La responsabilité littéraire des ethnographes

« Untitled »

En anthropologie, il semblerait que littérature et science ne fasse qu’un. L’ethnographe est de plus en plus reconnu comme un auteur qui, en élaborant un discours sur autrui, s’attache à reconstituer des phénomènes sociaux. Par une mise en mots, en phrases et paragraphes, c’est dans un processus créatif qu’il va développer et inhiber (toujours pour étayer son propos, mais pas nécessairement consciemment) certaines dimensions et compréhensions propres à la réalité observée sur le terrain. Même, on pourrait aller jusqu’à dire comme Ghasarian1 que la façon dont présente les choses (la forme) est aussi importante que ce que l’on présente (le fond). Au delà de la structuration de texte, il y a effectivement une poétique propre à chaque ethnographe dont il use pour faire passer son message. Maurice Godelier par exemple reconnaît volontiers chercher dans ses textes scientifiques à susciter l’émotion chez le lecteur :

 […] J’ai écrit dans une langue française que j’ai voulue limpide et parfois poétique pour susciter chez les lecteurs une émotion qui les rapproche, pas seulement par la pensée, des Baruya. J’ai essayé de faire que, par le choix de mes mots, de mes phrases, on voit les femmes humiliées, les hommes dominants, les jeunes garçons au moment où on leur perce le nez, etc. Dans la poésie, on suscite des émotions et l’émotion est un moyen de communication.2

Arrêtons-nous un instant sur un genre littéraire bien connu chez les anthropologues : la monographie. Exercice fondateur de l’anthropologie, cette dernière est constituée d’un certain nombre de mécanismes discursifs, permettant à l’auteur-ethnographe de produire une description objective. En s’effaçant, puis en décontexualisant son récit, au nom d’un « réalisme ethnographique », il s’emploie à faire apparaître pleinement la cohérence fonctionnelle des institutions sociales ou leurs logiques structurelles, aux dépends des logiques d’acteurs, et en particulier la sienne. Parmi les conventions narratives du genre monographique, citons3 :

la construction d’un texte homogène qui traduit l’idée d’une réalité objective existant en dehors de l’ethnographe ; l’emploi du « nous » scientifique qui dissimule la personne derrière l’ethnographe en un narrateur omnipotent qui voit et sait tout (y compris ce qui se passe dans la tête des gens étudiés) ; le discours monologique marqué par le fameux « discours indirect », par lequel « on fait parler » l’autre ; l’emploi du présent qui donne un sentiment de « fiction » ; l’usage de citations pour légitimer son propre texte.

Clairement donc, le genre monographique servait une cause, celle d’un idéal scientifique d’une époque révolue, qui ne correspond plus aux standards et exigences de recherche actuellement en vigueur. Voilà qui achève de nous convaincre (mais était-ce nécessaire ?) d’une prise de conscience de la responsabilité littéraire des ethnographes, qui explique l’évolution des usages d’écriture ces trente dernières années. Les travaux de Mikael Bahktine4 notamment vont en ce sens, encourageant vivement la réflexivité autour du terrain et du produit textuel. Elle propose autour d’une anthropologie dite dialogique qui recommande de réhabiliter la voix de l’altérité dans un genre littéraire plus propice à une co-construction du savoir et à la polyphonie.

 

Crédit photo : « Untitled » de .cheryl mh., 2007 (CC-by-nc)

  1. in Ghasarian (dir.), 2004, « De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Nouveaux terrains, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux », Collection U, Paris : Armand Collin, p. 18 []
  2. ibid., p.200. Cité en partie par Stéphanie Messal le 11 janvier déjà. []
  3. Atkinson, 1992, cité par Ghasarian, ibid., p.18 []
  4. 1981, The Dialogic Imagination : Four Essays, in Michael Holquist (ed.). []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25/04/2012

    […] La responsabilité littéraire des ethnographes Réfle(x)tionsFleur Beauvieux dans [Lecture] – Les non-dits de l’anthropologieFleur Beauvieux dans [Lecture] – Les non-dits de l’anthropologieClaire Placial dans Écrire (publiquement) pour penserJonathan Chibois dans Écrire (publiquement) pour penserJonathan Chibois dans Écrire (publiquement) pour penserClaire Placial dans Écrire (publiquement) pour penserCarnetiers […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *