[Face-à-face] – De l’art des mathématiques

Hier, mon ami « Poulet »1 est venu manger à la maison. J’avais prévu la raclette et lui la galette accompagnée d’un vin rosé pétillant, idéal pour le dessert ! Je l’avais prévenu quelques jours plus tôt que je souhaitais avoir son point de vue sur la réflexivité concernant sa recherche. Il était assez sceptique sur le sujet et n’arrivait pas vraiment à cerner l’enjeu de cet échange ou plus simplement à trouver la place de la réflexivité dans son travail. De ce fait, j’ai préféré réaliser un entretien plutôt informel, une discussion entre amis car avant d’être devenus tous les deux des doctorants, voilà presque cinq ans que nous évoluons dans la sphère de l’amitié. « Qu’existe-t-il de plus subjectif dans les relations que l’amitié ? » me disait encore mon directeur de thèse la semaine passée.

Est-ce que notre échange en a été plus riche ? Je suis très mal placée pour le dire. Plus libre peut-être bien… Quoique, au début, le fait d’avoir placer l’iPhone au milieu de la table, entre les verres et les restes, pour enregistrer notre conversation sema le trouble. « Ah mais tu enregistres ? » « Oui ! » Du coup, beaucoup de rires (nerveux au départ), une certaine gêne parfois parce qu’avec Poulet, nous avons un discours qui peut être très « fleuri » et que lui n’est pas en reste de blagues des plus hasardeuses avec des jeux de mots… laids ! Alors, il y avait comme une certaine retenue : un respect de mon travail à propos de la réflexivité en quelque sorte. Mais rapidement, notre amitié a pris le pas sur l’échange entre doctorants et la conversation de scientifiques a bien souvent cédé la place aux délires amicaux avec une phrase régulière : « Bon, on coupera ça au montage ! » (éclats de rires).

Présentation de notre ami « Poulet »

« Poulet » m’a fait suivre quelques pages de son travail de recherche. Parmi les quelques pages rédigées sous Latex,2 j’ai relevé ce passage (encadré en couleur) qui me semblait très intéressant.

Au milieu de ce long raisonnement3, apparaît soudainement cette phrase entre parenthèses. Et là, je me suis interrogée. A-t-il voulu signifier clairement son erreur pour son futur lecteur ? ou a-t-il seulement écrit cette phrase dans le déroulement de son écriture, uniquement comme « memento » ou « rappel » qui disparaitra ensuite, au moment du rendu final de sa thèse ? Dans tous les cas, il y a là une attitude de remise en question ou d’acceptation de son erreur très claire. Une façon de mieux s’en souvenir pour ne pas la répéter ? Après avoir posé mes hypothèses, à lui de me (nous) donner la solution par démonstration… en commentaire peut-être !

Voici cinq extraits issus de cette longue conversation autour des mathématiques, de la réflexivité, de l’écriture, de l’art, de la thèse, des émotions, etc.

De la narration à la contemplation

Obtention du résultat

Vase clos

Les mathématiques comme un jeu

La méthodologie du feignant

Vous noterez qu’il y a quelques fois mécompréhension : le problème d’un vocabulaire employé de façon différente selon les matières dans la recherche. Cette incompréhension amène à devoir adapter son discours et à rentrer dans le dialogue de l’amitié, dans une approche plus « bon enfant » et beaucoup moins scientifique : le dialogue du quotidien duquel découle malgré tout, quelques échanges bien à propos.

Je pense que ces questions n’en resteront pas là et que nous continuerons tous les deux à en discuter régulièrement. Une belle façon de nourrir sa science, de l’enrichir en écoutant la science de l’autre. Sans oublier le quotidien si banal au premier coup d’oeil et pourtant riche pour celui qui sait capter l’inattendu dans son évidence. Comme au milieu des miettes de la galette. Ce sont bien plus que des miettes : c’est de l’amitié.

Et qui a eu la fève alors ? Réponse d’une anthropologue et d’un mathématicien.
Où est la fève ? 

  1. Ce pseudonyme est parfaitement approprié car étant son véritable surnom dont je tairai ici les origines. []
  2. Il a eu une formation pour utiliser ce logiciel. Mais il m’expliquera aussi qu’il en a fait sa propre découverte avant cette formation. Les deux combinés lui ont permis d’avoir une meilleure maîtrise de cet outil. []
  3. Je n’ai pris ici qu’un court extrait de son travail. []

Vous aimerez aussi...

12 réponses

  1. Claire Placial dit :

    Stéphanie, je découvre ce billet en explorant plus précisément tes billets, et… plein de choses! J’entends vos voix, déjà, ce qui n’est pas rien, ça donne du corps à une écriture d’entendre une voix. Et puis je ferais bien la même chose avec le frangin, aussi! et puis le billet est indexé « amitié », et ça c’est priceless!

    • Mélodie Faury dit :

      Je trouve extra de voir que l’arrivée d’un.e nouveau/nouvelle locataire réouvre les portes des anciens billets – Benoît s’était aussi promené dans les archives mensuelles : cela me donne envie de repasser un mois dans la villa rien que pour cela – se replonger dans la matière construite. Tiens, mais une année, c’est un cycle… 😉

      • Stéphanie Messal dit :

        C’est drôle que tu mentionnes cela. A cause de ma longue absence chez moi et à la villa, je me suis dit que j’allais reprendre la visite du début et déambuler dans tous les couloirs et autres pièces pour découvrir et redécouvrir les mots, les tableaux, les livres, les miroirs, la végétation, etc. ;^)

    • Stéphanie Messal dit :

      Aaah, l’amitié, l’amitié. Un peu d’amour que tout cela. La fraternité n’en va-t-elle pas de même ? :^)
      Nos thèses évoluent en parallèle et en ce moment : on se voit souvent et on travaille ensemble, face-à-face justement, sur mon bureau/table à manger. Il sert à tout ce bureau : table à manger, table à repasser, table à coudre, table à dessin, etc. Il est vraiment pratique ce bureau !
      En face-à-face donc, et parfois on lève les yeux sur l’autre et on voit sa mine déconfite ou en pleine concentration, les yeux rivés voir absorbés par l’écran qui projette nos mots, nos écritures. Et puis, on sent le regard de l’autre sur soi et on lève la tête : « Quoi ? » « Rien, ça me fait rire de te voir si investi par ton travail. » « Ah ouais ? » Et on rit ! Et on repart à notre thèse accompagnée cette fois par le sourire. Et puis des fois, on voit que le visage a changé : plus décontracté ! « Mais tu travailles ? » « Heu… non ! » « Tu joues ? » « Ouais ! » « Roh mais ce n’est pas possible hein ! » « Mais j’en ai marre… ça m’ennuie ! L’inspiration ne vient pas ! » Et rebelote, on rit !!! Ah la la, ce n’est pas très sérieux tout cela… non ? Enfin, sérieux ! Est-ce qu’un peu d’amour et de légèreté ne fait pas le plus grand bien à ces thèses ? ;^)

      • Claire Placial dit :

        Oui, l’amitié, l’amour, le désir… eros, agapê… Quels que soient les noms qu’on leur donne. Il y a des élans, des échanges, des face à face, des chemins parallèles, avec le Poulet (bonjour Poulet!), et chacun avec ses amis, mais alors au sens le plus large. Ses semblables, ses frères, ses toujours jamais les mêmes… (et ceci sans présumer du tout du lien avec notre ami « Poulet »). L’amitié, si l’on veut, subsume bien des choses!

  2. Mélodie Faury dit :

    Merci beaucoup Stéphanie pour ce billet sonore : la réflexivité en fond, mais aussi les moments de la recherche, de la réflexion, et la relation à une discipline, à sa pratique de recherche. Très intéressée, et enchantée d’avoir rencontré Poulet ;-).

  3. Poulet dit :

    Pour la petite phrase, elle était destinée à mon directeur car je lui avait posé une question la veille et j’ai trouvé la réponse en écrivant le papier. Elle n’apparaitra donc pas au final.

    • Stéphanie Messal dit :

      Mais ton directeur l’a lue donc. Pourquoi et pour qui tu l’as écrite ? Pour lui ou pour toi ? Pour les deux ?
      (Même dans les commentaires, je continue de poser des questions. Il faut que je cesse et que je te laisse à te thèse. ;^) )

  4. ALiCe__M dit :

    « Fonctions booléennes cryptographiquement robustes » : pour les non spécialistes (comme moi) ces quatre mots ont un effet poétique et mystérieux, et le dernier mot est magnifique. Je suppose que pour celle/celui qui mène l’interviou, ces mots doivent faire effet aussi, et agir quelque peu, d’une manière ou d’une autre, dans l’interaction qui a lieu. Joli billet entre une miss anthropologue et un Poulet, et extrait sonore adorable.

    • Stéphanie Messal dit :

      Merci beaucoup pour ce commentaire.
      Oui, j’avoue que comme toi, le titre de la thèse me laisse songeuse. J’imagine les fonctions booléennes avec de bons gros muscles mais cryptés de façon à ce qu’on ne se doute pas vraiment qu’elles sont body-buildées. Les maths, c’est vraiment costaud lu comme ça !

  1. 03/08/2012

    […] la sieste… La thèse s’écrira demain… Tôt, dans la fraîcheur du matin… Doctorant à l’Institut de  Mathématiques de Luminy – Arithmétique et Théorie de l’Information [↩]Cela me change de celle à côté […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *