Le carnet réflexif (V). Être lisible plutôt que lu

Voilà que touche à sa fin le mois d’avril, mon temps de parole est écoulé. Mon impression immédiate est de n’avoir fait qu’introduire mes réflexions à ce thème de l’écriture publique, alors même que je n’aurais pas pensé initialement en avoir tant à dire. Écrire (publiquement) sa pensée c’est courir après l’horizon, plus on avance, plus il y en a dire. CQFD.

Pour ce dernier billet de dernière minute, avant de passer la plume à notre ami Yann Calbérac, je m’autorise une expérience à haut risque : l’écriture « from scratch », où je me refuse pour une fois ce filet confortable de la relecture à tête reposée du lendemain, voyez y un défi personnel sur la spontanéité de l’écriture publique. Il y aura certainement un peu de casse, vous serez indulgents (bien que sans complaisance) j’en suis sûr. Attendez-vous à des phrases bancales (résidus de copier-coller), quelques fautes d’orthographes et un style approximatif (relectures fatiguées), et des connecteurs logiques qui risquent de faire défaut (argumentation hasardeuse).

Merci à tous et à toutes pour votre présence invisible et votre conversation silencieuse durant tout ce mois, ce fut un plaisir de mener un temps la barre de ce bateau. Sans trucages ni artifices, ce billet est réellement publié le 30 avril à 23h57 (ouf !).

 

Question d'audience

.

 

« Le silence et la modestie sont qualités très commodes à la conversation. »

— Michel de Montaigne, Essais, éd. Firmin-Didot frères, 1854, chap. 25, livre I, p. 661

 

Mon carnet de recherche en ligne je l’écris d’abord pour moi, je l’écris aussi pour les personnes rencontrées sur le terrain – concernées au premier chef par ma recherche -, et je l’écris également pour mes pairs avec qui je souhaite partager mes réflexions en cours et auprès de qui je souhaite être reconnu, enfin je l’écris pour l’ensemble des personnes susceptibles d’être intéressées par la problématique dans une optique de vulgarisation2. Quand j’écris sur un carnet de recherche collectif comme ici, j’écris de plus pour un groupe de lecteurs privilégiés, avec qui j’ai le projet de construire à plusieurs voix une réflexion sur un thème unique et choisi.

Pour reprendre les mots de Claire Placial, je me place donc comme auteur dans une situation de multi-énonciation, et je considère le carnet comme le support d’une multi-réception. Chacun, quelque soit le public qu’il représente, a la possibilité de venir y lire ici ce qui l’intéresse, si bien que je ne maîtrise vraiment ni qui est mon public ni quels sont les lieux de diffusion de mes billets3, ce qui n’est ici pas sans lien avec le (beau) travail de promotion des billets de la plateforme effectué par l’équipe Hypothèses, de même que l’indexation au sein de la base de donnée Isidore4.

Tout cela pour dire que les carnets de recherche en ligne ont une audience propre et partagée, mouvante et autonome. L’audience n’est cependant pas le lectorat. L’audience, c’est à dire l’exposition médiatique, peut être qualitativement identifiée au vu des relais dont a bénéficié tel billet ou tel carnet, et quantitativement évaluée à l’aide d’outils de mesures de statistiques de visites. L’entreprise est beaucoup plus délicate concernant les lecteurs. Peut-on réduire le lecteur a l’association d’une adresse IP, d’un horodatage, des caractéristiques techniques de navigation et d’une durée passée sur telle URL. Rien n’est moins sûr, a fortiori du point de vue de l’auteur, même si ce n’est vraisemblablement pas indépendant. Qu’est ce qu’un lecteur pour l’auteur du carnet ?

Il y a présence d’un lecteur quand émerge de l’audience, vue alors comme un ensemble de lectures potentiellement effective, une individualité porteuse d’un point de vue particulier sur ce qui a été écrit. Au vu des statistiques de visites du carnet, l’auteur se doute que le billet est – dans une certaine mesure du moins – lu par des tiers. Mais quelle importance y apporter si ce lecteur n’est pas identifié, et si aucune discussion ne peut être entamée ? S’il y a plusieurs manières pour le lecteur de se manifester à l’auteur, par exemple en contribuant à faire circuler le billet, le commentaire sous le corps du billet en est la forme idéale en ce qu’il est justement, comme l’expose très bien Julie Henry, la manière la plus favorable d’ouvrir le dialogue.

À l’usage, on (je ?) s’aperçoit que les billets appréciés – ceux davantage échangés sur les réseaux sociaux et comptabilisant plus visites sur une durée plus longue que la moyenne – ne pas sont ceux qui sont les plus commentés. Cela vaut d’ailleurs aussi concernant les billets ayant un faible impact, dont on ne sait d’ailleurs jamais si la cause en est l’objet même billet ou la qualité de son contenu. En tout cas il est difficile d’établir de liens clairs entre succès d’un billet et nombre de commentaires. En fait, il semblerait que cela se joue sur un autre plan, que les billets recevant le plus de commentaires soient ceux qui très subjectivement interrogent, suscitent une réflexion chez le lecteur, qui souhaite alors apporter son témoignage, proposer une autre explication, ou simplement demander une précision. Force en définitive est de constater qu’aussi frustrant que cela puisse être, les commentaires sur les blogs sont rares au vu du nombre de billets que l’on produit, qu’on en maîtrise pas les facteurs qui les favorisent, et que nous n’avons finalement que des indices et des traces de ces lecteurs : ils sont au demeurant aussi invisibles que silencieux.

Ici prends toute son importance la notion de conversation silencieuse proposée par Marin Dacos, car souligne une tendance forte des lecteurs de blogs à rester discrets, à ne pas s’exprimer, à préférer observer sans influer, à prendre sans donner. D’évidence, lecteurs et auteur d’un blog n’ont pas signé le même contrat5. La lecture d’un carnet de recherche, d’un article académique ou d’un ouvrage n’est pas fondamentalement différente pour le lecteur, il se nourrit de ce qui est publié pour construire son propre argument, qu’il publiera lui-même à son tour un jour en s’engageant à citer ses lectures importantes comme sources. Le lecteur est spectateur de recherches et d’analyses closes et abouties parce que rendues publiques. L’auteur du carnet en s’exposant aux commentaires propose de son coté de renouveler l’approche de la lecture scientifique en invitant le lecteur à devenir acteur de ses propres lectures. Deux mondes distincts, qui s’articulent certes autour des mêmes textes, mais constitués d’usages, de normes, de dynamiques et stratégies divergentes.

Ainsi, en prenant du recul, il semblerait sage pour l’auteur de ne pas attendre des lecteurs qu’ils se manifestent par la rédaction de commentaires. L’interactivité d’un outil tel que le carnet de recherche est dans une certaine mesure une illusion, le principe du commentaire en tout cas me semble une promesse trompeuse. Non pas qu’on ait jamais vu de lecteurs avisés proposer des commentaires constructifs, on (re)lira le texte d’Antoine Blanchard pour en avoir des exemples croustillants, mais cela peut-il être raisonnablement considéré autrement qu’un bonus, par ailleurs aussi bienvenu qu’inattendu ?

L’ important dans l’interactivité que supposent les commentaires est, avant qu’en soit exploitée la possibilité, simplement que soit offerte cette possibilité. Prendre le risque de s’exposer – soi et sa recherche en cours – aux commentaires potentiels de lecteurs est générateur de rigueur et fixe un objectif de performance minimale. Du point de vue de l’auteur, dans l’immédiateté du travail d’écriture, l’interactivité potentielle est au carnet de recherche en ligne ce que l’évaluation en double aveugle est à la publication académique. Dans les deux cas, l’exigence scientifique naît de la soumission d’un texte à des lecteurs inconnus, inatteignables, qui n’auront jamais à rendre de comptes sur les modalités dont ils ont jugé de ce travail.

Pour reprendre alors les mots de Montaigne, pour une conversation commode sur les carnet de recherche il semble judicieux d’associer au silence des lecteurs la modestie des auteurs. Les lecteurs étant majoritairement invisibles, la conversation étant le plus souvent silencieuse, il est vain je pense de chercher à être lu, et bien plus fructueux de se contenter de chercher à pouvoir être lu. Une écriture publique sans lecteurs donc, mais non sans audience.

 

Crédit photo : « Crowds fill the street during the New York Dressmakers Strike of 1933. » par Inconnu, 1933 (CC-by)

  1. source : Wikiquote []
  2. au sens de « diffusion pédagogique des connaissances qui cherche à mettre le savoir (et éventuellement ses limites et ses incertitudes) à portée de tous et chacun. » Source : Wikipédia []
  3. Les billets ont dans leur diffusion médiatique une vie propre, n’avez pas remarqué ? []
  4. Détail qui par ailleurs n’est – donc – absolument pas secondaire pour moi dans ma pratique du carnet []
  5. Après tout, le pacte autoblographique n’engage-t-il pas seulement l’auteur du blog avec lui-même ? []

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Morgane Govoreanu dit :

    Merci pour cet essai d’écriture publique spontanée. Cela me fait beaucoup réfléchir sur mes propres pratiques d’écriture et interroge les moyens, procédés et outils que j’envisage pour répondre à mes propres envies de passer à l’écriture publique.
    Pour le moment, je m’en tiens à la séance de lundi prochain du séminaire ACT intitulée « Les médias sociaux pendant et après la thèse : entre nouvelles opportunités et risques de prolétarisation », où nous reviendrons sur les enjeux des pratiques numériques pour le doctora(n)t. Si tu es sur Paris, je serais ravie de te voir à cette occasion.

  1. 27/08/2012

    […] Le carnet réflexif (V). Être lisible plutôt que lu Les miroirs feraient… Mélodie Faury février.2012Indéterminée […]

  2. 03/06/2013

    […] « lisible », mot que j’emprunte à Jonathan Chibois (extrait du titre de son billet « Être lisible plûtot que lu » ): en effet, je vais chercher à pouvoir être lue, comme il nous le […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *