« La ronde qui tourne tourne ». @drmlj et ses #OmbresTracées

Aujourd’hui la Villa réflexive accueille Delphine Regnard aka @drmlj (@drmlj aka Delphine Regnard ?). « Poupées russes, serpent, ronde » : de nouvelles images de la réflexivité dans une poétique méditation écrite sur l’écriture des traces écrites.

Avec ce billet, j’ai l’impression de jouer aux poupées russes : écriture sur des écritures qui renvoient (à) d’autres écritures…

Tout a commencé avec un blog dont le nom est justement l’identifiant que j’ai fini par adopter et qui me sert pour écrire sur la Toile : drmlj. Ce blog sert à agréger des expériences faites sur la Toile, seule ou avec mes élèves. Il sert aussi à constituer moi-même mon identité numérique, pour qu’elle ne se limite pas à des chiffres et des mots laissés ici ou là, par moi ou d’autres. Ce qui est drôle, c’est que lorsque je me googueulise, ce ne sont pas, ou moins que les autres, les liens vers des billets qui apparaissent de suite, mais des traces laissées sur des sites mieux référencés. Mais ces traces ont été provoquées par la création du blog. Des poupées russes on passe à l’image du serpent, ou de la ronde qui tourne tourne.

Et puis, un colloque m’a fait découvrir une écrivaine numérique qui a dit au détour d’une phrase que des auteurs avaient créé une page Facebook pour créer leur autobiographie. Et j’ai trouvé cette idée géniale. Orangina a sa page, j’aurai la mienne aussi. L’idée de cette autobiographie numérique était de collecter sous forme de nombres, de données (j’ai piqué l’idée à Cécile Portier), tout ce qui participait à me définir.

Et puis, parfois, et même souvent, ce qui vient peser, c’est l’inflation du « je ».  Je me suis prise comme objet d’étude, j’ai voulu laisser des traces pour voir leur évolution, celles qu’elles allaient susciter, les réactions aussi. Je suis persuadée qu’on ne parle bien que de ce que l’on pratique, et je suis lassée de ces personnes qui parlent du web uniquement sous forme de commentaire sans jamais pratiquer, oser le faire. Alors si, elles vont répandre leurs commentaires sur les réseaux, mais créer un blog, une page, faire créer des écrits aux élèves, non, elles n’en prennent pas le risque. C’est ainsi que je ressens le besoin de justifier définitivement ma démarche. Je fais pour (essayer de) mieux faire faire. Je me prends comme objet d’étude pour ensuite entraîner les élèves dans l’aventure, voir. Un commentaire peu amène sur un billet, je sais ce que cela fait et me permet d’anticiper et peut-être d’expliquer différemment ensuite aux élèves en quoi consiste la publication. Un commentaire très enrichissant aussi.

C’est aussi la multiplication des supports, des formats d’écriture que je trouve passionnante. Aujourd’hui, j’écris beaucoup sur Twitter, c’est-à-dire que je publie de nombreux tweets (mais le nombreux est surtout l’avis de ceux qui les lisent, je ne me trouve pas si bavarde, dans le fond) et cette forme d’écriture modifie les autres : mails mais aussi annotations dans les copies, j’aurais une tendance violente au mot-clé affecté d’un # – du coup, je ne mets plus la ponctuation

Mettre un point final me semble être une borne et je n’aime plus en mettre

Je trouve que c’est mieux sans

Et je ressens un peu mieux ces textes poétiques où la ponctuation est absente, cela me semble une évidence #VoilàEncoreUnBienfaitQueJeTrouveÀTwitter

Et puis, l’entreprise me semble tout autant vaine que rassurante : vaine car je ne fais qu’avec mes moyens de bidouilleuse, parfois, par hasard, il m’arrive de tomber sur un billet, un article qui me mentionne (ce n’est quand même pas souvent le cas !), et cela me fait bizarre, de constater de visu ce que l’on ne peut jamais savoir : les « mentions » de la vie courante, les moments où on parle de nous. Le fait d’exister ailleurs, dans un autre espace-temps est assez curieux à ressentir. Vaine, donc, car j’ignore la partie immergée de l’iceberg, j’en ai au mieux une vague conscience. Rassurante, aussi, ces traces, empreintes disent certains mais je n’aime pas ce mot, traces qui ont leur autonomie et existent en dehors de soi. Il paraît que le texte appartient à son lecteur, et moi, à qui ?

#ombresTracéesSurLaToileEnLibertéAuGré

#duVent

@drmlj, Delphine Regnard

Crédits : « Loops, I did it again », Smabs Sputzer, 2008, galerie de l’auteur sur Flickr, CC


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *