Le carnet réflexif (I). Montrer la science en train de se faire

« Gears and Wheels »

Écrire pour soi, écrire pour les autres

L’ensemble des écrits constitués dans le cadre d’une recherche scientifique pourraient, comme Anne Vérin le suggère1, être organisés en deux catégories. D’un coté on trouverait les écrits dits alternativement « d’investigations« , « instrumentaux« , ou « de travail« , qui « accompagnent l’activité de [celui] qui cherche à apprendre : ils sont élaborés pour l’usage de l’auteur lui-même avant tout. Ils obéissent à une logique de la découverte », c’est-à-dire destinés à faire avancer chez le chercheur l’analyse et la compréhension des faits observés. D’un autre coté, on aurait, occupant une place à part, les écrits dits expositifs qui « sont une reconstruction à partir des écrits précédents [instrumentaux] mais obéissent à une logique différente. Il s’agit de bâtir un discours explicatif cohérent, où tous les éléments du raisonnement sont explicités, et qui soit convaincant pour un destinataire », c’est-à-dire ayant vocation à mettre en forme des connaissances établies dans une visée de communication.

Si, pour l’auteur, ce qui différencie ces deux formes d’écrits est essentiellement didactique, linguistique et voire épistémologique2, il me semble intéressant de noter que cette opposition s’articule aussi (surtout ?) autour de ce qui doit et ce qui ne doit pas être rendu public. Les hypothèses, les notes de lectures, les réflexions en cours sont contenus dans la sphère des écrits privés, en tant éléments constitutifs d’une recherche en cours, alors que les conclusions sous proposées au public, sous différentes formes, en tant que résultat d’une recherche. Voilà qui m’interroge (on l’aura deviné) sur le statut du carnet de recherche en ligne.

Montrer la science en train de se faire

« Fonction des écrits dans une pédagogie constructiviste », Anne Vérin, 1988

D’évidence, le carnet de recherche est fondamentalement les deux :  à la fois écrit d’investigation et écrit expositif. Peut-être ne recouvre-t-il pas les deux catégories entièrement, mais assurément il participe des deux logiques en même temps qu’il en est le fruit, il est un peu des deux, voire entre les deux. En tant que recueil d’écrits privés rendus publics, le carnet est autant le lieu de la recherche en train de se faire que le lieu de l’explicitation, autant destiné à comprendre qu’à faire comprendre. De fait, on peut dire en reprenant les termes d’A. Vérin, que le carnet invite à formuler sa pensée au fur et à mesure des mises en texte successives, c’est-à-dire à produire des écrits publics simultanément aux écrits privés, et en ce sens procède d’une manière originale (nouvelle ?) de faire de la recherche.

Mieux encore, le carnet peut-être considéré comme un écrit qui justement expose cette investigation, où pour le dire avec les mots de Bruno Latour, qui donne à voir la « science en train de se faire »3. Le carnet de recherche, en brouillant les frontières et en mélangeant les genres, ouvre les boites noires que sont les écrits d’investigation, montre une « science incertaine et vivante »4 sous la forme d’un « récit moins lisse, où l’activité scientifique résulte d’un processus de construction aussi bien social que technique, où les scientifiques sont plongés dans des controverses, où ils fonctionnent en collectif et doivent composer avec des instruments et des objets techniques »5.

Comme le pointe Antoine Blanchard dans Comment montrer la « science en train de se faire » ?, il est dans les faits difficile de suivre au plus près et au jour le jour l’activité scientifique en cours, comme le ferait un ethnographe des sciences. Tenir un carnet de recherche en ligne peut être une occasion de résoudre en partie ce dilemme, ne faisant pas de cette opération de connaissance l’initiative d’un tiers extérieur qui tenterait de pénétrer dans les quatre murs d’un laboratoire, mais plutôt celle de l’acteur de la recherche lui-même. Cette idée n’est pas nouvelle, déjà évoquée en 2008 par A. Blanchard, elle n’a (à ma connaissance) pourtant pas fait d’émules. Difficile pénétration de l’exigence réflexive au sein de la communauté scientifique, ou manque de demande sociale ?

L’ethnographie comme processus

Du point de vue de l’ethnographie, les exigences scientifiques actuelles imposent d’expliciter non seulement les données à disposition, mais aussi le cheminement intellectuel qui a conduit aux résultats présentés. Or, écrire publiquement par l’intermédiaire du carnet de recherche en ligne, c’est d’une certaine manière insister sur le caractère « in progress » de la recherche, c’est affirmer que – en anthropologie en tout cas – le processus (l’observation participante) et le produit (le texte ethnographique) sont deux dimensions intimement inter-reliées. Cette idée est exprimée ici par Christian Ghasarian :

Il est présomptueux et naïf d’opérer une séparation empirique entre l’observation et la représentation, car la recherche et l’écriture sont clairement des pratiques discursives politiques. C’est pourquoi il importe de prendre conscience que les modèles d’analyse structurent la vision. Si les ethnographies sont les fondations de la théorie anthropologique, elles sont aussi, avec le processus ethnographique d’où elles dérivent, façonnées par la théorie. L’ethnographie comme processus, suggère la prise en compte de la connexion entre les activités qui ont lieu pendant (et avant) la recherche et les principes et procédures employés pour en rendre compte. (…) Le discours de savoir sur un objet met en jeu les questions de pouvoir et de contrôle. (…) Pour toutes ces raisons, il est nécessaire d’amenuiser les distinctions entre le terrain, l’analyse et l’écrit ethnographique.6

Le carnet de recherche en ligne pourrait alors incarner la conscience de ces enjeux, en amenuisant les distinctions entre le terrain, l’analyse et l’écrit ethnographique pour ne faire qu’une de ces trois étapes usuellement distinctes.

 

Crédit illustrations : « Gears and Wheels » de Pietro Izzo (CC-by-nc-sa), 2007 ; « Figure 2 : Fonction des écrits dans une pédagogie constructiviste » in Anne Vérin, « Les élèves et l’écriture en science », ASTER n°6, 1988 (p.21)

  1. Anne Vérin, « Les élèves et l’écriture en science », ASTER, n°6, 1988 (p.20-21). []
  2. Anne Vérin et Pierre Fillon, « Écrire pour comprendre les sciences », ASTER, n°33, 2001, p. 12. []
  3. Bruno Latour, La Science en action, 1989 []
  4. ibid. []
  5. Franck Aggeri et Armand Hatchuel, « Ordres socio-économiques et polarisation de la recherche dans l’agriculture : pour une critique des rapports science/société », Sociologie du travail, vol. 45, pp. 113-133. Cité par Antoine Blanchard, in Comment montrer la « science en train de se faire » ? []
  6. Christian Ghasarian, « Sur les chemin de l’ethnographie réflexive », 2004, p.14-15 []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 17/04/2012

    […] Le carnet réflexif (I). Montrer la science en train de se faire […]

  2. 02/05/2012

    […] Le carnet réflexif (I). Montrer la science en train de se faire […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *