Maria Novella Borghetti dans son livre L’œuvre d’Ernest Labrousse[5] révèle, par une passionnante étude de tous les aspects du travail de l’historien mis en parallèle avec ses activités militantes, les éléments saillants de la méthode « labroussienne ». Victime d’un oubli lié à l’évolution récente de l’histoire économique, l’historien est méconnu aujourd’hui peut-être aussi parce que « cette occultation qui, pour l’essentiel, perdure, relève d’abord d’une conjoncture idéologique et du recul de l’influence directe ou indirecte du marxisme sur les sciences sociales»[6]. Pourtant C.E. Labrousse développe une pratique de l’histoire toujours opérante. Tout d’abord, il importe pour lui de replacer le phénomène étudié dans un contexte économique et social plus large, ce qui ne signifie pas qu’il soit déterminant et qu’il prédomine sur tout le reste. Il faut aussi s’intéresser aux sources du travail historique et utiliser tout le  matériel (presse, archives judiciaires et policières, écrits intimes, éléments de la culture matérielle, etc.) qui permet d’aider à retracer « l’histoire perdue des obscurs » comme il l’écrit dans l’introduction au colloque « Le militant ouvrier français dans la seconde moitié du XIXème siècle »[7]. Il participe, en effet, après 1945 à la naissance et à l’institutionnalisation d’une histoire universitaire du mouvement ouvrier en France que d’autres comme Jean Maitron mettent en place à cette époque. Il appelle également de ses vœux à une histoire sociale du socialisme, c’est-à-dire à une étude qui s’intéresse, outre aux aspects purement événementiels, à la composition sociale des militants, à l’implantation et à la propagation des idées militantes, un programme d’étude qui me semble toujours très actuel lorsqu’on travaille comme moi sur l’histoire du mouvement socialiste au XXème siècle. Ernest Labrousse participait activement enfin à des regroupements savants (Société des études jaurésiennes, Société des amis de Léon Blum) qui sont des lieux de rencontre entre historien-ne-s de métier, militants politiques, témoins et passionné-e-s amateurs d’histoire. La fréquentation d’espaces militants et l’engagement politique affirmé de Labrousse sont-ils pour autant un mélange des genres qui peut altérer le travail scientifique de l’historien ? Il revient sur ce point dans l’entretien avec Christophe Charle.

Le métier d’historien et l’engagement politique

         Tout d’abord pour Labrousse, il est important de placer l’étude de l’Histoire dans un présent qui nécessite bien souvent un engagement politique : « J’ai toujours éprouvé un vif intérêt pour l’actualité socio-politique. Le terminus des courbes de l’Histoire, c’est aujourd’hui. La référence à   ‘aujourd’hui’ m’a toujours préoccupé. »[8] Ainsi dans son parcours, l’historien a t-il été entre 1920 et 1922 journaliste à L’Humanité. C’est l’occasion par exemple pour lui de mener des entretiens avec des personnalités importantes de l’époque, des responsables politiques ou bien encore des intellectuels. S’il écrit des articles ancrés pleinement dans les combats du jeune quotidien communiste, où polémique et agressivité sont une marque de fabrique de la période de bolchévisation du PCF, il est également l’auteur de plusieurs longs articles dans lesquels il étudie la concordance des temps entre le passé et le présent. Ainsi le 6 novembre 1921, il écrit un très long article qui étudie la Révolution française au regard de la Révolution russe, et même s’il y développe une pensée partagée par les communistes de l’époque, il le fait en commençant par rappeler les principes scientifiques de l’historien :« nul ne doit professer une méfiance plus rigoureuse que l’historien pour le raisonnement par analogie (…) son rôle premier, sinon son rôle propre, est de différencier beaucoup plus que d’identifier ou de généraliser». La suite de l’étude s’apparente à un article historique portant  sur les ressorts économiques de la Révolution française et sur la question paysanne qu’il compare avec la situation de la Révolution russe. On peut voir qu’il tente de concilier l’étude de l’histoire et le militantisme. À la question de Christophe Charle « donc pas d’incompatibilité entre l’engagement politique et le métier d’historien ? » Ernest Labrousse offre d’ailleurs une réponse qui me semble très utile de rappeler ici et qui pourrait encore servir de ligne conduite :

« On ne se donne  pleinement à un métier qu’avec ferveur. Jouons franc jeu. Il n’y a pas d’intellectuel sans for intérieur politique. Chez certains c’est un for extérieur. Tel est mon cas. Et de plus on écrit, on fait l’Histoire avec son tempérament. J’ai toujours cru que l’amour était la chance la plus fréquente de la connaissance. On sympathise volontiers avec ses thèmes et ses héros. Mais les amours savantes peuvent être très déontologiques. »[9]

     Je dois avouer ici qu’il s’agit pour moi d’une très belle réponse à la question de l’objectivité/ subjectivité de l’historien-ne et plus largement d’une définition très judicieuse du métier d’historien.

Un rapide tour d’horizon provisoire

      Arrivé au terme de ce billet sur C.E Labrousse, il me paraît utile, en incluant les quelques éléments de réflexion mentionnés dans les précédents billets, de revenir sur l’intérêt qu’il y a dans un premier temps à rappeler des itinéraires d’historiens qui ont été en lien avec l’histoire du mouvement ouvrier et l’engagement militant. L’un des buts que je voulais atteindre était d’engager une réflexion sur l’engagement et la distanciation du travail de l’historien. Cela fait, il est maintenant nécessaire dans un second temps de revenir sur la réflexivité de l’apprenti chercheur en histoire que je suis : que peuvent apporter à ce niveau les parcours évoqués ? Comment peut-on trouver la bonne distance avec son objet d’étude ? De tout cela et de ce qu’on pourrait appeler « l’objectivation participante » à l’instar de Pierre Bourdieu, il sera question dans le prochain billet. D’ici là je vous invite à lire ou relire ce très bel entretien de Christophe Charle avec Ernest Labrousse pour (re)découvrir ce grand historien.


[1] Christophe Charle «  Entretiens avec Ernest Labrousse », Actes de la recherche en sciences sociales, vol.32-33, avril/juin 1980, pp. 111-127, que l’on peut lire ici.
[2] Ernest Labrousse, La Crise de l’économie française à la fin de l’Ancien régime et au début de la Révolution, Paris, PUF, 1990 (1ère édition 1943).
[3] Maurice Agulhon « Ernest Labrousse, historien social » Annales Historiques de la Révolution française, n°276,1989, pp. 128-131.
[4] Ernest Labrousse, préface à Jean Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution française, Paris, éditions sociales, 1968, pp.9-34.
[5] Maria Novella Borghetti, L’œuvre d’Ernest Labrousse. Genèse d’un modèle d’histoire économique, Paris, éditions de l’EHESS, 2005. On peut en lire des extraits ici.
[6] Maria Novella Borghetti, op.cit., p.15.
[7] Ernest Labrousse « Ce colloque un commencement » Le Mouvement social, n° 33/34, oct.1960 – mars 1961, pp.4-6.
[8] C.Charle, op.cit., p.115.
[9] C.Charle, op.cit., p.121.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *