Le carnet réflexif (III). Une forme nouvelle de récit ethnographique ?

Bronislaw Malinowski with natives on Trobriand Islands in 1918.

La contestation, par les membres des sociétés ou des groupes étudiés, de l’entreprise de réification qu’ils affirmaient conduite à leurs dépens a parfois pris des formes paroxystiques, s’agissant de populations autochtones notamment, mais la remise en cause est plus diffuse, y compris sur des terrains proches, et chaque chercheur pourrait probablement établir une liste des lieux dont on lui a rendu l’accès difficile ou parfois même impossible. Toutefois, là où beaucoup tendent à voir un obstacle à la connaissance et même à se plaindre de conditions de plus en plus difficiles faites à l’ethnographie, nous considérons au contraire qu’il est utile et souhaitable que ces incertitudes théoriques et ces difficultés empiriques existent : utile, car les problèmes rencontrés énoncent une vérité permettant d’approfondir la compréhension des individus, des groupes ou des sociétés ; souhaitable, car ils ne font que traduire une forme d’attente démocratique de leur part et d’exigence scientifique des chercheurs. Les sciences sociales ont donc tout à y gagner.

— Didier Fassin, 2008, p. 9-101

Quand Didier Fassin écrit que les problèmes d’accès au terrain rencontrés énoncent une vérité, il ne nous invite pas à nous résigner face à une demande sociale exprimée mais à faire de cette situation particulière un objet d’analyse. Objectiver des situations d’interactions pour en démêler les enjeux politiques spécifiques qui les traversent, voilà la tâche que se donne l’ethnographe quand il a conscience de ce qui se joue sur le terrain autour de sa présence. L’attente démocratique provient de la contractualité qui est au cœur de la démarche ethnographique, comme un accord informel où chacune des deux parties prends un certain nombre d’engagements en vue d’une entreprise de collaboration. Ce pacte n’empêchant pas une relation fondamentalement déséquilibrée, les revendications de l’altérité étudiée apparaissent comme le pendant au sentiment du chercheur rentrant chez lui de posséder une dette envers ses informateurs. L’exigence scientifique s’appuie sur celle de l’éthique, non pas dans le sens où l’adhésion des informateurs concernant les connaissances produites doit être systématiquement recherchée, mais parce que la relation ethnographique ne s’arrête pas à l’issue du terrain. Ou pour le dire avec les mots de Christian Ghasarian :

Le travail de terrain comprends beaucoup plus que le temps passé sur le terrain. Au retour chez soi, derrière son bureau, on continue à interagir laborieusement avec les personnes étudiées à travers le souvenir et la reconstruction imaginaire.2

La voix de l’altérité ne peut pas être une question secondaire dans le récit ethnographique, parce que cette altérité est précisément ce que cet exercice s’évertue à rendre compte. Le texte anthropologique est non seulement confronté mais traversé par une parole autre3. S’il s’agit d’explorer de nouveaux modes d’écriture, plus respectueux des relations construites avec les personnes et les cultures étudiées, pour accroître la crédibilité épistémologique des travaux ethnographiques, alors il semble que le carnet de recherche en ligne, en tant que support de communication, ne soit pas à ignorer.

S'approprier la recherche en cours

Écrire a posteriori sur son expérience de terrain, c’est prolonger la relation ethnographique. Le faire publiquement, c’est offrir la possibilité aux personnes étudiées de s’approprier la recherche en cours. En ouvrant une fenêtre sur un processus en cours, le blog de recherche joue en faveur d’un accès élargi à la connaissance scientifique nouvellement produite, en offrant la possibilité de faire alors quelques pas vers une situation d’échange davantage équilibrée. Par une stratégie de contournement du monopole des revues et des bibliothèques spécialisées, ce sont les distances géographiques et sociales usuellement en vigueur dans le récit ethnographique, au sein de la relation auteur/lecteur et chercheur/sujet, qui s’amenuisent, au bénéfice de ceux qui occupent traditionnellement le rôle de spectateurs. Aussi, mettre à disposition des textes à caractère scientifique qui soient intellectuellement saisissables aux non-initiés participe d’une autre forme d’accessibilité tout aussi appréciable. Le style littéraire qui participe à établir la scientificité de l’écrit du chercheur est aussi celui qui exclu le néophyte, qui confisque l’accès au contenu par un jeu sur la forme. Ainsi, si l’entreprise de vulgarisation est nécessaire, elle ne doit pas tant avoir comme objectif la simplification (réductrice) du propos que l’exercice de décloisonnement discursif : écrire des billets courts, préférer l’humilité stylistique, favoriser la navigation transversale dans le contenu (mots-clés et liens hypertextes)…

Plus important (peut-être) encore, écrire publiquement sur son expérience de terrain c’est se confronter à la demande sociale entourant l’objet de son étude. Avant même toutes manifestations extérieures d’approbation, de désaccords, sur ces écrits publics, le carnet permet au chercheur, par un grand saut dans l’inconnu, de prendre conscience puis de verbaliser un ensemble d’enjeux qui entourent sa recherche. Comment écrire ceci sans me mettre en porte à faux avec mes interlocuteurs ? Que cela va-t-il engendrer si je publie telle information maintenant ? Qu’est-ce qui me contraint à publier ceci sous cette forme plutôt qu’une autre, voire à en abandonner temporairement la publication ? La demande sociale est double, le chercheur compose aussi bien avec les exigences de la société ou du groupe dont « il se fait la voix », qu’avec celle de la société ou du groupe où il retransmet son message. En choisissant la confrontation avec ses contradicteurs (informateurs ou collègues), l’ethnographe prend certes le risque d’être affaibli en s’exposant à la critique, mais gagne la légitimité de celui qui construit un savoir en pleine connaissance des enjeux politiques qui l’entoure. Ainsi, le fait de rendre publique une recherche dont le point final n’est pas mis est dans une telle démarche crucial.

Si ce qui caractérise le travail de l’ethnographe est avant tout son travail de terrain, ce qui le constitue est bien le texte4. On peut alors reconnaître au carnet de recherche en ligne un certain nombre de vertus qui pourraient nous conduire dans une voie proche à celle préconisée par Mikael Bahktine. Rétablir un dialogue au sein du processus d’écriture, confronter l’auteur à la demande sociale de sa recherche, voilà deux enjeux pour lesquels ce support particulier, au nom de ses spécificités littéraires et éditoriales, aurait des atouts à faire valoir.

 

Crédit photo : « Bronislaw Malinowski with natives on Trobriand Islands » 1918 (domaine public) ; « Laos_DSC3827.jpg » de Rusty Stewart, 2007 (CC-nc-nd). Hmong children enjoy a rare opportunity to examine a book brought as a gift to their village by western visitors…

  1. in 2008, Fassin & Bensa (dir.), Les politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques, Paris : La Découverte. []
  2. in Ghasarian (dir.), 2004, « De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Nouveaux terrains, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux », Collection U, Paris : Armand Collin, p. 16 []
  3. selon les mots de François Laplantine. Ibid., 2004, p. 151 []
  4. Ghasarian, ibid., p. 17 []

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. François Reyssat dit :

    Merci pour votre explication, qui dissipe mes doutes sur la démarche. J’avais envisagé le blog de recherche comme tenu pendant le terrain, ce qui me paraissait difficile à mettre en oeuvre sans délaisser le carnet de terrain (sans compter les problèmes liés au fait de rendre publiques des analyses tout en continuant à recueillir des données).
    La démarche, telle que vous la précisez, est tout à fait intéressante (bien qu’elle demande sans doute à être d’autant plus travaillée qu’elle est assez jeune), et je réitère mes premiers propos. J’ai jugé plus utile de développer mes critiques, cela n’enlève rien aux apports de ce billet.

  2. François Reyssat dit :

    Bonjour,
    billet d’un grand intérêt me semble-t-il pour tout ce qui concerne la question de l’éthique et de la démocratie dans la recherche ethnographique. Mais je trouve que la question du blog de recherche mérite quelques commentaires.
    Les arguments avancés sont cohérents, et ce n’est pas sur leur validité que je voudrais revenir, mais plutôt sur ce qui n’est pas dit. à savoir: un blog de recherche peut-il remplacer un carnet de terrain au sens traditionnel du terme? C’est ce qui a l’air d’être sous-entendu ici si je n’ai pas mal compris. Et cela me semble problématique, car on oublie le rôle essentiel du carnet de terrain.
    Ce carnet n’est pas en premier lieu un outil de mémoire, ni un témoignage. C’est d’abord un espace protégé pour le chercheur, justement loin des regards, où il peut dire ce qu’il veut sans avoir à craindre de dévoiler des informations, ou d’être attaqué sur ce qu’il dit. Et c’est à mon sens son intérêt principal: on peut tout y dire, noter ce qu’on ne pourra pas dire en public justement, mais qu’on doit dire quelque part pour pouvoir objectiver sa position. C’est seulement au moment de l’écriture publique, dans un second temps, que l’on va sélectionner ce qui peut être dit, et ce qui ne le peut pas, ce qui doit être dit, et ce qui ne le doit pas.
    Aussi, il me semble que remplacer le carnet de terrain par un blog de recherche empêche le chercheur d’aller au bout de son auto-analyse: l’auto-censure l’empêche d’analyser les situations les plus problématiques sur le plan éthique.

    Il ne s’agit là que de quelques réflexions que j’aimerais pousser plus loin, mais le format du commentaire de s’y prête pas. Je ne détaille donc pas, je voulais simplement pointer un élément qui me parait poser problème dans le passage du carnet de terrain au blog de recherche. Je ne crois pas que l’un et l’autre soient interchangeables (ce qui n’enlève rien à l’intérêt du blog de recherche évidemment)

    • Merci pour ce commentaire, d’autant plus constructif que vous touchez juste sur (au moins) un point. Merci aussi pour souligner ce sur quoi je suis passé un peu vite, et qui nécessite (il est vrai) des éclaircissements.

      D’abord, c’est bien l’écriture publique *a posteriori* de l’expérience ethnographique dont je questionne ici les apports (début du 3ème §). Le blog de recherche est dans cette idée un écrit qui succède chronologiquement à celui du carnet de terrain, ce dernier étant intime au chercheur oui et en aucun cas destiné à être publié (tout à fait d’accord avec vous sur cette nécessité).

      Vous avez néanmoins raison d’insister sur ce point, car (encore une fois) l’expérience ethnographique ne s’arrête pas à l’issue du terrain proprement dit. L’étape post-immersion bien que fondamentalement différente de l’étape immersive requiert tout autant son carnet intime (deuxième carnet de terrain que j’appelle moi mon carnet de bureau). Or, le blog de recherche ne doit pas non plus être le carnet du terrain post-ethnographique. Bien que fragmentaire, le blog de recherche n’est pas à considérer comme lui-même élément du corpus des matériaux de l’enquête, comme le serait les carnets de terrain et post-terrain), mais déjà le résultat un processus d’analyse avancé (même si toujours en cours).

      À ce titre, le blog de recherche en tant que forme de récit ethnographique est un échelon intermédiaire entre l’écrit privé transitoire (d’investigation) et l’écrit publique définitif (expositif). C’est un espace hautement contrôlé par le chercheur, où il donne publiquement forme à sa pensée, c’est-à-dire dont la forme et le fond du contenu est soigneusement pesé (tout le contraire d’un carnet intime).

      Le blog de recherche n’est alors qu’une forme de récit ethnographique parmi d’autres, supplémentaire donc qui n’en remplace aucune autre, qui est bien moins une fin qu’un moyen (en cela seulement il se rapproche du carnet de terrain).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *