[Édito d’avril] De quoi le carnet est-il le miroir ?

Voilà trois mois que ce carnet de recherche nous emmène dans une spirale réflexive, déroutante mais stimulante, faites de métaphores, de confrontations et de lectures. Que soient ici remerciées nos trois agitatrices de neurones pour la dynamique insufflée et le chemin déjà parcouru, et plus personnellement pour m’avoir invité à apporter ma contribution à cet étrange édifice collectif.

« il mio punto di vista »

C’est donc avec plaisir que j’ouvre le quatrième chapitre de ce carnet. Je vous propose pour ce mois d’avril, d’explorer l’objet réflexif qu’est – justement – le carnet de recherche en ligne (scholarly blog). Parmi les différents objets qui méritaient d’être choisis, l’écriture a eu mes faveurs, condicio sine qua non de la recherche. Elle l’initie, elle la façonne, elle la traduit, et peut-être plus encore en tant qu’expérience d’écriture publique sur/autour/à l’occasion d’une recherche en cours. Soumettre à l’analyse réflexive une pratique de carnets de recherche, afin de montrer la valeur réflexive des carnets, au sein d’un espace de …  réflexivité qui n’est rien d’autre qu’un… carnet, revêtait un caractère quelque peu alambiqué qui n’était pas pour me déplaire.

Je vous propose comme point de départ deux billets parus ici même en février, écrits respectivement des mains de Baudouin Jurdant puis de Frédérique Giraud et Mélodie Faury. Il faut dire que les écrits sur les carnets de recherche en ligne ne sont pas légion, le blogging peinant à s’installer comme activité d’écriture légitime dans la communauté scientifique, ce qui n’empêche pas que l’on trouve des analyses plutôt réussies (ici ou ), des témoignages (ici ou ici) ou plaidoyers (ici), qui ont le mérite de poser quelques jalons. En particulier, je retiens cet article où, en confrontant le blog à la rose des vents de la recherche scientifique de Larédo et Callon, Antoine Blanchard initie pour cet objet nouveau cinq pistes de réflexions, comme l’esquisse d’un programme de recherche auquel s’atteler. Bien que la perspective réflexive pourrait probablement justifier que l’on investisse chacune des cinq branches de la rose, ma propre expérience m’amène à me concentrer sur la première1, c’est-à-dire celle consacrée à la production de connaissances certifiées et aux instruments.

Source : "Ce que le blog apporte à la recherche" (CC-BY), 2010.

C’est que mon projet est bien d’explorer ce que le carnet de thèse2apporte à la recherche dans l’immédiateté du travail d’écriture. Loin de nier la dimension fondamentalement interactive/participative/communicative du carnet de recherche en ligne, il s’agirait ici plutôt d’une invitation à s’intéresser à d’autres spécificités de ce support d’écriture. En insistant sur le caractère « in progress » de la recherche, je laisserai également de coté les potentialités offertes par une analyse a posteriori, dans une forme d’« archéologie réflexive » qui se donnerait comme objectif de retracer sur la base du carnet – de sa genèse à son aboutissement – le cheminement de pensée d’un travail de recherche3, ce qui me concernant – en tant que doctorant – est de toute façon prématuré.

De quoi donc le carnet est-il le miroir ? Je livre ici ce qui me servira de boussole dans l’exploration de cette question, ce qui sera au moins utile pour éclairer et contextualiser ma position de locuteur :

La démarche réflexive s’efforce de prendre en compte le fait que le discours ordinaire ne peut fournir qu’une version politisée et idéologique du réel, c’est-à-dire une version qui supprime la conscience de sa propre partialité. (…) En pratique, la réflexivité est devenue la reconnaissance par les anthropologues du fait que leurs écrits doivent prendre en compte les forces épistémologiques et politiques qui les conditionnent.4

 

Crédit photo : « il mio punto di vista », de Fabrizio Sciami, 2006 (CC-by-nc-sa).

  1. Il sera toujours d’aborder l’une ou l’autre des quatre restantes, si un peu de temps nous reste. []
  2. Le carnet de thèse étant une des variétés de l’espèce plus large des carnets de recherche, le plus souvent ce qui sera dit ici sur l’un sera aussi valable pour l’autre. []
  3. Je reconnais sur ce point être sceptique, non pas de l’intérêt de la démarche mais plutôt sur la qualité des données futures à disposition. Je fais référence ici à un embryon de débat ayant eu lieu dans les commentaires de ce – encore et toujours – même billet. []
  4. in Ghasarian, 2004, « De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Nouveaux terrains, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux », Collection U, Paris : Armand Collin, p. 238 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/04/2012

    […] >> pour savoir plus précisément de quoi il en retourne : [Édito d'avril] De quoi le carnet est-il le miroir ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *