Une Villa, un espace de recherche, un lieu de discussion ? – Parenthèse entre juin et juillet

Depuis six mois que vivent les Espaces réflexifs, ils posent des questions passionnantes.

Sur le sujet de la réflexivité d’abord et sur la manière dont cette question est abordée par les (co-)locataires successifs. C’est ainsi avec grand plaisir et beaucoup d’intérêt que j’ai cherché les reflets dans les miroirs de Stéphanie Messal en janvier, adopté et articulé les perspectives de mes invités de février, bouclé avec Marie-Anne Paveau en mars, puis j’ai observé les méditations de Jonathan Chibois en avril et enfin partagé le quotidien de Martine Sonnet et rencontré les fantômes de Morwenna Coquelin en juin.

C’est avant tout donc un plaisir de lecture, interdisciplinaire.

Une lecture régulière sur un carnet de recherche

Je – nous, les lecteurs – n’avons pas toujours quelque chose à ajouter sur le moment de la lecture, car la perspective proposée par l’auteur du billet s’apprécie d’abord, fait ensuite peut-être écho à nos questions, et nous donne à penser sûrement, pas toujours directement en commentaire. Une forme de conversation silencieuse s’installe, dont les auteurs des billets ne perçoivent pas toujours la matérialité1.

La temporalité courte de la publication numérique ne fait pas oublier que les temps de la recherche sont souvent plus lents, et que sa construction ne peut pas toujours s’expliciter sur l’instant. Le risque de la réaction rapide est parfois de ne pas saisir où l’auteur veut nous emmener. Un risque donc de ramener à soi, à ses propres questions, un propos qui cherchait à nous amener ailleurs, justement. Le risque de la rencontre ratée, de la discussion impossible, du dialogue de sourd. C’est un risque à prendre, mais c’est aussi un équilibre fragile à entretenir pour le projet qui nous occupe, et plus largement pour les rencontres interdisciplinaires, ou entre regard universitaire et non universitaire.

Comment s’assurer que l’espace de commentaire, comme tout espace de dialogue, soit un espace de rencontre et non d’incompréhension mutuelle ? Le billet de Julie Henry à ce sujet est précieux.

Un espace numérique de recherche interdisciplinaire

Les intentions de ce carnet ont été posées dès le départ de la manière suivante :

« Ce carnet vise à expérimenter une écriture collective sur le thème de la réflexivité, dans nos pratiques de recherche et d’enseignement, avec pour question de départ, la déclinaison, selon nos disciplines, d’appartenance ou d’origine, de la question posées par Yann Calbérac sur son carnet de recherche (en cours de construction : Le miroir d’Alice) : “Que se passerait-il si les géographes/ les linguistes/ les historiens/ les biologistes/ etcetera, alors qu’ils mènent leurs recherches, se regardaient faire ?”

Ce carnet accueillera des billets individuels ou collectifs, parus précédemment sur nos blogs respectifs ou écrits spécifiquement, mais aussi des billets invités et présentations d’extraits de “grands textes” de la réflexivité, français et étrangers.

Fonctionnement de l’équipe de rédaction :

Tour à tour, les participants au carnet “Espaces réflexifs” pourront prendre en charge la “direction” de la publication, pendant un mois. Chacun donnera alors sa “couleur” au carnet et l’investira comme il le souhaite. Les autres participants feront alors vivre le carnet par les discussions qui auront lieu en commentaires.

Ce carnet est bien sûr également ouvert aux commentaires de ses lecteurs ! »

« Une écriture collective », fragmentée mois par mois, mais répondant à une idée générale : celle de questionner cette idée de réflexivité, dans nos pratiques de recherche et d’enseignement. Un des enjeux principaux de ce carnet de recherche est donc d’expérimenter une nouvelle forme de rencontre entre chercheurs, ne se connaissant pas nécessairement a priori, se lisant parfois, notamment par carnets et blogs interposés, et se rencontrant d’abord dans un espace numérique (dans les Espaces réflexifs, mais également via Twitter, d’où le projet est né) avant de se rencontrer peut-être IRL (« In Real Life ») dans le cadre de contextes de recherches plus habituels. C’est une sorte de décloisonnement qui s’opère, et une expérimentation d’une écriture particulière et potentiellement riche, encore une fois assez insolite dans nos pratiques de chercheurs.

Photographie par couscouschocolat - Licence CC-BY. Source : Flickr

Cet espace numérique est par définition public. Et le choix d’ouvrir les commentaires participe de l’idée de favoriser les échanges entre les chercheurs intéressés par ce projet, par la démarche, mais aussi de laisser la possibilité aux lecteurs, y compris ponctuels, de réagir.

Dans la mesure où les locataires de la « Villa » (voir l’origine de cette appellation) change d’un mois sur l’autre, le statut donné aux commentaires change également, selon la manière dont ils choisissent d’habiter les lieux pour un mois. Chacun d’entre eux est libre de la modération qu’il décide de faire ou non, des réponses qu’ils donnent ou non.  Chacun est même libre d’autoriser les commentaires ou non sur ses billets.

Que des billets soient commentés, et la manière dont ils le sont ou ne le sont pas posent des questions intéressantes.  Toute communication, dès lors qu’elle est possible, doit-elle être considérée comme positive pour un projet comme celui-ci, où la condition de possibilité du dialogue est en elle-même au centre de la question de la réflexivité ?

C’est une question que pose plus largement les espaces de discussion sur Internet, et qui me semble se poser de manière particulièrement aiguë dans les Espaces réflexifs.

« Et puis il y a eu l’autre dialogue. Avec toi, qui n’es pas mon ami, toi qui es directement concerné par ce que j’ai à te dire. Avec toi, parler, c’est m’exposer, prendre une part de risque : voudras-tu m’écouter ? Sauras-tu recevoir mes mots, mes phrases, mes idées ? Sauras-tu partager les tiennes avec moi, sans violence, sans autoritarisme, sans chercher à abuser de ta position ? Saurai-je faire preuve de vigilance ? Saurai-je protéger la part de moi qui s’expose au risque ? Avec toi, le dialogue est un défi. Je suis contente de l’avoir relevé. Je suis contente que tu m’aies considérée comme une vraie personne, par ton écoute, et par la prise en compte de mes paroles dans tes réponses. »

Karinesperanto, Dialogues

Comment trouver un terrain commun ?

« Dans l’expérience du dialogue, il se constitue entre autrui et moi un terrain commun, ma pensée et la sienne ne font qu’un seul tissu, mes propos et ceux de mon interlocuteur sont appelés par l’état de la discussion, ils s’insèrent dans une opération commune dont aucun de nous n’est le créateur. »

Maurice Merleau-Ponty, cité par Isabelle Pariente-Butterlin

Au stade où nous sommes, nous faisons connaissance avec des approches différentes de la réflexivité : il s’agit bien plus de suivre la perspective proposée par l’habitant ou les habitants mensuels, pour en percevoir les intérêt et les limites, plutôt que d’être d’accord ou non a priori. Nous ne figeons pas a priori une idée des convergences qui émergeront (ou non) entre les différentes perspectives proposées.

Dans ce sens, la Villa réflexive s’étoffe de regards et d’approches, parfois de rencontres et de discussions.  Beaucoup de questions se posent au fur et à mesure que le projet se développe et se partage, sur le fond du sujet que nous avons choisi d’aborder ici publiquement, mais aussi sur la forme que prend la Villa : un espace ouvert, où les locataires donnent leur écrits à voir à peu près au moment où ils les construisent. Ce qui ne signifie pas, et souvent bien au contraire, que la réflexion commence à l’instant de l’écriture, qui provient souvent de recherches, de lectures, de terrains, d’une expérience de la pratique de la recherche et/ou de l’enseignement.

  1. Sauf à avoir accès aux statistiques de visites et de lectures des billets []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. Benoît Kermoal dit :

    Au moment où je m’installe à mon tour dans la Villa réflexive, j’ai beaucoup apprécié ton billet qui offre une belle synthèse du trajet déjà effectué et insiste sur la multiplication des points de vue et des disciplines déjà présentes. Je dois dire que cela m’ouvre aussi ,dans ma pratique de recherche, à des horizons nouveaux en dehors de ma discipline de prédilection. J’aime aussi toutes les conversations qui en découlent, qu’elles soient silencieuses ou pas!

  2. Mélodie Faury dit :

    Ah les chiffres… quel sens donnent-ils à nos pratiques d’écriture ici ?
    Savoir que la conversation silencieuse existe est déjà beaucoup. En savoir plus peut s’avérer paralysant pour notre projet, dont l’objectif n’est pas avant tout d’être lu, le plus possible. Mais de réussir à construire un projet collectif, numérique et interdisciplinaire.

    A ce jour
    64 articles
    232 commentaires publiés
    7 pages
    21 catégories
    178 mots-clefs

    Je te donne les informations pour avril, puisque c’est le mois qui t’intéresse plus particulièrement : sur l’ensemble des billets du carnet, il y a eu 438 visites de 15 min à plus d’une heure
    et une moyenne de 2,21 visites/ visiteurs sur le mois (cf mesure de la conversation silencieuse proposée par Marin Dacos).

    • Ah ben non, on ne s’est pas compris. Ce n’est justement pas le mois d’avril qui m’intéresse (tu reliras mon commentaire), mais la totalité de la période, les six mois du 1er janvier au 30 juin.

      Les chiffres paralysent (c’est vrai) si on les laisse prendre une place omniprésente, en s’évaluant par rapport à eux et en se méprenant sur leur signification. Au contraire, ils délivrent le rédacteur en l’aidant à comprendre ce que le lectorat vient chercher, c’est-à-dire à prendre de la distance avec sa perception personnelle, intime, de ses écrits.

      Il ne s’agit nullement (je croyais avoir été clair) d’un concours de performance entre rédacteurs, et plutôt de mettre en avant l’unité du projet…

  3. Bilan semestriel, qui ne fige rien mais prends soin de marquer l’étape. Tout en finesse tu touches juste, tu synthétises sans clôturer et tu introduis a posteriori. Je retrouve ici mon propre vécu des premiers mois de ce carnet, que je n’aurais pas pu mettre mieux en mots. Merci pour ça Mélodie !

    Pour rebondir sur cette discrète (et anodine ?) note de bas de page, je confirme que sans accès aux statistiques de lecture et de visites pour les rédacteurs que nous fûmes, c’est de toute l’appréhension du phénomène fascinant de conversation silencieuse que nous avons été privés. Sans ces traces chiffrées, c’est la présence/existence de la plus grande partie de notre lectorat qui a échappé à notre connaissance. Tout frustrant que fût cet état de fait je n’irai pas jusqu’à le regretter, considérant que le plaisir ressenti à participer à ce carnet collectif y avait une part certaine. Écrire sans lecteur est une expérience assurément vertigineuse, qui a ses mérites (comme j’ai par ailleurs pu l’écrire ici).

    Bien que terriblement curieux des données qui concernent le mois où j’ai tenu la plume, je me refuse à (chercher à) en prendre connaissance : surtout ne pas casser la magie de l’instant, fut-ce uniquement celle de ma mémoire. Néanmoins, je trouverais tout à fait pertinent (et souhaitable) que soient rendues publiques les conversations silencieuses que nous avons suscitées par l’ensemble de nos contributions. Pour le dire plus clairement, serait-il envisageable que tu communiques les principales caractéristiques des visites et lectures des espaces réflexifs sur ces six premiers mois (ordre de grandeurs, évolutions, sources…) ? Quel est le lectorat de notre entreprise collective ? 🙂

  1. 27/07/2012

    […] réflexive est matérialisée (si j’ose dire) par ces Espaces réflexifs qui permettent un croisement interdisciplinaire non seulement intéressant, mais créatif par sa […]

  2. 28/07/2012

    […] @drmlj Ou même, la #conversation, grâce aux échanges, permet pour soi-même de développer la réflexivité (on y […]

  3. 03/09/2012

    […] Marie-Anne de m’avoir invitée, et  Claire du passage des clés. Je me réjouis de participer de cette expérience si enrichissante et d’être présente ici, à la Villa des échos, des reflets, des miroirs, des […]

  4. 10/09/2012

    […] de la transparenciaNouveautés à la Villa : Langue et transparences | Espaces Réflexifs dans Une Villa, un espace de recherche, un lieu de discussion ? – Parenthèse entre juin et juilletClaire Placial dans Perpetuum mobileMarie-Anne Paveau dans Perpetuum mobileLinguistique et […]

  5. 27/10/2012

    […] parecen muy expresivas sobre lo que Espaces Réflexifs representa; se encuentran en el post Une Villa, un espace de recherche, un lieu de discussion ?, un “paréntesis reflexivo” entre junio y […]

  6. 10/10/2017

    […] Mélodie (30 juin 2012) “Une Villa, un espace de recherche, un lieu de discussion ? – Parenthèse entre juin et juillet” Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *