Comment trouver la bonne distance?

affiche de la CGT, mai 1936 (détail) DR

C’est avec beaucoup de plaisir mais aussi avec un peu d’appréhension que je commence par ce billet l’occupation estivale de la Villa réflexive durant le mois de juillet. Merci à Mélodie Faury, ainsi qu’à Marie-Anne Paveau et tou-te-s les autres participant-e-s de ces «espaces réflexifs» de m’accueillir ici. Je voudrais durant ce mois m’intéresser à un aspect que je trouve important dans ma propre recherche en cours, à savoir le rapport que nous entretenons avec notre objet d’étude.

      Le sous-titre choisi « engagement et distanciation en histoire ouvrière » est une claire allusion aux travaux de Norbert Elias[1]. Travaillant sur l’histoire du socialisme et du mouvement ouvrier, je suis souvent confronté aux interrogations mises en perspective par Elias : quelle est la bonne distance à avoir par rapport à son objet d’étude ? Comment concilier le nécessaire modus operandi scientifique et l’intérêt personnel et sensible que j’éprouve à étudier le mouvement ouvrier ? Il s’agit donc ici de s’interroger à la fois sur mon objet d’étude d’un point de vue épistémologique et d’un point de vue politique. L’utilisation des concepts d’Elias sera donc en quelque sorte le « fil rouge » des billets du mois de juillet, ce qui permettra de dépasser d’éventuelles critiques superficielles à propos d’une pratique « partisane » de l’histoire ou de vouloir chercher dans ce domaine la chimère de l’ « objectivité » à tout prix au risque de passer à côté de l’essentiel.

     Mais comment aborder cet aspect dans une démarche réflexive et complémentaire aux précédents travaux de la Villa réflexive ? J’essayerai de combiner trois approches.

                Tout d’abord je reviendrai sur le parcours d’historien-ne-s qui ont été confronté-e-s à ce cas de figure. Le champ d’analyse choisi ici correspond à ce que j’ai nommé en sous-titre du carnet à l’« Histoire ouvrière », appellation vague s’il en est, mais qui a le mérite de la simplicité : j’entends par là l’étude du mouvement ouvrier dans son ensemble en me focalisant toutefois sur des chercheurs en histoire appartenant au milieu partisan du socialisme au sens large. Partant de cas précis relatés dans l’actualité historiographique récente (Lucien Febvre[2], Georges Haupt[3]) ou plus ancienne (Ernest Labrousse, Georges Lefranc), j’essayerai de voir comment ces historiens ont réussi à concilier l’engagement et la distanciation dans leurs propres travaux. Cette première approche sera complétée par l’évocation d’autobiographies de militants qui à un moment donné se sont faits historiens d’eux-mêmes et ont pour cela dû dépasser la simple relation de leur vie militante pour en faire un récit s’assimilant à un travail d’histoire et de mémoire. J’utiliserai pour ce faire des témoignages de personnes, peut-être moins connues que d’autres, engagées dans les marges du  mouvement ouvrier en Bretagne (comme André Calvès, André Fichaut ou encore René Lochu). L’association de ces deux catégories de travaux m’obligera aussi à évoquer d’autres cas « hybrides » d’historiens militants comme Daniel Guérin et surtout à comparer les différences de pratiques de l’histoire.

                Enfin une troisième approche consistera à ponctuer ces évocations de parcours d’historiens ou de militants pour des considérations plus personnelles, associées pleinement à une démarche réflexive : comment à partir des exemples évoqués peut-on inscrire une pratique historienne répondant aux attentes scientifiques usuelles tout en étant conscient d’appartenir à un environnement social lié à mon sujet d’étude ? Il s’agira ici poser comme l’écrit Didier Fassin la « question de la juste distance » :

« La question de la juste distance par rapport à l’objet a toujours été cruciale pour les sciences sociales. Elle se pose à elles de deux manières, qui sont étroitement liées. Elle est d’abord épistémologique : quelle connaissance objective peut-on produire sur un monde d’objets dont on fait soi-même partie ? Elle est ensuite politique : quelle position axiologique peut-on défendre dans l’étude de phénomènes mettant en jeu des valeurs sur lesquelles on porte des jugements ? »[4].

Ce sont donc quelques retours d’expérience qui seront mis en forme ici durant le mois de juillet, incluant le travail de recherche en cours mais aussi des pratiques de communication et d’échanges comme twitter. J’espère que vous trouverez à nouveau plaisir à vous promener dans ces couloirs de la Villa réflexive.

Le prochain billet partira de l’étude des conférences sur le syndicalisme que Lucien Febvre avait faites en 1920 et qui étaient récemment publiées par la revue Le Mouvement Social. Partir de cet exemple me semble être une belle amorce des réflexions à venir.

Benoît Kermoal


[1] Norbert Elias, Engagement et distanciation. Contributions à la sociologie de la connaissance, Paris, Fayard, 1993.

[2] Lucien Febvre « Quatre leçons sur le syndicalisme français (août-septembre 1919 et été 1920) », Le Mouvement social, n°238, 2012-1, pp 17-51.

[3] « Georges Haupt, l’Internationale pour méthode » Cahiers Jaurès, n°203, 2012/1

[4] Didier Fassin « L’anthropologie entre engagement et distanciation. Essai de sociologie des recherches en sciences sociales sur le sida en Afrique » in C.Becker et alii, Vivre et penser le sida en Afrique, Paris, Karthala, 1998. p.42, consultable ici.


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Benoît Kermoal dit :

    Je vous remercie Mélodie et Marie-Anne pour vos commentaires. Le thème que j’évoque ici me trotte dans la tête depuis pas mal de temps, et je dois dire que je ne sais pas encore ce que je vais pouvoir en dire au fil des billets, mais le texte de L.Febvre m’a vraiment plu et commencer par là sera un bon début. J’ai aussi relu bon nombre des billets publiés ici et cela m’aide grandement à construire petit à petit un pan de mur de la Villa, merci à vous 😉

  2. Mélodie Faury dit :

    Un mois de juillet réjouissant ! Les pièces, les couloirs, les sous-pentes, toute la villa s’anime ces derniers mois. Je ne serais pas surprise que le jardin aussi prenne vie.

    J’ai entendu parlé ce matin à la radio de « réelle objectivité », au sujet des discours de chercheurs, qui m’intrigue encore plus que la « réalité » et l’objectivité » séparées…
    Je crois que la réflexivité s’amorce dès lors que l’on se pose la question de la juste distance, des valeurs et des conditions de possibilité d’un discours scientifique. Je te lirai avec plaisir cet été.

  3. bienvenue benoît, et merci pour cette magnifique programmation, un vrai festival de sciences humaines !
    du côté des noms communs, « bonne distance », « juste distance », « modus operandi scientifique », « engagement et distanciation », « historiens d’eux-mêmes », « connaissance objective » : tous ces mots et concepts donnent envie de te lire et de lire les chercheurs que tu nous présenteras
    du côté des noms propres, elias, haupt, labrousse,febvre, fassin : de belles connotations et évocations également, je me réjouis de ce juillet réflexif
    ps : il reste sans doute du bourgogne à la cave, mais il faudra peut-être racheter du café…

  1. 02/08/2012

    […] @yann_c Engagement et distanciation. Benoît Kermoal. juillet 2012Comment trouver la bonne distance ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *